Publicité

HOAREAU Ivan

Publié le 21 décembre 2020
974
Jean-Luc Ratenon, Ivan Hoareau et Jean-Pierre Rivière

Syndicaliste, né le 29 avril 1955 à Saint-Denis (la Réunion). Fils de Roland Marc Hoareau et de Marie Suzette née Bigot. Divorcé. Ti’nom : Ti’Coq. [Filiation : Son père Marc a été conseiller municipal du Port sur la liste de Paul Vergès, lors du premier mandatélectoral du secrétaire général du PCR dans cette ville]. Lycée Leconte de Lisle. Baccalauréat à Saint-Denis de la Réunion. Poursuite des études à la Faculté de droit de Montpellier (Hérault), avant de décrocher un DESS d’aménagement et de gestion des collectivités locales à l’université de la Réunion Fonctionnaire territorial depuis 1981, détaché. Secrétaire général adjoint de la mairie du Port, sous les mandats de Paul et de Pierre Vergès (1981-1991). Secrétaire général de la mairie de Sainte-Suzanne sous les mandats de Lucet Langenier, puis de Maurice Gironcel (1991-1996). En avril 1996, il a succédé à Georges-Marie Lépinay au poste de responsabilités de secrétaire général de la Confédération Générale des Travailleurs Réunionnais (CGTR) en veillant à suivre la même politique d’indépendance vis-à-vis du Parti Communiste Réunionnais. Membre du Conseil Economique et Social Régional (CESR), au titre de la CGTR Son adhésion au Parti Communiste Réunionnais a duré deux ans, « pour faire plaisir à mon employeur, la mairie du Port », mais ne l’a pas, semble-t-il, convaincu de la justesse des méthodes et des finalités des communistes réunionnais. Une adhésion qu’il a réfuté ensuite dans divers périodiques. Autre : Le domicile qu’il occupait alors à Quartier Français, à Sainte-Suzanne, et sa voiture ont été la cible de trois coups de feu dans la nuit du 8 au 9 avril 1992. Prises de parole : « Ici, 90% des entreprises ont moins de dix salariés. Elles n’ont aucune représentation syndicale. Le dialogue est donc impossible car pour dialoguer, il faut être deux. Ce tissu économique fait de microsociétés favorise une vision patrimoniale de l’entreprise. Pour le patron, les murs de l’entreprise sont à lui mais aussi les salariés. Cet état d’esprit empêche le dialogue social » (Quotidien de la Réunion, 24 juin 2005). 344

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Publicité