Publicité

BELLO Huguette

Publié le 1er janvier 2014
974


Huguette Bello et Pierre Vergès

Enseignante à la retraite, née le 24 août 1950 à la Ravine-des-Cabris à Saint-Pierre (la Réunion). Fille d’Usto Ustu Bello et de Marie-Céline née Gastrin. Divorcée de Jean-Marie Wisniowycki et remariée à Roland Malet, ancien journaliste du quotidien économique Les Echos et de RFO Réunion. 2 enfants (Mathieu, Josselin). Collège à la Ravine des Cabris puis lycée Roland Garros au Tampon, à la Réunion. Brevet élémentaire Elle aurait souhaité devenir avocate, mais contrainte d’arrêter ses études, elle deviendra l’avocate des conditions des femmes. Elle est devenue institutrice suppléante dès l’âge de 18 ans (1968), puis directrice d’école maternelle à Saint-Leu (1982), à Saint-Louis (1983), puis au Port (1985-1997), avant de prendre une préretraite en 2003 pour gérer ses mandats électifs ? Elle a commencé à militer en 1974, lors d’un congrès du Front de la Jeunesse Autonomiste de la Réunion (FJAR). Membre du Parti Communiste Réunionnais (depuis 1974), membre du comité central (depuis 1975), elle a fait l’objet d’une mesure d’exclusion de la part de son parti, en février 2012, pour ne pas avoir acceptée de se présenter dans la 7ème circonscription de l’île aux élections législatives. Membre de l’Union des Femmes de la Réunion (UFR), aux côtés d’Isnelle Amelin et de Laurence Vergès (depuis 1974), elle en devient secrétaire général (depuis 1980). Conseillère régionale élue le 20 février 1983 sur la liste “Développement, Solidarité, Justice et Liberté” conduite par Paul Vergès à l’élection au Conseil régional de la Réunion, réélue (1986-1992). Conseillère générale (1988-1994). Adjointe au maire de Saint-Pierre Élie Hoarau (1983-1989). Adjointe au maire de la Possession Roland Robert (1989-1995). Conseillère municipale de Saint-Paul élue en juin 1995 sur la liste du “Rassemblement pour le changement et la renaissance de Saint-Paul” conduite par Paul Vergès (1995-2008), élue maire de Saint-Paul en mars 2008 à la suite de la victoire de sa liste sur celle du maire sortant Alain Bénard, scrutin invalidé par le tribunal administratif le 2 octobre 2008. Réélue le 4 octobre 2009 (56,5% des suffrages exprimés) face à son adversaire Alain Bénard. Députée de la Réunion élue de la 2e circonscription avec pour suppléant Ary Mardenalom (depuis le 1er juin 1997), membre et vice-présidente du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (27 juin 2007). Elle s’est abstenue lors du vote de la loi sur l’interdiction du voile intégral (13 juillet 2010). À l’origine d’un amendement visant à avancer le versement des pensions de retraite le 1er de chaque mois, texte approuvé à l’unanimité par les députés (septembre 2010). Candidate à un quatrième mandat consécutif à l’Assemblée nationale aux élections législatives de juin 2012, dans la 7ème circonscription, avec pour suppléant Olivier Hoarau.

Autres

Avec Claude Hoarau et Élie Hoarau, signataire d’une proposition de loi (non retenue) tenant en un article unique : « La République française proclame que la traite et l’esclavage, perpétrés du XVIe au XIXe siècle contre les populations africaines, malgaches et indiennes déportées aux Amériques et à La Réunion (île Bourbon), constituent un crime contre l’humanité » (1999) • Son suppléant à la députation depuis 1997, Ary Mardenalom, a rejoint en 2005 la majorité municipale de Saint-Paul conduite par Alain Bénard, maire UMP • Elle s’est distinguée dans une grande surface du groupe Casino en lacérant une chemise arborant le logo en anglais “Violent femmes” du nom d’un groupe de rock américain des années 80, la présidente de l’Union des femmes réunionnaises interprétant ce slogan comme une incitation au viol caractérisé (19 août 2005) • En novembre 2005, elle s’est prononcée contre l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui incite les programmes scolaires à souligner le « rôle positif de la colonisation française outre-mer » en lançant pour son abrogation une pétition signée notamment par Jacqueline Farreyrol, Bernadette Ladauge, Monique Couderc, Paul Hoarau, Thierry Gauliris, Jean-Régis Ramsamy, Françoise Vergès et Mgr Gilbert Aubry (9 décembre 2005) • Elle s’est opposée à la décision du comité central du PCR d’appeler à voter en faveur Marie Georges Buffet et a apporté son soutien à Ségolène Royal (10 avril 2007) • Elle a refusé de voir s’implanter un Mac Do sur sa commune de Saint-Paul (octobre 2010 • À l ‘origine de l’idée de mettre en place une garderie dans un lycée de l’ouest de la Réunion en raison des grossesses précoces chez les jeunes (2010) • En tête du classement des opinions favorables des personnalités politiques, selon un sondage de l’Institut Louis Harris pour le Quotidien de la Réunion, en novembre 2007 et février 2008 ? Membre (1974), secrétaire générale adjointe (1975), secrétaire générale (1978), présidente (depuis 1997) de l’Union des femmes de la Réunion (UFR) devenue l’Union des Femmes Réunionnaises (2004). Cofondatrice avec notamment le père René Payet, Eugène Rousse, Isnelle Amelin, Karl Bellon, Jean-François Reverzy, Annick Le Toullec, Philippe Berne, Alain Séraphine, de l’ADNOJ, Association pour le Déroulement Normal des Opérations Judiciaires (1993), créée lors de la “cavale” de Pierre Vergès. Membre du collectif La Réunion contre la guerre et pour la paix (2003) avec Canda Sammy Pillay, président de la Ligue des droits de l’homme, Fazir Houssein, président de l’association Solidarité Palestine-Réunion et Céline Lucilly, responsable de la Fédération régionale solidarité contre les violences. Première vice-présidente de l’Association des maires de la Réunion (depuis 2008).

Distinction

Plébiscitée comme « la personnalité la plus appréciée des Réunionnais », selon deux sondages, par l’institut Louis Harris Dom (24 novembre 2007) et par Ipsos Media (9 octobre 2010). “Personnalité publique de l’année 2011”, titre attribué par le Journal de la Réunion (12 décembre 2011). Prises de parole : « Arrêter de dire qu’à la Réunion l’on a les plus jolies filles du monde. C’est peut-être vrai, mais il ne faudrait pas qu’elles se contentent d’être belles ! Tout passe par le travail : on n’arrive à rien sans travail » (Journal de la Réunion, 9 mars 1991). « La droite, c’est le calcul, c’est l’égoïsme, c’est le retour des privilèges. La droite, c’est pour ceux qui exploitent le travail des autres, qui amassent des richesses, qui touchent des stock-options et veulent réduire l’impôt sur la fortune », (Quotidien de la Réunion, 20 février 2007). Les élections de miss sont « l’illustration de la femme objet que nous avons maintes fois dénoncée. C’est maintenir le mythe de la femme objet – sois belle et tais-toi ! – et donner l’image de la soumission, du charme et de la faiblesse. C’est infantile et les filles marchent dedans » (Journal de Réunion, 28 juillet 1995).

Références

Archives personnelles. Dames Créoles (2007). Témoignages 11.05.2009. Journal de la Réunion 14.11.1989, 20.08.2005, 8.12.2005, 3.10.2008, 18.03.2010, 9.10.2010, 21.10.2010, 7.10.2010, 30.03.2011, 12.12.2011, 22.02.2012, 14.03.2012. Quotidien de la Réunion 29.07.2006, 20.02.2007, 12.04.2007, 28.06.2007, 16.02.2008, 24.11.2007, 6.08.2010, 2.09.2010, 11.09.2010, 15.09.2010, 18.03.2011, 7.04.2011, 22.02.2012, 23.05.2012.

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Publicité