Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Vanessa Latchoumane, professeur de français en (...)

Vanessa Latchoumane, professeur de français en ligne au Mexique


Diplômée en FLE à la Réunion, elle s’est posée il y a 11 ans à Cancùn et y a créé son activité freelance. « Je dirais que mon emploi est de prêter ma voix dans des domaines divers et promouvoir le français. Je suis officiellement professeur de français et d’anglais au Mexique. Cela dit, je travaille sur Internet et je fais aussi de la voix off, des traductions et bien d’autres choses ! »


¡Mis origenes ! (mes origines)

Bonjour. Je m’appelle Vanessa Latchoumane, j’ai 37 ans et je viens de Saint-Louis. Ma formation est l’apprentissage des langues : l’anglais dont un séjour Érasmus en Angleterre et une année de japonais pour se mettre dans la peau d’un apprenant pour compléter ma licence de français langue étrangère (FLE). Actuellement, je dirais que mon emploi est de « prêter ma voix dans des domaines divers et promouvoir le français ». Je suis officiellement professeur de français et d’anglais au Mexique. Cela dit, je travaille sur Internet et je fais aussi de la voix off, des traductions et bien d’autres choses ! Après avoir travaillé dans des écoles et universités, j’apprécie ma vie de freelance depuis chez moi.

¡Mi viaje a México ! (mon voyage au Mexique)

Lorsque j’ai obtenu ma maîtrise en FLE à la Réunion et que je ne voulais pas faire le master 2 qui venait d’être instauré - car j’avais déjà cinq ans de fac dont une maîtrise d’anglais - j’étais prête à partir pour enseigner la langue de Molière. En effet je n’étais pas professeur de français (pour les Français) mais bel et bien professeur de français pour les étrangers. En premier lieu, je souhaitais émigrer au Japon ou aux États-Unis mais les démarches administratives étaient trop compliquées. Mon ami mexicain Hugo que j’avais rencontré en Angleterre m’a invitée au Mexique. Je lui ai répondu que je ne parlais pas l’espagnol. Il m’a dit que je l’apprendrais très rapidement. J’ai postulé à des annonces au Mexique et j’ai été acceptée à …Chihuahua ! Ce fut le début de mes aventures dans ce beau pays. Avant d’aller à Chihuahua qui est tout à fait au nord du Mexique, j’ai voyagé dans le pays avec ma soeur et j’ai rencontré mon futur mari mexicain. Ainsi après quatre mois à Chihuahua, je me suis installée à l’autre bout du Mexique : à Cancùn.

¿Cual es mi experiencia ? (quelle est mon expérience)

Ma mobilité a commencé réellement quand je suis allée étudier à Paris à mes 18 ans. À cette époque j’ai senti le lourd poids de venir de la Réunion car j’ai dû partir seule et même si une amie m’a hébergée, j’ai dû trouver un logement. Certains étudiants se moquaient de mes origines et ne savaient pas situer la Réunion sur une carte. D’autres ont vu que c’était dur pour moi et m’ont beaucoup aidée. Je m’étais juré que je ne quitterais plus mon île après cette expérience ! Cependant j’ai étudié l’anglais et j’ai décidé d’entreprendre un séjour de neuf mois en Angleterre dans le cadre d’un échange Érasmus. Grâce à mes amis britanniques qui avaient eux-même vécu à la Réunion avec Érasmus, mon expérience fut plus facile en Angleterre. Or, là encore, j’ai senti le poids de la distance, quand tout le monde est rentré chez soi pour les vacances…

JPEG - 324.6 ko
Mon mari Luis et moi

À l’époque, j’enrageais contre l’injustice de venir d’aussi loin mais maintenant, ce sont ces expériences qui font que j’ai cette force et facilité pour m’adapter au Mexique. Maintenant, je vois de nombreux avantages de venir de la Réunion : j’ai presque la même alimentation que les Mexicains, je supporte la chaleur, connais les cyclones, les Mexicains disent que je suis moins arrogante que la plupart des Français…

¿Mis proyectos ? (mes projets ?)

En ce moment je travaille sur un projet qui ne tient à coeur : enseigner le français de manière amusante (Learn French with Fun sur Facebook). Pour ce faire, je crée des contenus et des classes en ligne, je vais commencer des vidéos également. Je souhaite démocratiser le français et proposer des documents à la fois éducatifs, pédagogiques et ludiques avec des illustrations et du son. Pour le moment mon public est anglophone et je compte bien m’attaquer au public hispanophone car le Mexique est le premier pays du continent en nombre d’inscrits aux examens de DELF (diplôme de français) !

Par ailleurs, je continue d’aider des mères célibataires en leur enseignant des bases en anglais qui pourraient leur apporter un plus dans leur vie professionnelle et personnelle. Enfin avec mon mari, nous avons commencé un projet de méliponiculture. Au Mexique, il existe une catégorie d’abeilles bien spéciale : elles n’ont pas de dard et produisent un miel extraordinaire. J’ai toujours été intéressée par les abeilles et là, elles ne piquent pas : c’est un rêve !

¡Mis cosas de Réunion ! (mes trucs de la Réunion)

La première fois que je suis partie pour le Mexique, je n’avais pas beaucoup de choses de la Réunion à part mes photos et mes T-shirts. Par la suite, je savais un peu plus ce qui me manquait de mon île et j’ai rapporté des objets ou les personnes qui sont venues me voir l’ont fait. Mon mari a tenu a ramené des pierres volcaniques qui décorent notre chez nous. Moi j’ai ramené du sable de l’Étang-Salé, mes autocollants « Effet péi » pour la voiture, de l’essence de géranium, vétiver, des verres de punch et une pancarte « bienvenue a zot ».

Mis contactos con las personas de Réunion… (mes contacts avec les Réunionnais)

Au Mexique, je ne connais aucun Réunionnais et je ne fréquente pas les Français. Je suis complètement en immersion ! Mes contacts avec les Réunionnais sont ma famille et mes amis. Facebook permet de se tenir au courant et Skype permet les appels fréquents avec la famille. En effet j’ai ma mère et ma soeur Coralie à la Réunion et mon frère Bruno en Australie. Oubliez le courrier car au Mexique il faut compter deux mois pour une lettre et ce n’est même pas sûr que cela n’arrive !

¿mi punto de vista ? (mon point de vue)

Que ce soit en Thaïlande ou au Mexique, j’ai vu que plus les gens sont pauvres, plus ils sont généreux. Je l’ai aussi vu à la Réunion quand j’étais plus jeune. C’est l’image que j’ai de la Réunion : on vous invite et on vous traite comme un roi ou une reine même si on a des limites financières. Je dis toujours qu’à la Réunion, il y a de nombreuses ethnies et on vit sans (trop) de racisme.

Cela dit, j’ai été très choquée lors de mon dernier séjour à la Réunion d’assister à deux scènes de racisme à deux jours d’intervalle. Dans les deux cas, ce furent des scènes d’injures entre « créoles » et « zoreilles ». Le plus étonnant est que ces « zoreilles » étaient une femme qui avait plus de 25 ans à la Réunion et une jeune fille « zoréole ». J’ai vu de la colère voire de la haine et je pense que la Réunion est comme une marmite prête à exploser ! Il existe toujours un fossé socio-économique et culturel et ce fossé semble se creuser davantage. Par contre, je pense qu’avec internet et les aides financières, les Réunionnais ont de nombreux outils à leur disposition pour apprendre et se former. Je dis souvent que si les entreprises n’embauchent pas, vous pouvez créer votre entreprise ou du moins proposer des services hors de la Réunion. Par exemple, on peut vendre ses bijoux dans le monde entier grâce à un site, être programmateur web, enseigner le français, etc. Je ne dis pas que c’est facile mais c’est possible.

JPEG - 217 ko
Dans l’assiette le traditionnel molé (plat à base de chocolat et d’épices).

Quand je vois les Mexicains qui se démènent quand ils n’ont pas d’emploi, les femmes enceintes qui travaillent jusqu’à quelques semaines avant leur accouchement, les personnes sans soins médicaux ou les caissiers qui travaillent sans chaises, j’aimerais rappeler aux Français et aux Réunionnais qu’ils ont de la chance. Au Mexique il n’y a pas de garantie d’emploi, ce qui est un problème mais le bon côté c’est que la situation exige de la créativité et de l’ingéniosité. Si j’étais restée en France, je n’aurais surement été « que » professeur. Je n’aurais jamais pu connaître la voix off et je n’aurais pas pensé être en freelance et monter un business en ligne...

¿lo que extraño ? (ce qui me manque ?)

Pour être sincère, je n’ai jamais eu le mal du pays malgré les problèmes d’immigration que j’ai eus. Pourquoi mon île ne me manque pas autant ? C’est simple. Cancun ressemble beaucoup à la Réunion car je retrouve les mêmes fruits et légumes : papayes, mangues, ananas, letchis (très rarement), piments, chouchous, grains... La végétation est similaire : les flamboyants et cytises durent même plus longtemps ici ! La plage est à quelques minutes de chez moi. Les cyclones peuvent nous menacer. Seuls les montagnes et le volcan sont absents dans l’état où je vis. Concrètement c’est ma famille qui me manque. Ensuite viennent la plage de l’Étang-Salé, les longanis, le combava et les senteurs de la Réunion.

¿Regresar a Réunion ? (retourner à la Réunion ?)

La dernière fois que je suis rentrée à la Réunion en 2015, il était plaisant d’avoir ce sentiment d’avoir deux chez soi. En effet, je partais de chez moi (la Réunion) et j’allais chez moi (Cancun). J’ai voyagé dans quelques pays et je n’ai jamais éprouvé cette sensation d’être chez moi à part à Cancun. J’explique même aux gens que je me sens plus chez moi au Mexique qu’en France ! J’en ai discuté avec quelques personnes venant de la Réunion et apparemment je ne suis pas la seule. Ma famille en est la preuve avec un frère en Australie, une soeur qui a vécu en Chine, une cousine en Autriche, un cousin en Angleterre, un autre en Corée du sud etc. Nous sommes tous passés par la France sans y rester pour vivre ! L’idéal pour moi serait de vivre au Mexique et de rentrer à la Réunion quelques mois par an. Je pourrais rentrer à la Réunion seulement si je pouvais jouir de ma vie en freelance sans les barrières bureaucratiques !

¿Qué opinan de la Réunion ? (Que pensent-ils de la Réunion ?)

Vous vous imaginez bien que la Réunion n’est pas connue au Mexique ou est en passe de le devenir grâce aux prouesses du footballeur réunionnais Dimitri Payet. Je dis toujours que je suis française et j’ajoute que je viens d’une île française. Pour qu’ils saisissent bien la distance, j’explique qu’il faut deux avions depuis Cancun : un de neuf heures jusqu’à Paris et un autre de 11 heures pour arriver à la Réunion. Je suis comme une référence pour mes amis mexicains car ils ne connaissent personne d’autre de la Réunion. D’ailleurs j’ai des amis qui sont allés à des ruines perdues dans la jungle au sud de l’état de Quintana Roo (où se trouve Cancun) et ils ont rencontré… un couple de la Réunion ! Vous pouvez imaginer la tête de ces Réunionnais quand mes amis leur ont dit : « ne me dites pas que vous venez de la Réunion comme Vanessa ! ». Donc j’essaie de « bien » représenter mon île avec mes valeurs et mes histoires. Mon mari en fait la pub aussi !

Sobre Cancún… (au sujet de Cancùn…)

J’adore la région où j’habite même si c’est comme le Saint-Gilles de la Réunion. Car Cancùn est très jeune (40 ans) et on ne sent pas vraiment la culture mexicaine à part dans quelques lieux mayas. Il existe dans cette ville un fossé socio-économique gigantesque. J’ai côtoyé des personnes très riches avec chauffeurs, femmes de ménage, maisons en face de la mer, bateaux, etc. et des personnes qui n’ont pas d’électricité, pas d’eau. Je pense que le pont qui pourrait les relier un peu est le respect et le partage des richesses en offrant du travail (et des bonnes conditions) aux plus démunis.

Sobre México… (au sujet du Mexique…)

J’aime le Mexique en général pour sa population très gentille. Même si j’y suis depuis 11 ans et que je suis habituée à la générosité des Mexicains, j’ai découvert une autre facette lors du séisme du 19 septembre 2017. J’ai vu des Mexicains s’organiser en quelques minutes avec des idées de génie et de la générosité. Ils ont fait des chaînes pour enlever les pierres, ont donné à manger gratuitement aux secouristes bénévoles et aux victimes, ont dévalisé les magasins pour acheter des vivres et bouteilles d’eau à ceux qui en avaient besoin, ont crée une plateforme internet pour coordonner les actions… J’en ai eu la chair de poule. Les citoyens ont réalisé tout ce beau travail sans l’aide des autorités. Ils ont réalisé qu’ils n’avaient pas besoin de gouvernement. La situation leur a ouvert les yeux et les prochaines élections présidentielles promettent d’être captivantes…

+ d’infos : www.facebook.com/Learn-French-with-Fun-1095080840602886


Voir le profil de Vanessa Latchoumane / Le Journal des Réunionnais au Mexique (17 inscrits) / Plus de parcours GRAND VOYAGEUR

JPEG - 330.1 ko
Récolte de miel des abeilles mélipones

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
7199 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik