Publicité

Volontaire - réserve naturelle nationale des terres australes françaises h/f (suivi de la flore)

Volontaire - réserve naturelle nationale des terres australes françaises h/f (suivi de la flore)

Terres australes et antarctiques françaises

  • Administration
  • Environnement
  • Agriculture
  • La Réunion
  • Bac +2
  • 2 à 5 ans
  • Terres australes et antarctiques françaises


Le territoire des terres australes et antarctiques françaises (TAAF) est créé par la loi n° 55-1052 du 6 août 1955. Ce territoire, inscrit à l’article 72-3 de la constitution, formé par les îles Saint-Paul et Amsterdam, l’archipel Crozet, les îles Kerguelen, la Terre Adélie et les îles Eparses (depuis 2007), est placé sous l’autorité d’un Préfet, administrateur supérieur. En plus de la responsabilité liée à l’administration du territoire, les TAAF sont également l’organisme gestionnaire de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises, de la réserve naturelle nationale de l’archipel des Glorieuses et des autres îles Eparses (Europa, Bassas da India, Juan de Nova et Tromelin) protégées par arrêté. Les TAAF mettent en place sur ces districts un modèle de gestion permettant de concilier le développement d’activités humaines raisonnées et la protection d’un patrimoine naturel d’exception. Ces territoires insulaires et les zones marines qui leurs sont associées offrent à la France une position privilégiée au niveau international pour répondre aux grands enjeux environnementaux (préservation de la biodiversité, étude du changement climatique, gestion durable des ressources marines, etc.). La direction de l’environnement veille et contribue à la déclinaison des politiques nationales en matière d’environnement, de climat et de préservation de la biodiversité pour l’ensemble des districts des TAAF. La direction de l’environnement se compose d’un service connaissance et suivi du patrimoine naturel, d’un service conservation et restauration des milieux naturels, d’un service appui aux politiques publiques (services placés chacun sous l’autorité d’un chef ou d’une cheffe de service), d’une cellule coordination opérationnelle des agents en charge de la gestion des réserves naturelles (sous l’autorité d’une coordinatrice), et d’une cellule appui transversal sous l’autorité immédiate du directeur. Dans ce cadre, la personne volontaire contribuera aux missions de la direction de l’environnement sur le district et participera à la mise en œuvre des protocoles de lutte contre les espèces exotiques végétales, d’inventaires et de suivis sur les communautés végétales et la flore native et introduite. Pour l’exercice de ses missions, la personne volontaire bénéficie de l’accompagnement scientifique et technique des référents thématiques du siège. Ce volontariat est placé sous l’autorité du préfet, administrateur supérieur, et sous la responsabilité directe de la coordinatrice opérationnelle. Sur le terrain, il est placé sous l’autorité du chef de district, représentant du préfet.

Missions :

  • Contribution à la mise en œuvre des protocoles sur le terrain :
    - Participation à la réalisation d’inventaires et de suivis de la flore et des communautés végétales.
    - Pour l’île Amsterdam, participation au projet de cartographie des habitats naturels de l’île Amsterdam (projet Cartovege-2).
    - Animation de la lutte contre les espèces exotiques végétales sur base et organisation de chantiers participatifs.
    - Organisation et mise en œuvre des protocoles de lutte et de suivi des espèces exotiques végétales.
    - Réalisation de veille/détection précoce des espèces exotiques végétales sur les bases et en sites isolés.
    - Pour l’île Amsterdam, réalisation de suivis des communautés d’invertébrés (piégeage, tri et identification).
    - Gestion des transits pédestres et mise en œuvre d’actions visant à limiter l’impact du piétinement sur la végétation : diagnostic d’état des transits, organisation de chantiers de pose de caillebotis.
    - Saisie des données de terrain dans la base de données.
    - Appui au déploiement d’outils de saisie numériques.
    - Rapportage régulier aux référents thématiques.
    - Rédaction des rapports techniques.
  • Contribution aux missions de la direction de l’environnement sur le district :
    - Sensibilisation du personnel du district à la préservation de l’environnement et au statut de Réserve naturelle nationale.
    - Soutien au chef de district sur toutes les thématiques environnementales.
    - Accueil et accompagnement des personnes de passage sur l’île (touristes, marins, passagers du Marion Dufresne, plaisanciers, etc.).
    - Participation aux réunions de services.
    - Mise en œuvre et suivi des procédures de biosécurité.
    - Suivi environnemental des chantiers.
    - Organisation des événements sur les thématiques environnementales (fête de la nature, journée mondiale des zones humides, etc.).

Missions transversales :

  • Contribution à l’élaboration collective des plannings.
  • Soutien aux actions réalisées dans le cadre des autres thématiques du plan de gestion de la réserve naturelle.
  • Pour l’île Amsterdam, participation à la veille/détection post-programme RECI d’éventuels indices de présence de mammifères introduits.
  • Organisation et/ou participation aux chantiers participatifs (dépollutions, ramassage de déchets, etc.).
  • Rédaction des comptes rendus mensuels.
  • Entretien des locaux dédiés à la gestion de la réserve naturelle nationale.
  • Inventaires du matériel.
  • Participation aux tâches collectives de la base.

Savoir-faire :

  • BAC +2 minimum.
  • Expérience de travail en espace naturel protégé.
  • Bonne connaissance de la flore métropolitaine et européenne.
  • Des connaissances en bryologie seraient un atout.
  • Expérience de terrain dans la mise en œuvre de protocole de cartographie des habitats.
  • Expérience de terrain dans la mise en œuvre de protocoles de suivi et d’inventaire de la flore (pratique du relevé phytosociologique).
  • Pour l’île Amsterdam, des connaissances en entomologie seraient un atout.
  • Expérience de terrain dans la mise en œuvre de protocoles de lutte contre les espèces végétales introduites.
  • Expérience de travaux de restauration écologique.
  • Une expérience en aménagement de transit serait un atout.
  • Maîtrise des outils informatiques usuels.
  • Des compétences dans l’utilisation de bases de données et SIG seraient un atout.

Savoir-être :

  • Dynamisme et motivation.
  • Sens de l’organisation et rigueur.
  • Sens de l’intérêt général.
  • Capacité d’adaptation.
  • Bon relationnel au sein d’un groupe.
  • Aptitude à travailler en équipe et en autonomie.
  • Aptitude à encadrer un groupe et à transmettre un message de sensibilisation à l’environnement.
  • Bonne condition physique.

Informations supplémentaires :

  • Durée : 2 volontariats à pourvoir sur la période novembre 2024 – décembre 2025 (14 mois) – Crozet / Kerguelen ; 1 volontariat à pourvoir sur la période août 2024 – novembre 2025 (16 mois) - Amsterdam.
  • Avant le départ en mission, la personne volontaire suivra une formation d’environ 10 jours au siège des TAAF à Saint-Pierre de La Réunion.
  • Cette formation permet d’appréhender les éléments de contexte (collectivité des TAAF, présentation des territoires, protocoles mis en œuvre sur le terrain, bases de données, etc.) et de rencontrer l’équipe de la direction de l’Environnement basée au siège des TAAF.
  • Indemnisation : 1 056,90 euros nets/mois (indemnité de base + indemnité supplémentaire afférente au volontariat de service civique dans les TAAF). Poste nourri et logé.
  • Date limite de candidature : 31/01/2024.
Publicité