Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Virginie Lauret, de Science Po à la COI à Maurice

Virginie Lauret, de Science Po à la COI à Maurice


Nous l’avions laissée en 2014 étudiante à Science Po Paris. Trois ans plus tard, elle travaille à la Commission de l’océan Indien en tant que Volontaire de solidarité internationale. Un des postes à pourvoir régulièrement dans la zone et ouverts à des Réunionnais avec France Volontaires.


Pouvez-vous vous présenter ?

Virginie Lauret, 26 ans, née à Saint Denis. J’ai quitté mon île après le bac pour poursuivre mes études universitaires à Sciences Po Paris. J’ai complété deux premières années de Campus Europe Asie et un Master en Affaires Publiques par un Master en Droit et Sécurité des activités maritimes et océaniques à l’Université de Nantes. J’ai ensuite continué ma mobilité en acceptant une opportunité professionnelle à l’île Maurice, me permettant ainsi de me rapprocher de notre région.

En quoi consiste votre mission ?

Mon rôle à la COI est d’appuyer le Secrétariat général dans son fonctionnement et plus particulièrement le Chargé de mission du Domaine d’Intervention 2, qui a pour dossiers l’Economie, l’Infrastructure et la Sécurité maritime. Mes missions sont diverses : elles vont de l’organisation de réunions et conférences, au suivi de la mise en œuvre de projets comme le programme régional de sécurité maritime – MASE.

Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

On peut dire que je bénéficie d’une double expérience de mobilité, d’abord en résidant à Maurice et ensuite en évoluant à la COI où je côtoie des ressortissants des Comores, Madagascar, Maurice, La Réunion et des Seychelles. Travailler avec des personnes venant d’horizons différents est un réel enrichissement pour moi tant sur le plan professionnel que personnel. Etre Réunionnaise est un avantage considérable pour moi qui évolue au sein d’une organisation régionale, car La Réunion en est membre. J’apprends beaucoup sur la coopération régionale.

Quelles sont vos impressions de Maurice ?

L’île Maurice est un pays accueillant, ses habitants possèdent un esprit créatif et d’entrepreneuriat quasi inné qu’il serait bien d’encourager chez nous. Même nous Réunionnais sommes gentiment charriés par les Mauriciens, nous restons quand même leurs « cousins » !

Quels sont vos projets post-volontariat ?

Je n’ai pas encore d’idées précises mais je souhaite continuer à évoluer dans la région océan Indien après mon volontariat international. Si une opportunité professionnelle se présente, j’aimerais bien revenir à La Réunion ou bien m’expatrier en Inde pour quelques temps.

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de la Réunion ?

La Réunion a une grande expertise et une avance technique dans les nouvelles technologies et l’agriculture qu’elle devrait mettre en avant surtout auprès de ses voisins. Je vois d’un bon œil tous les développements économiques réalisés et surtout le pari que les acteurs locaux publics et privés ont fait dans la jeunesse en les encourageant et en leur donnant les moyens de s’investir dans la société civile et sur le marché du travail.

Quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner aux jeunes qui ont du mal à ‘’sauter‘’ la mer ?

Il faut construire son parcours universitaire, ses formations et ses expériences professionnelles en gardant en tête l’objectif de revenir dans notre île. Quand c’est possible, faire ses choix de formations, de sujet de mémoires ou encore de stages dans le but d’acquérir des compétences qui permettront de répondre aux besoins et défis de notre économie et société insulaire.

« Sauter » la mer pour faire ses études ou gagner en expérience professionnelle ne signifie pas forcément que nous sommes condamnés à l’exil jusqu’à notre retraite et à nous couper de notre famille. Il ne faut pas en douter : il y aura des opportunités professionnelles lorsque nous reviendrons… Et s’il n’y en a pas, enrichis de notre expérience de mobilité, nous saurons créer ces opportunités !

Portrait chinois de Maurice

Un personnage célèbre : Mahé de Labourdonnais qui comme décrit par Voltaire, était « capable de faire beaucoup avec peu »
Un animal : une tortue marine avec une lourde carapace pour se protéger mais agile et pleine de ressources. Capable de parcourir des milliers de kilomètres au fil des courants marins, elle saura toujours retourner aux sources.
Une couleur : bleu camaïeu comme la mer et le ciel qui entourent l’île
Un sport : le canoë kayak qui permet de découvrir les côtes et les mangroves de l’île
Un livre : River of Smoke d’Amitav Ghosh / Une chanson : Metiss de Zulu : Par écrit ou en musique, ces deux auteurs à travers leurs imaginaires nous partagent leurs visions du mélange mauricien


Voir : LES OFFRES DE MISSION FRANCE VOLONTAIRE DANS L’OCEAN INDIEN

Basé sur l’île, France Volontaires propose toute l’année des missions indemnisées de 12 à 24 mois en Afrique Australe et dans l’Océan Indien. Plus de 40 Volontaires de Solidarité Internationale originaires de La Réunion sont en permanence en mission dans des pays de la zone, en appui à des structures locales œuvrant pour la coopération régionale. Sur quels postes, dans quels pays et comment postuler ? Cliquez ici pour en savoir plus : De la Réunion, France Volontaires recrute toute l’année pour l’océan Indien

D’autres infos et portraits de Volontaires réunionnais dans l’océan Indien / La page Facebook

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
7186 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik