Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Sophie Elizéon, Déléguée interministérielle pour (...)

Sophie Elizéon, Déléguée interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer


Diffusé dans toute la France et dans les Dom, le magazine Pilibo propose dans son numéro 50 une interview de Sophie Elizéon. Portrait de cette Réunionnaise qui travaille au service de l’état depuis 1995.

Texte et photo : Mariella Sognigbé pour PILIBO mag


Discriminations et égalité, des thématiques pas totalement nouvelles pour cette femme, qui, à la Réunion, avait eu un poste de Déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Rencontre avec celle qui se revendique comme étant au service de tous les Outre-mer.

PILIBO mag : Pour tous ceux qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter ?

Sophie Elizéon : Je suis originaire de la Réunion. J’ai vécu cependant autant de temps dans l’Hexagone qu’à la Réunion où mes parents vivent toujours. Je suis mère d’une fille de onze ans qui vient de faire sa rentrée au collège. Je suis quelqu’un qui a le goût du service public et travaille en tant qu’agent de l’Etat depuis 1995. C’est quelque chose que j’ai de chevillé au corps.

Comment s’est passée votre nomination au poste de Déléguée interministérielle ?

J’étais en poste à la Réunion et avais fait savoir que je cherchais autre chose. J’ai su par ce réseau que le Ministre des Outre-mer cherchait quelqu’un pour reprendre le poste de Délégué interministériel puisque Monsieur Siar avait donné sa démission. J’ai pris ma plume et proposé ma candidature. Je me suis ensuite démenée pour avoir un entretien. J’en ai eu deux. Le dernier était avec le Ministre des outre-mer, Monsieur Lurel, le 31 juillet, l’année dernière. Le choix s’était porté sur ma candidature. Après un déménagement en quinze jours, j’étais en poste le 18 octobre.

En tant que Réunionnaise, y a-t-il un enjeu supplémentaire pour vous à occuper ce poste ?

Je serai peut être une sorte de courroie de transmission qui fera circuler les informations ou facilitera des prises de rendez-vous mais je souhaite vraiment qu’il n’y ait pas de mise en avant particulière de la Réunion dans l’exercice de mes missions.

« Il ne faut pas hésiter à nous interpeler et à poser des questions par mail. Le site internet se modernise pour être une plateforme d’informations sur les droits des Ultramarins de l’Hexagone et devrait être opérationnel en fin d’année. »

La Réunion connait de grandes difficultés sociales reportées dans les médias même nationaux ce qui est assez rare venant de cette île ; quelle est votre analyse sur la question ?

Il existe encore une forte solidarité familiale sur place. C’est aussi le cas aux Antilles mais de manière différente. De fait, même si la situation sociale est extrêmement dégradée on ne va pas avoir de revendications aussi démonstratives qu’aux Antilles. Bien souvent, quand il y a eu des grèves à rallonge à la Réunion, c’était à la suite de celles qui avaient eu lieu aux Antilles. Les choses ont souvent fonctionné comme cela. Sauf en février dernier. On est revenu à des taux de chômage que l’on pensait avoir oubliés, ce qui est vraiment inquiétant et révoltant à la fois, c’est qu’il arrive tous les ans énormément de jeunes sur le marché de l’emploi à la Réunion. Au moins sept mille. Quand l’économie réunionnaise va bien elle crée entre trois et quatre mille emplois. Il y a un vrai travail à faire autour de la mobilité. L’environnement de l’Océan indien n’a rien à voir avec l’Atlantique où l’on peut aller vers les Etats-Unis ou le Canada. Il y a vraiment un enjeu pour nous à travailler la mobilité.

Il y a une dynamique à la Réunion. L’économie sociale et solidaire fonctionne plutôt bien. Il y a aussi du potentiel autour de l’économie verte (ndlr : green business). Cela est sous exploité. Il faudrait aller à la rencontre de la population et donner envie aux gens d’avancer vers ce genre de projets. Les temps sont difficiles mais il y en a eu d’autres et on a réussi à reprendre le dessus. Je pense que c’est encore plus facile si l’on partage un projet commun. Si l’on passe ce cap, dans trois ou cinq ans, cela sera beaucoup mieux et il y aura de vraies perspectives d’avenir.

Le site de la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des français d’outre mer

Infos – sommaires : www.pilibomag.fr / page FB de PILIBO mag

Trouver un point de vente Pilibomag près de chez vous : www.trouverlapresse.com + PILIBO MAG (maj)


S’inscrire à l’Alerte Politique

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
8601 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik