Publicité

MANES Gilbert.

Publié le 1er janvier 2014

Chef d’entreprise à la retraite, né en 1929 à Hell-Bourg (la Réunion). [Filiation : Sa famille a débarqué sur l’île en 1770 et l’un de ses ancêtres, Anne- Louis Edouard, remplira les fonctions de gouverneur de Bourbon de 1888 à 1893]. Ti’noms : Gros Gilbert ou Chabouque. Études au lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis (la Réunion) et apprentissage du grec et du latin. Il rêve de rejoindre la Marine marchande, mais il est recalé au concours d’entrée Il débute sa carrière professionnelle à la Réunion en 1952 en intégrant la société d’import-export de denrées alimentaires Raymond Candau, jusqu’à son appel sous les drapeaux en Métropole et son incorporation au 4e Régiment de spahis marocains pendant deux ans. En 1958, il retrouve à la Réunion la direction générale de la société d’import-export de ses débuts professionnels dont il prend la direction générale pour l’océan Indien avant d’acheter la société et de transférer les bureaux à Tananarive (Madagascar) en 1968. Il demeure dans la Grande Ile jusqu’en 1975, année où il reçoit un visa de sortie définitive, en laissant tout sur place, suite à la dénonciation des accords de coopération franco-malgaches par le président marxiste Didier Ratsiraka. De retour à la Réunion, il se sépare de la société Raymond Candau (1978) pour rejoindre la direction commerciale des assurances Mancini (1982), puis huit ans plus tard celle la société de Vie et Placements (1988) Profondément “Algérie française” en 1958, il assiste même à Alger aux manifestations fraternelles du 13 mai. Il adhère au Rassemblement Pour la République (RPR) en 1982 et se fait élire 11e adjoint au maire de Saint-Denis Auguste Legros aux élections municipales de Saint-Denis en 1983. En mars 1986, il est 29e sur la liste Union Départementaliste conduite par Michel Debré aux élections régionales. Secrétaire RPR de la circonscription de Saint-Denis pendant un an (1990), avant de démissionner en raisons des dérives de la politique et de ses relations tendues avec les instances départementales (1991). « Je trouvais que la politique était devenue une quenouille, que la droite rejoignait la gauche. Il y avait entre le RPR et le PS une convergence d’idées. Cette dérive n’a fait qu’aller en se dégradant… », expliquera-t-il désabusé (Journal de la Réunion le 19 mai 2002). Fort de ce constat, il adhère et milite pendant plusieurs années au Front National de 472 Jean-Marie Le Pen (jusqu’en 2007), ce qui lui vaut d’être traité de « facho grande gueule » par un adversaire politique.

Autres

Peintre, il a réalisé plusieurs expositions. Polémiste, il a inondé de sa prose la rubrique des “lettres de lecteurs” dans les colonnes des quotidiens réunionnais. Auteur, on lui doit plusieurs romans biographiques : Les Espions de Saint- Gilles (1993). Il était de Bourbon (1995). Famadihana ou le Grand Retournement (2000). La Rivière des Créoles (2004), La culture réunionnaise y taque barreau (2009).

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Commander la version Pdf de "1000 Célébrités de la Réunion" pour 12 euros

Publicité