Publicité

Chargé(e) d’étude pour l’élaboration du plan de gestion de Mare Longue

Publié le 29 mars 2019 974
Chargé(e) d'étude pour l'élaboration du plan de gestion de Mare Longue

Parc National de la Réunion

  • Parc National de la Réunion
  • 2 à 5 ans
  • 974
  • Environnement
  • Administration
  • Ingénieur



Le Parc national de La Réunion, créé par le Décret 2007-296 du 5 mars 2007, est géré pour ce qui est de ses missions propres, par un établissement public à caractère administratif placé sous tutelle du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.
La création du parc national dans le cadre de la loi de 2006, répond à la volonté de l’État et des collectivités, de préserver un environnement remarquable en prenant en compte les différentes dynamiques territoriales locales et valoriser l’ensemble des patrimoines. Cette volonté a été précisée dans une charte de territoire qui fixe les grands axes et les objectifs dont sont garants l’établissement public et les différentes collectivités signataires. L’atteinte des objectifs dépend donc des actions coordonnées ou convergentes de l’ensemble de ces acteurs du « premier cercle », mais également des différentes institutions présentes sur le territoire et de l’ensemble des composantes de la société réunionnaise.
Le cœur du Parc s’étend sur 105 384 ha et représente 42% de la surface de l’île. Aujourd’hui, 19 communes sur les 24 ont adhéré au Parc. Dans l’hypothèse où l’ensemble des 24 communes adhérent cela représenterait 87 696 ha, soit 35% supplémentaires, c’est une spécificité propre au Parc national de La Réunion, qui couvrirait alors un territoire représentant près de 77% de l’île.
Le patrimoine naturel réunionnais se caractérise par un volcanisme encore actif, un endémisme très important et une grande palette d’habitats naturels, de paysages minéraux ou végétaux, qui ont justifié l’inscription de l’intégralité du cœur du parc national, et quatre sites particuliers, sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco. L’inscription s’est faite sous le nom de « Pitons, Cirques et Remparts de L’Île de La Réunion ». Le territoire du Parc est donc labellisé à double titre et à deux niveaux différents ; (i) niveau national avec le classement Parc National, et (ii) au niveau international avec l’Unesco.
Dans le contexte de l’île qui connaît une pression démographique et urbaine forte et un besoin en développement, l’établissement public a un rôle de premier plan à jouer dans la construction et la mise en œuvre des partenariats nécessaires à (i) la connaissance, la préservation et la mise en valeur d’un ensemble unique en terme de biodiversité et d’habitats rares, (ii) la mise en place d’une stratégie et d’actions permettant un développement durable des territoires ruraux de l’aire d’adhésion, en s’appuyant sur le tourisme, l’agriculture et en valorisant les aspects culturels des hauts de la Réunion.
La problématique du parc national s’inscrit donc dans la bonne compréhension et la reconnaissance d’une combinaison étroite entre la nature et l’humain. Les missions de l’établissement public sont variées et consistent entre autres :
à développer la connaissance du patrimoine naturel et culturel,
à participer à la mise en œuvre d’un développement équilibré du territoire,
à assurer une gestion conservatoire des milieux et des espèces grâce au dialogue mené avec les différents acteurs concernés,
à opérer leur surveillance,
à accueillir les publics et, plus largement à sensibiliser à l’environnement.
L’établissement public doit faire vivre et animer le projet de territoire défini par la charte du parc national (approuvée par décret le 21 janvier 2014), en suscitant, en appuyant et/ou coordonnant les actions qui auront été définies avec les différents partenaires et en développant des actions en propre. Il a ainsi un rôle d’appui et de conseil auprès des collectivités territoriales, et particulièrement des communes adhérentes à la charte, pour promouvoir la prise en compte du patrimoine dans le cadre des politiques locales d’aménagement et de développement durable.

L’établissement public dispose d’un siège situé à la Maison du Parc national à la Plaine-des-Palmistes (direction, secrétariat général, 3 services techniques) et de 4 services territoriaux, dits « secteurs », installés à la Plaine-des-Palmistes (Secteur Est), Trois-Bassins (Secteur Ouest), Petite-Île (Secteur Sud) et Saint-Denis (Secteur Nord).
Le Parc national de La réunion compte ainsi environ 35 agents au siège et 50 agents dans les secteurs assurant majoritairement des missions de terrain.
Contexte du territoire concerné par le plan de gestion :
La forêt hygrophile de basse altitude est l’un des habitats originels les plus raréfiés. Elle couvrait avant l’arrivée de l’homme plus de 40 000 ha sur les basses pentes de l’île. Aujourd’hui, elle couvre moins de 3 000 ha. La Réserve Naturelle de Mare Longue (Saint Philippe - 68 ha) est la première Réserve Naturelle créée à La Réunion (Décret du 28 août 1981) pour préserver cet habitat exceptionnel.

Dans le contexte biogéographique particulier de La Réunion, une mise en réserve nécessite de nombreuses opérations de gestion et de suivi, faute de quoi, on constatera la progression inéluctable des espèces exotiques envahissantes au dépend des espèces indigènes dans cette forêt de basse altitude. Aussi, le premier plan de gestion (2007-2011) de La Réserve Naturelle de Mare Longue a été élaboré par l’ONF et suivi sous l’égide d’un comité consultatif animé par l’État.

A la création du Parc national de La Réunion, le territoire de la réserve est intégré dans le cœur du parc. Le 29 mai 2008, le Conseil d’Administration du Parc national de La Réunion prend l’engagement d’intégrer la réglementation spécifique de la réserve naturelle nationale de Mare Longue dans la réglementation du cœur du Parc national. Le décret du 28 août 1981 est alors abrogé.
Le projet de programme d’aménagement forestier de la Coloraie du Volcan sud 2018-2037 (ONF) intègre la gestion de la réserve de Mare Longue. Pour autant, cet espace nécessite une plan de gestion plus précis.

Pour faire face à cette situation, le Parc national souhaite relancer une gouvernance opérationnelle du site et décide d’élaborer en 2019 un nouveau plan de gestion pour l’ancienne réserve de Mare Longue. Ce document stratégique définira une vision à long terme et une programmation opérationnelle à court et moyen termes pour la meilleure gestion de cette espace.

Finalité du poste /Nature de l’activité :

Sous l’autorité du Responsable territorial du secteur Sud, le ou la chargé-e d’étude contribue aux phases d’état des lieux et de diagnostic, préalables à l’écriture du plan de gestion de la forêt de Mare longue et de son corridor associé.

Contenu des missions :

Le ou la chargé-e d’étude a pour mission de :

Réaliser une évaluation du plan de gestion précédent,
Actualiser et formaliser l’analyse des enjeux de gestion,
Proposer une méthodologie d’animation pour la concertation afférente à la construction du plan de gestion,
Contribuer à la définition des objectifs stratégiques et à l’animation du comité consultatif de gestion,
Rédiger le futur plan de gestion,
Proposer un programme d’action chiffré,
Rédiger les fiches actions associées.

Compétences requises :

Savoirs et connaissances :
Connaissances en écologie, en particulier en milieu tropical,
Connaissances de la réglementation en matière de gestion de l’environnement,
Connaissance des acteurs et outils de gestion des espaces naturels,
Connaissance du contexte local appréciée.

Savoir- faire et aptitudes :
Conduite de projet multi-partenarial,
Maîtrise des techniques de rédaction et de synthèse,
Organisation et animation de son temps de travail et coordination avec d’autres,
Médiation, aisance relationnelle.

Qualités humaines et savoir- être :
Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire,
Avoir le sens de l’écoute,
Compréhension et pratique du créole appréciées


Conditions et moyens d’exercice

Permis de conduire B
Bonne condition physique pour la randonnée

Localisation du poste

La résidence administrative est située à Petite-île à l’antenne du secteur Sud du Parc national.


Conditions d’accès :

Vacation de 6 mois ouverte aux personnes contractuelles

Poste vacant : à compter de mai 2019

Date limite de candidature :

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 28 avril 2019.

Publicité