Publicité

IVOULA Jean

Publié le 1er janvier 2014 974

Né le 3 juillet 1958 « dans un bidonville de Saint-Denis » (la Réunion), décédé le 20 janvier 2001 dans la même ville. Fils de Jacques Laurent Ivoula et de Marie Joséphine née Boudia. Baccalauréat B au lycée du Butor à Saint-Denis (1976). Il s’inscrit en Faculté pour suivre des études de droit, puis d’histoire géographie. Service militaire à la Réunion. Enfin, formation en déclarant de douane en attendant un emploi Conseiller d’éducation au lycée privé Lavavasseur de Saint-Denis. Admis au poste d’agent de recouvrement au Trésor après avoir été retenu à un concours, agent du Trésor, catégorie C (1981-1993), mis en disponibilité pour assumer ses mandats électifs Il vient très tôt à la politique en s’engageant pour le Front de la Jeunesse Autonomiste de la Réunion (FJAR), émanation du Parti Communiste Réunionnais (1974), avant de démissionner et prendre des responsabilités dans la vie associative. Il rejoint plus tard le Parti Socialiste en devenant membre du Conseil fédéral du Parti Socialiste de la Réunion (1990-2001), mais entre temps en participant à la campagne électorale de Gilbert Annette lors des élections municipales de mars 1989 à Saint-Denis oùil se fait élire conseiller municipal, adjoint spécial du Chaudron (1989-2000). Il a été également élu conseiller général du Chaudron, 7e canton de Saint-Denis (1994)-2001 ♥ Secrétaire départemental de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), il a donné des cours d’alphabétisation à la cure du Chaudron, à Sainte-Clotilde, avec le Père Alex Maillot (1980-1985). Président et membre fondateur de l’Association de défense des intérêts des locataires du Chaudron (1984). Secrétaire de l’Association des écrivains de la Réunion (1985-1986). Président du club de football l’AS Chaudron (1995-1997). Président de l’Office Départemental de la Culture (ODC) (1994-1998). Président du Comité du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage (1998). Défenseur de “lékritir-77”, une écriture phonétique du créole appelée ensuite 83 et ensuite la graphie 200. Autre : Secrétaire adjoint de la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT) du Trésor (1983-1989). Livres : Commune Primat (1977). Ti Gris (1977). Zistoire Ti Gris sé in vré zistoire (1978). Mett dofé mounoir (1982).

Prise de parole

« Pendant une fête de Témoignages, on tenait un stand dans lequel on présentait une exposition sur l’impérialisme. L’impérialisme des Etats-Unis mais aussi celui de l’URSS. Quand Paul Vergès est entré dans le stand, il s’est mis en colère. Mais moi, je suis pour qu’on dise la vérité. C’est pourquoi j’ai quitté le FJAR » (Le Réunionnais, 30 mars 1994).

Références

Personae Réunion 2000. Archives personnelles. Télé Mag 7.02.1995. Témoignanges 24.02.2001. Le Réunionnais 30.03.1994.

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Publicité