Publicité

« Karèm, la médecine du feu » Prix du Public au Festival de Rennes-le-château

Publié le 18 septembre 2019 974 Inde France Aude

Projeté lors de la soirée d’ouverture, le long-métrage documentaire de Benjamin Lauber et Anne-Sylvie Meyza « Karèm de la marche du feu » a reçu le Prix du Public au Festival International du Film Insolite de Rennes-le-Château 2019.


Projeté dans sa version française-créole de La Réunion, le film « Karèm, la médecine du feu » était présenté pour la première fois au public fin août 2019 au Festival International du Film Insolite de Rennes-le-Château en présence des deux réalisateurs et du poussarli Rafa.

À La Réunion, le "Poussarli Rafa" organise chaque année le "Karèm de la marche sur le feu" au sein de la Chapelle Malbar Coïllou Vély. Il s’agit d’un événement religieux Malbar de 18 jours, pénitence transmise par les premiers Indiens installés sur l’île après l’abolition de l’esclavage en 1848.


C’est en fait un rituel fort en symboles qui permet une certaine purification des êtres intense (physique et mentale) et un don de soi très élevé, un moment où les vivants entretiennent des liens surprenants avec les puissances du monde invisible. Pour David, cette retraite spirituelle qui précède l’épreuve finale du Feu est une première. Le jeune pénitent espère que ce Karèm pourra le libérer d’un passé trop encombrant afin de prendre un nouveau départ dans sa vie. Guidé par le Poussarli, il se retrouve dans un espace temps sacré où les vivants entretiennent des liens surprenants avec les puissances du monde invisible. Pendant 18 jours, il doit livrer une guerre intérieure car cette Médecine du Feu exige une purification intense et un véritable don de soi. Transportés par le souffle épique du "Mahâbhârata", les mystères du Karèm de la marche sur le feu se révèlent au grand jour pour la première fois !


Ce film « Karèm de la Marche du feu » ou « Karèm de la médecine du feu » révèle grâce aux réalisateurs Anne-Sylvie Meyza (née sur l’île de la Réunion, à la co-réalisation et la co-écriture du fameux film documentaire « Mongolie, le chaman et l’orpailleur ») et Benjamin Lauber, un patrimoine culturel immatériel vivant et unique, enraciné dans un département français d’outre-mer et région ultra périphérique européenne située dans l’Océan Indien. Une découverte, car seule la cérémonie finale peut être filmée (publique), mais aucun film n’a jamais relaté le Karèm qui la précède.


Ce film sera projeté prochainement en avant-première dans une salle parisienne au cours de la rentrée 2019 et partir pour La Réunion début 2020 pour y être projeté dans des salles de cinéma.

Plus d’infos sur www.facebook.com/karemlamedecinedufeu





Publicité