Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Actualités > Entreprenariat social à La Réunion : une étude lève (...)

Entreprenariat social à La Réunion : une étude lève le voile


Qui sont les entrepreneurs sociaux à La Réunion ? Comment faire de ce secteur émergent un puissant vecteur de développement et de création d’emploi ? Une étude inédite menée par le Mouvement des Entrepreneurs Sociaux 974 avec le concours de l’Agence Française de Développement, répond en 2018 à ces questions. Une véritable mine d’or pour tous ceux qui veulent entreprendre autrement.


Qu’est-ce que l’entrepreneuriat social ? Qui sont ces entrepreneurs qui cherchent localement à développer une activité économique qui fait sens ? Vous trouverez ces réponses dans l’étude complète : PANORAMA DE L’ENTREPRENEURIAT SOCIAL A LA REUNION, réalisée par Claude Van Leeuwen du Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves 974), avec le soutien de l’AFD.

A la Réunion, plus de 822 entreprises sociales ont été recensées dans ces 200 pages d’étude, soit 21 343 emplois. Parmi elles : Bureau Recyclage, Ecole du jardin planétaire, Ecopal, ECSPER, les Rencontres Alternatives, SCOPAD, Ti Tang Recup’, Tradition 974, Wake Up… Ces entreprises agissent au service d’un objectif sociétal, en priorité sur la création d’emplois, l’ancrage territorial et la préservation du patrimoine environnemental.

Qu’elles soient sous statut de société commerciale, association ou coopérative, elles cherchent à la fois à apporter des solutions aux enjeux du territoire (chômage, pauvreté, éducation, santé…) et à développer des modèles économiques innovants. Elles utilisent toutes les ressources (subventions, partenariat, vente de biens et services...), pour créer des modèles économiques dits « hybrides » au service du projet sociétal. Les entreprises sociales prouvent ainsi qu’un autre modèle économique et social est possible.

Ces acteurs du changement ont des besoins spécifiques. L’étude fait le point sur l’écosystème actuel et présente 12 recommandations pour soutenir le développement de l’entrepreneuriat social. L’implication des pouvoirs publics est incontournable notamment à travers la valorisation de l’entrepreneuriat social, l’appui à un accompagnement adapté et le financement. Autant de leviers qui permettront de démultiplier la création d’emplois durables, stimuler l’innovation en faveur du territoire, attirer la jeune génération et redonner du sens au travail.

Le lien vers l’étude : https://fr.calameo.com/read/0016265845bc255febc03
et les annexes https://fr.calameo.com/read/001626584b6b370cfd1f3

Contact : mouves974@gmail.com

SYNTHÈSE DE L’ÉTUDE

Acteurs à part entière de l’innovation sociale, les entrepreneurs sociaux se positionnent à l’intersection des logiques de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et des logiques de l’entreprise marchande classique. L’entreprenariat social incarne un enjeu de taille : celui de réconcilier le business et le social.

« L’économie sans le social c’est de la barbarie, le social sans l’économie c’est de l’utopie »
Emmanuel Faber, PDG de Danone.

En phase avec les tendances de la société contemporaine (prise en compte de l’écologie, implication sociétale ou intelligence collective...), l’entrepreneuriat social rassemble :
- Des acteurs venus de l’univers de l’ESS, poussés à diversifier leurs sources de financement et à développer des activités marchandes pour pouvoir pérenniser ou développer leur impact ;
- Des acteurs de l’univers de l’entreprise marchande « en quête de sens », qui font le choix de mettre l’humain au cœur de leurs modèles.

Quel que soit leur secteur d’activité, leur taille ou leur statut, les entrepreneurs sociaux se définissent par la finalité de leur activité économique : Tous partagent la préoccupation de répondre à des besoins sociaux, sociétaux et/ou environnementaux insuffisamment couverts sur leurs territoires. Ainsi, les entrepreneurs sociaux sont des acteurs à part entière de l’innovation sociale.

Ce mode d’entreprendre place « la rentabilité économique au service de l’intérêt général ».

L’objectif premier des entrepreneurs sociaux est la maximisation de leur impact social (ou « utilité sociale » telle qu’elle a été définie par la loi ESS de 2014). Le moyen pour atteindre cet objectif a recours à des modèles économiques originaux. Ces modèles appelés « modèles hybrides » mélangent diverses sources de revenus : ventes de produits et services, subventions, aides, dons, cotisations… Les autres caractéristiques de l’entrepreneuriat social sont : l’esprit d’entreprendre ; la recherche d’autonomie financière (les subventions sont utilisées en priorité pour leur effet levier) ; la coopétition et la recherche d’efficacité.

Entreprendre autrement à La Réunion

L’essor de l’entrepreneuriat social à La Réunion bénéficie de facteurs favorables : Les limites du modèle hérité de la départementalisation (24% de chômage, 42% de pauvreté) ; la proximité de l’environnement ; le « vivre ensemble » réunionnais susceptible d’incarner un futur durable. L’entrepreneuriat social émerge comme une nouvelle composante de la vie économique et sociale de l’Ile, avec des priorités claires pour le développement de ses activités : La création d’emplois, l’ancrage territorial et la préservation du patrimoine environnemental.

Il est difficile d’avoir des chiffres exacts sur l’entrepreneuriat social, car le critère « impact social » n’est pas pris en compte par l’INSEE. On peut néanmoins affirmer que - au minimum - 822 établissements à La Réunion peuvent se réclamer de l’ESS en ayant un système productif (ce qui représente 21 343 emplois).

L’étude des données officielles ne laisse aucun doute sur le poids historique des associations et des coopératives à La Réunion - respectivement 730 et 66 établissements. Un enseignement intéressant : Les associations qui ont développé une activité économique sont les plus employeuses (87% contre 11% seulement pour celles qui n’ont pas un « caractère productif »).

L’étude menée auprès de 45 entreprises sociales réunionnaises démontre clairement une recherche d’hybridation des ressources et le développement de modèles économiques innovants (2/3 de ces entreprises sociales ont moins de 20% de subvention).

Les entreprises sociales à La Réunion se répartissent en fonction de la nature de leur impact :

1) Les entreprises spécialisées sur le personnel fragilisé ;
- Les Entreprises d’Insertion et Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion qui accompagnent des personnes éloignées de l’emploi ;
- Les Entreprises Adaptées qui embauchent des travailleurs handicapés ;

2) Les entreprises spécialisées sur la cohésion et le développement durable du territoire ;
- Les associations productives ;
- Les sociétés commerciales à vocation d’utilité sociale ;
- Les entreprises individuelles à vocation d’utilité sociale

Ecosystème réunionnais de l’Entrepreneuriat Social

A La Réunion, beaucoup est fait pour soutenir et aider les entreprises : que ce soit aux différents niveaux des institutions, au niveau des réseaux, des acteurs de la formation ou des acteurs de l’accompagnement. Des initiatives concernant peu ou prou les entrepreneurs sociaux commencent à apparaître, signe d’un intérêt grandissant des acteurs locaux, publics et privés.

Ceci dit, l’écosystème manque de lisibilité et de coordination : Un fossé s’est creusé entre les dispositifs dédiés aux entreprises classiques, ceux dédiés à l’ESS et ceux dédiés à l’innovation. L’accompagnement des entreprises sociales nécessite de connaître parfaitement ces trois univers (« trilinguisme de l’entrepreneur social »).

L’accompagnement des projets et des porteurs est aujourd’hui un enjeu de taille : Certains besoins restent aujourd’hui encore difficiles à pourvoir sur le territoire ; Les dispositifs ne sont pas « pensés et créés » pour répondre aux besoins spécifiques des entrepreneurs sociaux ; L’innovation est réduite aux innovations technologie et/ou d’usage, laissant pour compte l’innovation sociale.

Développement de l’Entrepreneuriat Social à La Réunion

Soutenir le développement de l’entrepreneuriat social, c’est :
- Soutenir des entreprises créatrices d’emplois locaux durables ;
- Faciliter l’émergence de nouvelles solutions face aux grandes problématiques sociétales d’aujourd’hui et de demain ;
- Démultiplier l’impact des entreprises sociales existantes ;
- Encourager la création d’entreprises en tirant profit de gisement d’activités nouvelles ;
- Sauvegarder les actions menées par le secteur associatif ;
- Redonner du sens au travail, en particulier pour les jeunes ;
- Permettre à chacun d’agir, aux côtés des pouvoirs publics, pour La Réunion et les réunionnais.

Les pouvoirs publics ont tout intérêt à investir dans l’entrepreneuriat social pour économiser le coût de l’inactivité, augmenter les recettes fiscales, faciliter l’émergence de partenaires mieux à même de porter certaines réponses… Les entrepreneurs sociaux ont des besoins spécifiques, notamment en terme d’accompagnement et de financement. Mais en premier lieu, ils ont besoin de s’identifier, d’être reconnus de tous et valorisés. Ils ont besoin de sortir de leur isolement pour permettre l’émergence collective de cette 3ème nouvelle voie qu’ils représentent.

Nos recommandations pour permettre le développement de l’entrepreneuriat social à La Réunion :
1. Promouvoir l’Entrepreneuriat Social ;
2. Informer / Sensibiliser ;
3. Susciter l’envie d’entreprendre ;
4. Créer des espaces d’expérimentation ;
5. Accompagner la montée en compétence ;
6. Faciliter l’accès aux marchés ;
7. Développer des partenariats innovants avec le secteur marchand ;
8. Faciliter le regroupement entre les entreprises sociales ;
9. Mettre en place de nouveaux outils pour accompagner les entreprises sociales ;
10. S’appuyer sur la recherche & le développement ;
11. Encourager et faciliter l’essaimage ;
12. Adapter les outils de financement. Ces recommandations sont détaillées dans le rapport.

Sur la base des enseignements tirés des Régions qui ont réussi à développer un programme en faveur de l’entrepreneuriat social, on retiendra que l’implication des pouvoirs publics est incontournable lors de la construction d’écosystèmes territoriaux. Leur rôle est de valoriser l’entrepreneuriat social en toutes occasions, de repositionner l’innovation sociale, de flécher des fonds sur les entreprises sociales, de s’impliquer dans les SCIC, de faciliter l’accès aux marchés et de développer des stratégies de filières.

Présentation du Mouvement des entrepreneurs sociaux

Le Mouves est un réseau militant qui représente et fait grandir l’ensemble des entrepreneurs sociaux partout en France pour mettre l’économie au service de l’intérêt général. Il mobilise la société́ civile pour que chacun puisse être acteur de la transition économique, écologique et sociale, et porte la voix des ES auprès des acteurs politiques et économiques. Fort de 800 membres, Le Mouves a notamment contribué àl a structuration et l’évolution de l’ESS ces 5 dernières années (contributions loi ESS 2014 - agrément ESUS- développement de l’Impact Investing, accélérateur d’innovation social #FrenchImpact).

+ d’infos : www.mouves.org

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
8890 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik