Publicité

Le bal tamoul et le moring mis à l’honneur par Zarboutan Nout Kiltir 2009

Publié le 22 octobre 2009 974

La maison des civilisations et de l’unité réunionnaise organisait le 17 octobre 2009 la 6e édition de la cérémonie Zarboutan Nout Kiltir. Quatre personnalités oeuvrant pour la transmission du patrimoine culturel on été primées : Alexis Marimoutou, Anacari Monneyen, Maxime Narsama et Bachelier Simapirave.

Zarboutan Nout Kiltir 2009

Le narlgon ou « bal tamoul », issu de la tradition millénaire du Terrukuttu, théâtre populaire du Tamil Nadu, a été apporté par les engagés indiens. Ce théâtre total — en tamoul et créole — mêle récit, chant, danse, mime, musique. Il met en scène des histoires issues des très anciennes épopées et légendes indiennes, et adaptées à la société réunionnaise.

Alexis Marimoutou et Anacari Monneyen sont des vartial. Récitants, chefs de choeur et metteurs en scènes du narlgon, ils ont sauvegardé, valorisé, développé et transmis cette forme culturelle réunionnaise à des dizaines de chanteurs, de musiciens et de danseurs qui ont, à leur tour formé leur propre troupe.

Le moring, est une danse réunionnaise de combat, une forme de lutte codifiée et rythmée, apportée par les Malgaches et les Africains, captifs de la traite esclavagiste ou engagés. Il s’est adapté à la société réunionnaise et a longtemps été pratiqué autour des usines sucrières et des bitasion.

Maxime Narsama et Bachelier Simapirave ont sauvegardé les gestes, la chorégraphie et la musique du moring. Ils les ont transmis aux associations qui font revivre cette pratique culturelle réunionnaise.

Zarboutan Nout Kiltir

En 2004, la direction scientifique de la MCUR créait le titre Zarboutan Nout Kiltir. Ce titre honore des femmes et des hommes qui ont oeuvré pour la préservation, la transmission et la création du patrimoine culturel réunionnais vivant. Sans ces femmes et ces hommes, la culture réunionnaise ne serait pas aussi vivante, riche, et originale.

Zarboutan Nout Kiltir
Publicité