Publicité

Cohabitation solidaire : offre chambre meublée chez un gramoune

Publié le 14 février 2020
974

D’un côté, des Réunionnais qui souhaitent rentrer sur leur île sans en avoir les moyens. De l’autre, des personnes âgées de plus en plus nombreuses, seules mais disposant d’espace chez elles. L’association SOS Gramounes isolés se propose de les mettre en relation.


Message transmis à Réunionnais du monde : « Notre association SOS Gramounes isolés offre un hébergement quasi gratuit (juste 30€ maxi de participation pour l’eau et l’électricité) à des dames seules (sans enfants ni animaux)* qui souhaiteraient revenir à la Réunion, en retraite ou autre, chez 6 personnes âgées de l’ile (actuellement). Contre une chambre avec accès cuisine et salle de bains, elles auront juste à apporter un peu de compagnie en soirée et leur présence de nuit pour la sécurité de la gramoune en semaine ; Nous avons actuellement des places sur ST DENIS, la PLAINE ST PAUL, BOIS DE NEFLES ST PAUL, STE ROSE, ST ANDRE et SAVANNAH et autres communes. Les offres évoluent toutes les semaines ».

Infos au 0262 582 581 ou [email protected] / patricelouaisel.wix.com/sosgramounesisoles / www.facebook.com/gramounesisoles


La co-habitation, une autre solution

Isolées mais pas dépendantes, de nombreuses personnes âgées n’ont pas forcément la nécessité de se tourner vers des structures spécialisées. Alors pour respecter leur volonté de garder leur autonomie, mais pour leur assurer une certaine forme de sécurité tout de même, l’association "SOS Gramounes isolés", propose de la co-habitation inter-générationnelle.


Ainsi, toute personne âgée isolée disposant d’une chambre libre peut l’offrir gratuitement à un(e) étudiant(e) ou à une dame de compagnie en échange d’une présence de soirée et de nuit en semaine (le week-end la dame de compagnie est libre de rester ou de partir) et de petits services au quotidien en matière de santé et de sécurité...
 
Après présentation du volontaire à la personne âgée et repérage des lieux, une "période d’essai" d’une semaine est envisagée pour voir si le courant passe, avant qu’un "contrat de co-habitation solidaire" ne soit établi entre les 2 ’parties’. (30€ de contribution mensuelle aux charges d’eau et d’électricité peuvent être demandés à la personne hébergée si la chambre est correcte).

​Les jeunes femmes, sérieuses et responsables uniquement, logeront chez un(e) gramoune, membre de l’association et ne paieront ni loyer, ni taxe d’habitation. En contrepartie, elles s’engageront à tenir compagnie à leur hôte et à rester dans le logement chaque nuit en semaine. Les week-end, elles seront libres de rester ou non et bien sûr, elles pourront suivre leurs cours en journée.

Si vous avez un parent isolé et donc vulnérable, ne manquez pas de lui en parler et de contacter l’association au 0262 582 581.

De plus en plus de personnes âgées


La population réunionnaise vieillit. D’après une étude de l’Insee, un quart de celle-ci aura au moins 50 ans en 2030. A cela s’ajoutent des conditions de vie précaires qui ne font que s’accroître. En 2011, on estimait à 32 100 le nombre de séniors vivant en dessous du seuil de pauvreté. Un constat qui fait écho à l’isolement grandissant de ces derniers.

« Il y a encore 10-20 ans, on avait une réelle solidarité familiale entre les jeunes générations et les aînés. Il n’était pas rare de voir plusieurs générations cohabiter sous le même toit, rappelle Patrice Louaisel, psychosociologue. Aujourd’hui, ça se fait moins, même si cela perdure dans certaines communautés musulmanes et chinoises ». Le Conseil économique, social et environnemental régional justifie ce recul par la montée de la « modernisation, de l’urbanisation et de la modification des modes de vie et de revenus des ménages ». Conséquence, déplore le psychosociologue : « Un grand nombre de seniors souffrent cruellement de solitude ».


* Pourquoi des dames ? Car la plupart des personnes âgées en situation d’isolement sont des femmes. En effet, l’espérance de vie d’un homme est de 78 ans alors que celle d’une femme est de 86 ans. De plus, les hommes sont souvent plus choyés que les femmes car les familles les considèrent comme plus vulnérables.

Publicité