Publicité

PIHOUEE André-Maurice.

Publié le 1er janvier 2014


Radiologue, né le 11 mars 1933 au Port (la Réunion). Fils de Maurice Pihouée et de Yolande née Moy de la Croix. Marié à Gabrielle née Picard, médecin. 2 enfants (Marie-Anne, Alain). Lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis. Avec son baccalauréat en poche, il part en Métropole « faire sa médecine ». Études supérieures de médecine générale avec une spécialisation en radiologie à Bordeaux (Gironde). Il en sort docteur en médecine en 1960 avant d’être appelé sous les drapeaux comme médecin militaire en Algérie, de 1960 à 1962 Libéré par l’armée en 1962, il s’établit comme radiologue libéral à Saint-Pierre, de 1964 à 1981, puis médecin hospitalier, chef du Service radiologie de l’hôpital de Saint-Pierre-Le Tampon, de 1981 à 1993 Il entre en politique en 1977, élu pour la première fois conseiller municipal de Saint-Pierre dans la dernière équipe d’Alfred Isautier. Depuis, il a toujours été réélu, se faisant même élire maire de Saint-Pierre à la suite d’une fraude caractérisée de son adversaire, le sortant Elie Hoarau. Candidat aux élections législatives dans la 3e circonscription en 1981, avec Philippe Badré comme suppléant. A la suite du retrait inattendu de Pierre Lagourgue, il se représente aux élections législatives, cette fois dans la 4e circonscription, et cette fois-ci il est élu député le 28 mars 1993. Mais il ne reste en fonction qu’un mandat, jusqu’au 21 avril 1997, date de la dissolution de l’Assemblée nationale par Jacques Chirac et lors de sa réélection il est battu par Élie Hoarau. Il est conseiller général du 2e canton de Saint-Pierre, depuis décembre 1984, démissionnaire du groupe UMP au Conseil général depuis le 25 mars 2008, après l’élection de Nassimah Dindar à la présidence de cette institution par une coalition de gauche, du Modem et de divers droite. Tête de la liste “Debout la Réunion” aux élections régionales de 1993 soutenu par le RPR mais largement ouverte aux socioprofessionnels comme Alex How Chong, François Caillé, Daniel Moreau, Noëline Vi Fane, il n’est élu Conseiller régional que 5 ans plus tard, de 1998 à 2004. Après quatre échecs aux élections législatives, il est élu député de la Réunion en juin 1993 jusqu’à la fin de son mandat en 1997. Président du RPR, Rassemblement pour la République, il démissionne de son poste en octobre 1999 en raison de la « désinvolture » du RPR parisien qui « joue sur les divisions locales » et « pour pouvoir être plus utile à la défense de mes convictions en redevenant un militant et un élu de base » (Quotidien de la Réunion, 27 octobre 1999). Auteur avec Jean- Louis Lagourgue et les élus du groupe Objectif Réunion au Conseil général d’une motion demandant la suppression des contrôles de police à l’arrivée des vols aériens directs (25 juin 2008).

Prise de parole

« L’ennemi, c’est le PCR et personne d’autre » (Quotidien de la Réunion, 29 janvier 1986).

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Publicité