Publicité

Graphiste h/f - Parc National de la Réunion

Publié le 21 novembre 2019
Graphiste h/f - Parc National de la Réunion

PARC NATIONAL DE LA REUNION

  • Parc National de la Réunion
  • Bac +3
  • TIC
  • Administration
  • Communication
  • Environnement
  • La Réunion
  • CDD



Corps/Grade : poste ouvert aux personnels contractuels pour une durée de 12 mois - Personnel d’application – Catégorie B
Conditions d’accès au poste :
poste à pouvoir à compter du 1er janvier 2020
contrat à durée déterminée de 12 mois

Contexte général :

Le Parc national de La Réunion, créé par le Décret 2007-296 du 5 mars 2007, est géré pour ce qui est de ses missions propres, par un établissement public à caractère administratif placé sous tutelle du ministère de la transition écologique et solidaire.
La création du parc national dans le cadre de la loi de 2006, répond à la volonté de l’Etat et des collectivités, de préserver un environnement remarquable en prenant en compte les différentes dynamiques territoriales locales et valoriser l’ensemble des patrimoines. Cette volonté a été précisée dans une charte de territoire qui fixe les grands axes et les objectifs dont sont garants l’établissement public et les différentes collectivités signataires. L’atteinte des objectifs dépend donc des actions coordonnées ou convergentes de l’ensemble de ces acteurs du « premier cercle », mais également des différentes institutions présentes sur le territoire et de l’ensemble des composantes de la société réunionnaise.
Le cœur du Parc s’étend sur 105 384 ha et représente 42% de la surface de l’île. Aujourd’hui, 19 communes sur les 24 ont adhéré au Parc. Dans l’hypothèse où l’ensemble des 24 communes adhérent cela représenterait 87 696 ha, soit 35% supplémentaires, c’est une spécificité propre au parc de la Réunion, qui couvrirait alors un territoire représentant près de 77% de l’île.
Le patrimoine naturel réunionnais se caractérise par un volcanisme encore actif, un endémisme très important et une grande palette d’habitats naturels, de paysages minéraux ou végétaux, qui ont justifié l’inscription de l’intégralité du cœur du parc national, et quatre sites particuliers, sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. L’inscription s’est faite sous le nom de « Pitons, Cirques et Remparts de l’Île de La Réunion ». Le territoire du Parc est donc labellisé à double titre et à deux niveaux différents ; (i) niveau national avec le classement Parc National, et (ii) au niveau international avec l’Unesco.
Dans le contexte de l’île qui connaît une pression démographique et urbaine forte et un besoin en développement, l’établissement public a un rôle de premier plan à jouer dans la construction et la mise en œuvre des partenariats nécessaires à (i) la connaissance, la préservation et la mise en valeur d’un ensemble unique en terme de biodiversité et d’habitats rares, (ii) la mise en place d’une stratégie et d’actions permettant un développement durable des territoires ruraux de l’aire d’adhésion, en s’appuyant sur le tourisme, l’agriculture et en valorisant les aspects culturels des hauts de la Réunion.
La problématique du parc national s’inscrit donc dans la bonne compréhension et la reconnaissance d’une combinaison étroite entre la nature et l’humain. Les missions de l’établissement public sont variées et consistent entre autres :
à développer la connaissance du patrimoine naturel et culturel,
à participer à la mise en œuvre d’un développement équilibré du territoire,
à assurer une gestion conservatoire des milieux et des espèces grâce au dialogue mené avec les différents acteurs concernés,
à opérer leur surveillance,
à accueillir les publics et, plus largement à sensibiliser à l’environnement.
L’établissement public doit faire vivre et animer le projet de territoire défini par la charte du parc national (approuvée par décret le 21 janvier 2014), en suscitant, en appuyant et/ou coordonnant les actions qui auront été définies avec les différents partenaires et en développant des actions en propre. Il a ainsi un rôle d’appui et de conseil auprès des collectivités territoriales, et particulièrement des communes adhérentes à la charte, pour promouvoir la prise en compte du patrimoine dans le cadre des politiques locales d’aménagement et de développement durable.

L’établissement public dispose d’un siège situé à la Maison du parc national à la Plaine-des-Palmistes (direction, secrétariat général, 3 services techniques) et de 4 services territoriaux, dits « secteurs », installés à la Plaine-des-Palmistes (Secteur Est), Trois-Bassins (Secteur Ouest), Petite-Île (Secteur Sud) et Saint-Denis (Secteur Nord).
Le Parc national de La réunion compte ainsi environ 35 agents au siège et, 50 agents dans les secteurs assurant majoritairement des missions de terrain.
Finalités du métier
Le/La graphiste / infographiste prépare et réalise les différents supports de communication interne et externe.

Il/Elle participe à la définition de la nouvelle charte graphique. Pour cela, il/elle traduit des idées en images, il/elle hiérarchise et met en scène les textes et les images, dans l’objectif de faire passer un message clair et efficace, en s’appuyant sur les chartes graphiques existantes et réglementaires.

Tout ceci sur un ensemble de supports allant de l’édition aux contenus web.
Position dans l’organisation
Le/la graphiste / infographiste exerce ses missions au sein du service communication qui se trouve sous la responsabilité de la Direction, au siège de l’établissement public Parc national.

Il/Elle exerce son activité sur l’ensemble du périmètre du Parc national.

Profil recherché

De formation supérieure artistique/art graphique (minimum BAC + 2), vous êtes curieux et « touche à tout ». Nous serons attentifs à votre créativité, à votre rigueur et votre organisation mais aussi à votre esprit de synthèse. Nous attendrons des propositions graphiques modernes et épurées.

Nous serons sensibles à la pratique d’une discipline artistique liée à l’image : illustrateur (dessin, aquarelle, dessin digital...), photographe, vidéaste…

Missions et activités principales

Missions en plateau recherche et conception :
Collabore avec la responsable communication, le*la chargé-e de communication et l’ensemble des agents pour l’élaboration des supports ;
Effectue des recherches graphiques. Le/la graphiste / infographiste peut être amené-e à aller sur le terrain ;
Contrôler le respect des chartes éditoriales ;
Proposer des supports en fonction des cibles et du message ;
Réaliser une conception graphique et une mise en page des documents édités par le Parc :
les affiches,
les communiqués,
les dépliants et flyers,
les livrets,
les fiches d’informations,
la signalétique interne et externe : panneaux institutionnels, géographiques, points info, sites, sentiers…
les éditions du Parc national,
les documents promotionnels : cartes postales, posters, roll-up, panneaux…
le web design,
le back-office des réseaux sociaux,
le post-traitement et les retouches d’images.
Création d’illustrations pour les supports de communication et les publications :
les logos, pictogrammes…
les infographies
Gère les commandes auprès des prestataires,
Conseille les collaborateurs et partenaires.

Missions terrain :
Peut être amené-e à effectuer des reportages sur le terrain : photos, vidéo ou par l’illustration, (fonction de vos talents artistiques),
Vérification, réception des livrables,
Rencontre avec les partenaires : suivi et réalisation de supports.
Activités annexes
Peut participer à des actions de coopération autour des démarches d’interprétation ;
Peut participer au groupe Images, gestion des photographes interne et du matériel photo ;
Peut répondre à des demandes ponctuelles (enquêtes, cabinet d’études, réseaux, etc.) ;
Intervient sur des actions de formation en externe comme en interne, dans son domaine.
Liens fonctionnels et relationnels
Il/elle est placé-e sous l’autorité hiérarchique du responsable communication.

Compétences requises
Savoirs, connaissances
Parfaite maîtrise de la chaîne graphique ;
Parfaite maîtrise des logiciels de PAO : suite Adobe ;
Connaissance des techniques de communication multimédia ;
Maîtrise du monde de l’édition ;
Maîtrise des règles de la communication ;
Connaissances juridiques concernant le droit de la propriété littéraire et artistique

Savoir-faire, aptitudes
Bonne capacité d’organisation et de planification (gérer plusieurs dossiers en même temps)
Adaptation à la multiplicité des sujets (patrimoine naturel, écologie, architecture, gestion, histoire, ethnologie…),
Capacité à travailler avec des fournisseurs, sous-traitants (imprimerie, graphiste, photographe…)
Connaissance de base des logiciels bureautique (texte, calcul,…) ;
Bonne utilisation des matériels d’impression.

Savoir être, qualités/aptitudes/comportements
Rigueur et méthode de travail ;
Respect des délais
Capacité de proposition, d’innovation, de créativité ;
Capacité de raisonnement, d’analyse et de synthèse ;
Goût pour l’actualité locale et l’environnement ;
Capacité à dialoguer avec des interlocuteurs divers (internes, partenaires, prestataires, etc.) ;
Capacité à se mettre à la place des récepteurs (partenaires, agents, grand public...) ;
Capacité d’adaptation, de réactivité ;
Capacité à travailler de façon autonome (poste informatique, terrain) et en équipe

Conditions et moyens d’exercice
Le métier nécessite une bonne disponibilité, du fait de déplacements réguliers sur le périmètre du parc, notamment lors des réunions techniques et sorties sur le terrain.

Permis B requis

Conditions de rémunération
Prise en compte de l’expérience professionnelle selon les conditions de reprise d’ancienneté prévues par la réglementation sur présentation de justificatifs d’emploi sur des postes de niveau équivalent et classement sur la grille de rémunération des personnels d’application applicable pour les agents non titulaires de certains établissements publics de l’environnement (décret 2016-1697).
Conditions d’accès au métier
Métier accessible aux titulaires de diplômes à partir du niveau III ou expérience équivalente.

Publicité