Publicité

L’écotourisme à la Réunion : enjeu des années à venir

Publié le 9 août 2010 974

Tandis que la Réunion vient de voir une partie de sa nature inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, les problématiques liées à l’environnement, la propreté de l’île et le tourisme sont plus que jamais au premier plan. L’Agence Régionale De L’Energie Réunion (ARER) publie en juillet 2010 un dossier intitulé « La Réunion Île Solaire : au service de l’éco tourisme réunionnais ». Extraits…

écotourisme Réunion

Source : Agence Régionale De L’Energie Réunion (ARER)

Le tourisme est un enjeu majeur de développement économique local à La Réunion d’ici à 2015. Le Conseil Régional de La Réunion a d’ailleurs déclaré l’année 2010 comme « l’année du Tourisme » afin de lancer la dynamique au plus tôt. Si le développement touristique local passe par la promotion du territoire, il prendra soin de s’appuyer sur une offre touristique adaptée, et réfléchie en concertation avec les acteurs locaux réunionnais, ainsi que les territoires voisins de la zone Océan Indien. Le projet GERRI a également affirmé la volonté de l’Etat de soutenir le développement du tourisme à La Réunion, accompagnant sur ce point les réflexions du projet Réunion Île Verte engagée par les acteurs économiques locaux.

Ainsi, assurer la qualité de l’offre touristique locale dépend notamment de la réussite des acteurs locaux dans :

- la mise en place d’infrastructures touristiques « éco-responsables » répondant aux critères des tours opérateurs et des agences de voyages,
- la création d’emplois, la sensibilisation et la formation à la gestion environnementale des équipes au sein des structures touristiques,
- la mise en place d’un système généralisé de transports individuel et collectif propres (pour visiter sans polluer)
- le développement d’offres touristiques alternatives telles que le tourisme industriel puisque La Réunion a pour vocation de devenir un territoire exemplaire, notamment dans le domaine des énergies propres,
- Le co-développement des compétences et de l’offre touristique au sein de l’Océan Indien.

Pourquoi un écotourisme à La Réunion ?

L’île possède tous les atouts pour exploiter intelligemment son fort potentiel touristique et devenir un réel pôle d’excellence en matière de tourisme responsable. La Réunion a de nombreux atouts à offrir aux vacanciers en termes d’activités culturelles, et de découverte en plein air. Une étude TNS-SOFRES menée en février 2009, dans le cadre des Trophées du tourisme responsable, sur « Les Français et le tourisme responsable », montre l’intérêt croissant des français pour rendre le secteur et les activités touristiques de plus en plus responsables.

Afin de valoriser les attraits touristiques de l’île, le territoire doit, d’une part, disposer de suffisamment de structures d’hébergement afin d’accueillir des flux croissants de vacanciers jusqu’à atteindre le chiffre annoncé de 600 000 touristes par an. D’autre part, il doit être en mesure de faire valoir l’étiquette « durable » de ses structures d’accueil.

La nécessité d’infrastructures durables

Les acteurs Réunionnais se mobilisent de plus en plus pour réorienter le secteur de la construction vers un secteur de « construction durable ». Leur sensibilisation aux concepts de bâtiments performants et plus respectueux de l’environnement et de la santé des occupants, ainsi qu’une forte volonté politique, abondent dans ce sens.

Pour les responsables de structures d’accueil touristique, la performance environnementale est un outil très avantageux pour plusieurs raisons :
- elle permet de réaliser des économies d’énergie limitant ainsi les charges quotidiennes,
- elle diffuse une meilleure image auprès de la clientèle touristique et locale,
- elle offre une qualité de confort identique.

D’un point de vue plus global, elle permet de limiter la consommation d’énergie, d’eau et de mieux gérer ses déchets : trois problématiques locales phares qui entrent directement dans le cadre de la lutte contre les effets du réchauffement climatique à l’échelle de La Réunion et à l’échelle planétaire.

Des écolabels pour garantir la qualité du tourisme réunionnais (clic droit pour lire l’article)

La sensibilisation du personnel des structures touristiques

Promouvoir le tourisme durable implique que le personnel des structures hôtelières soit sensibilisé aux enjeux liés au développement durable et notamment aux problématiques environnementales associées au tourisme à La Réunion. Le développement du secteur touristique implique la création d’emplois adaptés pour assurer la qualité des prestations touristiques attendue par les visiteurs.

Des sessions de formations adaptées doivent permettre d’accompagner la conception de projets de management environnemental dans les structures d’hébergement réunionnaises en formant des personnes ressources capables de promouvoir l’éducation à l’environnement à travers le tourisme et les loisirs, et d’en appliquer les principes.

écotourisme Réunion

A minima ce type de formation doit permettre aux stagiaires :
- d’acquérir des connaissances et une information sur des points techniques propres à générer une gestion améliorée de l’eau, de l’énergie et des déchets, notamment dans les structures d’hébergement réunionnaises,
- d’acquérir une méthodologie de diagnostic des points clefs pour une première réflexion sur l’évolution de la structure,
- d’obtenir des données propres à faciliter l’orientation des porteurs de projets vers les structures appropriées (partenaires techniques, institutionnels, subventionnement et autres aides).

A l’issue d’une telle formation, le personnel doit être en mesure de mettre en place des actions concrètes au sein de sa structure, de sensibiliser ses collègues, de sensibiliser les touristes et répondre à leurs questions sur le « tourisme responsable », et d’appliquer eux-mêmes les principes de la gestion environnementale de la structure dans laquelle ils travaillent.

Former le personnel des structures touristiques contribue à limiter fortement les problèmes liés à la gestion de l’énergie, de l’eau, des déchets et à la préservation de l’environnement de l’île. C’est une garantie de l’image du tourisme réunionnais.

Des transports propres pour visiter sans polluer

Afin de poursuivre la démarche et compléter l’offre réunionnaise « responsable » aux touristes, il est important que ces derniers puissent se déplacer de leur lieu de villégiature aux différents sites de l’île tout en respectant l’environnement local.

Plusieurs projets sont déjà en cours d’étude pour aller vers un maillage de territoire sur la base de transports propres. On peut notamment citer l’étude réalisée en 2009 pour la mise en place de bus roulant au méthane sur la commune de Saint Paul et qui permettrait de valoriser une partie des déchets organiques de l’île. Une seconde étude est en cours pour déterminer la faisabilité d’une flotte de bus le long de la route des Tamarins qui fonctionnerait à l’hydrogène.

Enfin, une initiative très intéressante, le « Transport Solaire pour Tous », permettrait, si elle est déployée sur le territoire, de recharger sa voiture via des batteries de stockage d’électricité qui sont réalimentées grâce à l’énergie solaire captées par des panneaux solaires photovoltaïques placés sur la toiture de son habitation. En cas de cyclone, c’est le système électrique de l’habitation qui prend le relais afin de fournir de l’électricité pour l’éclairage ou certains appareils électroménagers. Le projet est initialement pensé pour les particuliers. Il pourrait aisément être adapté au tourisme fournissant ainsi une flotte réunionnaise de voitures de location électriques.

Le transport collectif est toutefois préférable au transport individuel, spécialement sur un petit territoire qui doit faire face à une problématique de trafic dense à certaines périodes de la journée. C’est pourquoi l’ambition régionale porte spécialement sur une flotte de 2000 bus propres : c’est le projet TransEco Express.

L’opportunité du tourisme industriel

La Réunion, placée au deuxième rang européen, juste après Chypre, avec 140 GWh de production solaire thermique grâce à près de 100 000 chauffe-eau solaires installés sur les toitures des maisons, a de quoi susciter un réel intérêt auprès de diverses catégories de touristes.

A cela vient s’ajouter l’exemplarité du territoire réunionnais, souhaitée à la fois par la Région Réunion et par l’Etat (projet GERRI), en termes de développement des énergies propres. Aux sources d’énergies renouvelables déjà exploitées (hydraulique, solaire photovoltaïque, éolien, bagasse), viennent s’ajouter de nombreux projets sur les différentes communes de l’île.

Les technologies durables sont l’un des aspects du tourisme industriel. La Réunion compte également à travers son histoire, de nombreuses autres compétences qui sont déjà, ou qui peuvent être, valorisées dans des circuits touristiques : les usines de production de sucre et de rhum, la production locale de vanille, l’agriculture et la gastronomie péi, etc.

Pourquoi ne pas imaginer compléter l’offre touristique traditionnellement axée sur la culture réunionnaise et ses paysages à couper le souffle, par des circuits « technologiques » qui renforceraient l’image d’une île en avance, d’un territoire exemplaire dans la lutte contre le changement climatique ?

L’écotourisme dans l’Océan Indien : coopérons ! (clic droit pour lire l’article)

Source : Agence Régionale De L’Energie Réunion (ARER)

Lire aussi : Le coeur naturel de la Réunion inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

Publicité