Publicité

FRUTEAU de LACLOS Jean-Claude.

Publié le 1er janvier 2014


Jean-Claude Fruteau

Professeur à la retraite, né le 6 juin 1947 à Saint-Benoît (la Réunion). Marié à Marinette née Lorion. 2 enfants (Bétatrice, Catherine). Études seondaires au lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis de la Réunion. Classe de Lettres supérieures au lycée Louis-le-Grand à Paris. Études supérieures à la Sorbonne à Paris, Maîtrise de lettres classiques. Agrégation de lettres Professeur agrégé de lettres au lycée de Saint-Benoît (depuis 1970), avec détachements pour gérer ses mandats électifs Adhérent à la fédération du Parti Socialiste avant de démissionner trois ans plus tard (1971-1974), collaborateur au journal L’Intrépide (1971), périodique de la fédération du PS. Cofondateur, 267 secrétaire général (1974) et président de la FSMR, Fédération des Mouvements Socialistes et Régionalistes (1975-1978), une époque où il voyait deux camps à la Réunion, « le camp de l’aventure, c’est-à-dire celui des communistes et le camp de la France » (20 septembre 1976). Candidat aux élections municipales de Saint-Benoît en 1977 sur une liste commune regroupant l’UDR, les Républicains Indépendants et les Socialistes départementalistes. Premier secrétaire de la fédération réunionnaise du Parti Socialiste (1981-2000). Membre du comité directeur national du Parti Socialiste (1983-1985). Maire de Saint-Benoît pendant quatre mandats (entre 1983 et 1999 et depuis 2008). Conseiller régional élu sur une liste Pour une majorité de progrès avec le président de la République (1983-1986), il obtiendra un nouveau mandat régional lors d’une élection partielle à Saint-Benoît contre l’UMP Daniel Moreau (2002). Candidat à la 53e place sur la liste du Parti Socialiste aux élections européennes (1984). Vice-président du Conseil général de la Réunion (1994-1998). Membre du Conseil Economique et Social Régional de la Réunion (1997). Député européen sur la liste du Parti Socialiste (1999-2007). Élu député de la 5e circonscription sous l’étiquette du Parti Socialiste en battant au second tour le député-maire UMP de Saint-Benoît, Bertho Audifax (16 juin 2007), membre suppléant du Conseil Supérieur de l’Aviation Marchande (CSAM) au titre de son mandat électif (2008).

Autres

Président de l’AGERF, Association Générale des Etudiants Réunionnais en France (1969-1970) pendant ses études en Métropole. Signataire aux côtés notamment de Michel Debré, Jean-Paul Virapoullé et Jean Fontaine d’un télégramme au Président de la République réclamant « le respect des lois de la République » pour la population française » de Mayotte (1971) Principal animateur du Comité pour le Oui au référendum sur la Constitution européenne qui a réuni 44% des suffrages à la Réunion contre 56% pour le Non (2005) Il a voté pour la déclaration du Parlement européen contre l’homophobie et pour la reconnaissance des couples homosexuels (18 janvier 2006). Prises de parole : « L’autonomie est une aventure vouée à l’échec, un échec qui sera irréparable : la Réunion n’est pas assez riche pour se suffire à elle-même ; il nous faudra des crédits, donc une domination étrangère : c’est une réalité, tout le reste est littérature, ou mensonge pour gagner des voix » (L’Intrépide, 31 mars 1971). « C’est notre amour de la départementalisation qui a conduit notre rupture avec le PS de Métropole. (…) Car aujourd’hui le choix est clair. Il y a d’un côté l’aventure avec ceux qui n’ont jamais participé, jamais proposé mais toujours critiqué et de l’autre côté la liberté, l’honnêteté politique, le progrès social, c’est-à-dire la liste d’Union nationale » soutenue par Michel Debré, Georges Repiquet, Marc Gérard et David Moreau (Journal de la Réunion, 27 janvier 1977). « Nous souhaitons une assemblée unique élue au scrutin de listes proportionnelles qui reflète le plus justement le poids réel des formations politiques » (Journal de la Réunion, 31 octobre 1981). « Il faut libérer les habitants d’outre-mer de la domination économique, sociale et culturelle héritée de trois siècles de colonisation » (Quotidien de la Réunion, 28 octobre 1981). « Nous sommes d’accord pour que l’on prenne en compte dans l’enseignement du français le fait linguistique créole, mais nous sommes opposés à la fois à l’enseignement du créole et à l’enseignement en créole » (Journal de la Réunion 20 février 1982). « Il faudrait être aveugle aujourd’hui, pour ne pas voir que cette fierté et cette dignité sont de plus en plus bafouées chaque jour lorsque, dans le service public de radio télévision, des mercenaires de passage procèdent à la mise à l’écart systématique des journalistes locaux, lorsqu’un journaliste qui devait sa promotion à sa compétence unanimement reconnue se voit rétrogradé parce qu’il est d’origine réunionnaise et que, dans le même temps, le petit écran est rempli par une journaliste qui a le triple avantage d’être nulle, RPR et surtout métropolitaine, comment ne pas conclure que le temps du mépris est revenu ? » (Journal de la Réunion, 22 juillet 1987). Décoration : Chevalier dans l’Ordre national du Mérite. 268

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Commander la version Pdf de "1000 Célébrités de la Réunion" pour 12 euros

Publicité