Publicité

Chargé de mission « Paysage » h/f

Publié le 16 octobre 2020
974
Chargé de mission « Paysage » h/f

Parc national de La Réunion

  • 974
  • Environnement
  • Administration
  • Parc National de la Réunion
  • CDD
  • Ingénieur
  • Bac +4
  • Bac +5
  • 2 à 5 ans


Poste vacant à compter de janvier 2021 au plus tôt

Corps/Grade : Poste relevant de la catégorie A
Conditions d’accès au poste : poste de catégorie A ouvert aux agents titulaires de la fonction publique (État, Fonction Publique Territoriale ou Hospitalière), par voie de détachement, pour une durée de 3 ans (renouvelable) ou par contrat pour les personnes non titulaires pour une durée de 3 ans (renouvelable).

Contexte

La Réunion, ce sont deux grands volcans bouclier adossés, culminants à 3000 m et entaillés par des cirques et des gorges très profondes façonnées par l’érosion. C’est également une végétation très diversifiée, induite par les différences de pluviométrie et de température qui génèrent autant de micro-climats. C’est enfin un territoire peuplé, très densément sur le littoral et jusqu’aux mi-pentes parfois avec de grandes agglomération et aménagements.

La combinaison de ces différentes caractéristiques donne une mosaïque extrêmement diversifiée de paysages depuis de très grandes échelles lorsque l’on regarde vers les sommets ou encore que l’on se penche pour voir les cirques ou les effondrements de la caldeira du volcan actif de la Fournaise, jusqu’au petit piton volcanique posé au hasard ou encore le défilé tortueux d’une ravine qui ne se découvre que par fragments successifs au fur et à mesure d’une progression sur un sentier. Les changements d’échelle sont incessants, le paysage se construit par concaténations des perceptions sur l’urbain, le naturel, le blanc, le bleu, le vert, le noir, le vertigineux ou le massif, l’ordonné ou le chaos.

Face à cette diversité, l’étalement urbain, les aménagements, l’agriculture, les changements de végétation induits par les espèces exotiques envahissantes et déjà par le changement climatique, ont tendance à entraîner une banalisation, une artificialisation qui réduit peu à peu l’intérêt, la spécificité des paysages Réunionnais. Cette évolution est le plus souvent diffuse, diluée au fil de l’accumulation notamment de constructions individuelles légitimes ou illégales ou d’aménagements structurants mal intégrés, reflets de la pauvreté de la prise en compte des aspects paysagers dans les politiques publiques.

Le premier des enjeux pour contrer cette tendance est de partager ce que sont les paysages Réunionnais et à quel point ils sont fragiles. Le deuxième enjeu est de donner une valeur explicite, de monter la contribution des paysages à la vie de l’île que ce soit pour les Réunionnais eux même ou par la valeur qu’ils recèlent d’un point de vue touristique par exemple. Cette mise en valeur (littéralement) permettra de faire mieux prendre conscience de l’importance de préserver la valeur esthétique de l’île à long terme (et donc en intégrant des scenarii d’évolution) et ainsi de pouvoir légitimer la prise en compte de ceux-ci dans les politiques publiques (aménagement, urbanisme, production énergétiques…).
Le Parc national de La Réunion, créé par le Décret 2007-296 du 5 mars 2007, est géré par un établissement public à caractère administratif placé sous tutelle du ministre chargé de la protection de la nature.

Le périmètre du parc national comprend deux zones distinctes :
• Un cœur de parc (105 000 ha) dédié à la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel, où le Parc dispose de pouvoirs réglementaires. Ce cœur présente la particularité d’inclure « un cœur habité » (cirque de Mafate et Îlet des Salazes) non accessible par la route et abritant environ 900 habitants ;
• Une aire d’adhésion regroupant des territoires ruraux adjacents au cœur du parc et abritant environ 160 000 habitants, où l’établissement public ne dispose pas de pouvoirs réglementaires. La charte du parc national y favorise un développement durable fondé sur la solidarité écologique et paysagère avec le cœur.

La charte du Parc National de la Réunion a été approuvé en 2014. Elle comprend 4 enjeux dont le premier porte l’ambition de « Préserver la diversité des paysages et accompagner leurs évolutions ».

Par ailleurs en 2010, le bien « Pitons Cirques et Remparts de l’île de la Réunion » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité au titre des critères VII « représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles » et du critère X « contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation ».

Ainsi la Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE) du Bien « Pitons Cirques et Remparts de l’île de la Réunion » comprend des attributs relatifs aux deux critères.

Ainsi, la question des paysages et de la VUE, de leur protection et de leur gestion est au cœur des préoccupations et des ambitions portées par le Parc national et ses partenaires.

Finalités du métier/rôle

Le ou la chargé.e de mission « paysage » est le/la référent.e interne et externe pour toutes les questions relatives aux paysages et à la VUE (sur le critère VII). A ce titre il/elle :
• contribue à améliorer les connaissances sur les paysages Réunionnais et leurs évolutions ;
• fait un état des outils de gestion pouvant être mobilisés et travaille à l’élaboration d’outils nouveaux le cas échéant ;
• pilote les études nécessaires à faire avancer le sujet et participe à l’élaboration des supports et des formations pour diffuser les concepts et outils en interne au sein de l’établissement public, auprès des différents publics et partenaires notamment dans le cadre d’un réseau technique ;
• contribue à la prise en compte des paysages à la VUE (sur le critère VII) dans les plans/projets/programmes ;
• contribue aux retours d’expériences, sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre en la matière

Position dans l’organisation

Le ou la chargé.e de mission « Paysage » exerce ses missions au sein du Service Appui à l’Aménagement et au Développement Durable (SAADD), localisé au siège de l’établissement public du Parc national à la Plaine des Palmistes. Il/elle exerce son activité sur l’ensemble de l’île de la Réunion.
Missions et activités principales

En lien avec les services et les secteurs du Parc national, le ou la chargé.e de mission « paysage » doit :
• contribuer à la capitalisation et à l’acquisition des données et des méthodes concernant les paysages et du critère VII de la VUE (descriptions, dynamiques d’évolution, prises en compte dans les politiques publiques etc) ;
• assurer une veille réglementaire sur le sujet des paysages ;
• contribuer à définir les cahiers des charges et piloter les études qui seraient nécessaires pour améliorer les éléments de connaissance ou de gestion des paysages à la Réunion et du critère VII de la VUE ;
• constituer des outils et référentiels permettant de diffuser l’information sur les paysages et sur le critère VII de la VUE et les moyens de les gérer ;
• animer un groupe de travail « paysage », rassemblant les services de l’Etat, les collectivités et les experts, destiné à faciliter les échanges d’expérience et la diffusion des informations utiles ;
• assurer les porter à connaissance du Parc vers les collectivités ou l’Etat sur les sujets relatifs aux paysages et au critère VII de la VUE ;
• contribuer à l’élaboration des supports de diffusion ou module de formation sur le sujet,
• contribuer à l’instruction des demandes d’autorisation et d’avis pour les travaux, aménagements et installations localisées en cœur de parc national, ou dans son aire d’adhésion pour ce qui concerne les aspects paysagers et ceux relatifs au critère VII de la VUE ;
• représenter le cas échéant le Parc national dans les réunions techniques concernant sa thématique.

Activités annexes

Le ou la chargé.e de mission « paysage » peut :
• répondre à des demandes ponctuelles (enquêtes, cabinet d’études, réseaux, etc.) ;
• participer à des projets et demandes ponctuels émanant du réseau des Parcs nationaux sur le sujet ;
• participer à la présentation des dossiers dans les différentes instances du Parc national (Conseil d’administration, Conseil scientifique, Conseil économique social et culturel) ;
• contribuer aux interventions et aux formations internes, ou à la demande de partenaires, portant sur les aspects techniques et/ou réglementaires associés au sujet paysage ;
• contribuer à l’élaboration, en lien avec les autres services, des supports de communication pour valoriser les connaissances techniques et réglementaires relatives aux paysages.

Liens hiérarchiques et fonctionnels

Au plan hiérarchique
Il/elle est placé.e sous l’autorité directe du responsable du SAADD.

Au plan opérationnel et relationnel
En interne au sein du SAADD, il/elle assure ses missions en étroite relation technique avec les chargés de mission du service, notamment en apportant une ingénierie d’appui à l’élaboration de projet, d’assistance technique et/ou administrative pour les dossiers sur lesquels il/elle intervient.

En interne au sein du Parc national, le ou la chargée de mission collabore avec :

• les chefs de secteurs et les agents de terrain en fonction de la localisation du projet ;
• les chargés de mission de l’établissement en fonction de la nature du dossier.

En tant que de besoin, il/elle mobilise l’expertise technique des secteurs.

En externe, il/elle est en relation avec les partenaires techniques des collectivités, administrations et établissements publics, les bureaux d’étude, entreprises, les prestataires techniques, et tous partenaires du Parc national selon la thématique concernée.

Compétences requises
Savoirs, connaissances
• connaissance et compétence affirmées en matière de paysage et d’aménagement ;
• connaissance fine de la réglementation associée ;
• connaissance en techniques associées ;
• connaissance des acteurs du territoire et du contexte institutionnel ;
• connaissance de base des patrimoines naturels, culturels et paysagers du territoire du Parc national ;
• connaissance de base des procédures de commandes publiques, de suivi et de mise en œuvre d’un budget.

Savoir-faire, aptitudes
• capacité d’analyses techniques et réglementaires et d’évaluation des impacts des projets sur le patrimoine naturel et paysager ;
• capacité à rédiger des notes et avis clairs et succincts ;
• capacité en accompagnement de projet ;
• pratique des logiciels (dessin, texte, calcul…), du SIG ;
• capacité d’expression orale, notamment dans le cadre de présentation de dossiers.


Savoir être, qualités/aptitudes/comportements

• capacité à dialoguer avec des interlocuteurs divers (internes, partenaires, prestataires, etc.), aptitude à la communication interpersonnelle ;
• grande rigueur et méthode de travail ;
• respect des procédures et des délais ;
• capacité de propositions, d’innovations, et de créativité dans un champ plus large que le champ technique ;
• capacité de raisonnement, d’analyse et de synthèse ;
• capacité à travailler de façon autonome (poste informatique, terrain) et en équipe.

A titre indicatif, une formation ou un parcours dans le domaine, de l’architecture, du paysage, expérience administrative (services de l’État ou collectivités territoriales) en matière d’accompagnement de projets, ou d’évaluation d’impact sur l’environnement, d’expérience dans des structures de type bureau d’études est fortement apprécié.


Conditions particulières du poste

Conditions de rémunération
• Pour les fonctionnaires : situation indiciaire au moment de la prise de poste et régime indemnitaire associé
• Pour les contractuels : prise en compte de l’expérience professionnelle selon les conditions de reprise d’ancienneté prévues par la réglementation sur présentation de justificatifs d’emploi sur des postes équivalents et classement sur la grille de rémunération des personnels de conception et d’encadrement et des spécialistes de haut niveau applicable pour les agents non titulaires de certains établissements publics de l’environnement (décret 2016-1697).

Localisation du poste

Siège du Parc national de la Réunion - Plaine des Palmistes.

Les fonctions nécessitent toutefois une disponibilité et une bonne condition physique du fait de déplacements sur le périmètre du Parc national, notamment lors des réunions techniques et missions sur le terrain.

Coordonnées

Modalités de dépôt de candidature : La candidature composée d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae ainsi que des trois derniers compte rendu d’évaluation professionnelle et du dernier arrêté de situation indiciaire pour les candidats fonctionnaires est à transmettre : • soit par voie postale à : Monsieur le Directeur du Parc national de la Réunion 258 rue de la République 97431 La Plaine des Palmistes • soit exclusivement à l’adresse courriel suivante : [email protected], avec demande d’accusé de réception automatique. La date de disponibilité du candidat devra être précisée. La date limite de dépôt des
Date limite de candidature : au plus tard le 15 novembre 2020 Pour toutes informations complémentaires, s’adresser à : • Monsieur Yves BARET, responsable du Service d’Appui et d’Accompagnement au Développement Durable : [email protected] • Monsieur Julien DELMAS-DENIAU, responsable des Ressources Humaines : [email protected]

Publicité