Publicité

Inégalités Réunion – Métropole : les chiffres de l’INSEE

Publié le 1er avril 2011 974

Le niveau de vie médian réunionnais (920 euros de revenu par mois) est de 39 % inférieur à celui de France métropolitaine, selon une étude menée par l’INSEE en 2008.

source : INSEE

En 2008, la moitié des Réunionnais ont un niveau de vie inférieur à 920 € par mois. Ce revenu, dit médian, est inférieur de 39 % à celui des Métropolitains.

Le niveau de vie médian s’élève à 1 020 € par mois dans le Nord de l’île, qui est la microrégion réunionnaise où il est le plus élevé. Une forte présence de cadres et d’indépendants et un faible taux de chômage sont des facteurs explicatifs. À l’autre extrémité l’Est et le Sud, avec des taux de chômage importants et plus de familles nombreuses, ont des niveaux de vie médians très proches, de 15 % inférieurs à ceux du Nord.

Les 10 % des personnes les plus modestes à La Réunion ont un niveau de vie inférieur à 481 € par mois, tandis que les 10 % les plus aisées ont un niveau de vie supérieur à 2 520 €. À titre de comparaison, en France métropolitaine, les 10 % les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 830 €, tandis que 10 % des Français ont un niveau de vie supérieur à 2 760 €. L’écart Réunion – Métropole diminue au fur et à mesure que les niveaux de vie s’élèvent.

Le seuil de pauvreté fixé au niveau national s’établit à 911 € par mois en 2008. 49% des Réunionnais vivent sous cle seuil de pauvreté national (13% en métropole).

Les causes : structure démographique et chômage

Pour l’INSEE, un des éléments d’explication des écarts de niveau de vie entre les deux territoires est lié à la structure de la population. Avec plus d’enfants par femme depuis de nombreuses années à La Réunion, le nombre moyen d’enfants par foyer est plus élevé à La Réunion (1,24 contre 0,76 en France métropolitaine). Les enfants constituent donc une charge financière plus importante pour leur famille.

Par ailleurs, la jeunesse de la population et un taux d’emploi plus faible à La Réunion conduisent à un nombre d’apporteurs de revenus d’activité moins important dans un ménage réunionnais que dans un ménage métropolitain.

Lire aussi : Inégalités de niveau de vie à la Réunion : les chiffres

Publicité