Publicité

Les Réunionnais sont-ils sportifs ?

Publié le 24 août 2020
974

Oui et même les plus sportifs au niveau national si on en croit les études sur le sujet. La Réunion présente ainsi le niveau d’activité physique régulière le plus élevé des Drom et de l’Hexagone. Revue de détail...

Source : «  Alimentation et nutrition dans les départements et régions d’Outre-mer » - IRD Éditions, Collection Expertise collective (Marseille, 2020)
Remerciements : Laurence Tibère

Photo : www.facebook.com/assoscabe

La Réunion présente la particularité d’avoir un niveau d’activité physique plus élevé que ceux des autres Drom et de l’Hexagone. 44 % des Réunionnais disent en effet pratiquer une activité physique régulièrement (au moins cinq fois par semaine), 44 % assez régulièrement (de une à quatre fois par semaine) et 12 % n’en pratiquer que rarement ou jamais (moins d’une fois par semaine). La pratique régulière apparaît plus fréquente parmi les hommes (51 % vs 37 % des femmes) et, comme dans l’Hexagone, les femmes sont les plus nombreuses à ne pas avoir d’activité physique régulière (14 % vs 10 % des hommes), mais à des niveaux bien inférieurs à ceux de l’Hexagone (25 %) ou dans les Antilles-Guyane (30 %).

Quel sport ? En club vs non licenciés

Le football connaît le même succès en termes de licenciements à La Réunion, il compte 29 466 d’adeptes, suivi du tennis (8 897 licenciés), puis du handball (6 623 licenciés). Si l’on considère l’activité globale et non pas seulement la pratique en club le classement des sports pratiqués diverge un peu, puisque dans l’étude Reconsal le jogging arrivait premier (33,2 % des personnes ayant une activité sportive), la gymnastique seconde (21,7 %) et le vélo (12,5 %) troisième.


Si La Réunion fédère globalement moins de licenciés que les régions métropolitaines (mais se situe en 1ère position par rapport aux autres départements d’outre-mer), une enquête de la DJSCS menée auprès des habitants montre, pour les pratiquants interrogés, un intérêt certain pour les disciplines pouvant être pratiquées librement (course, marche, natation…) sans contraintes tarifaires ou d’accès.

Ainsi, les lieux de pratique principalement cités sont ceux qui ne nécessitent qu’un faible investissement financier (en matériel ou en accès) : 65% des pratiquants évoquent la pleine nature, les parcours de santé et la route comme principaux espaces de pratique. Cela est d’autant plus vrai pour les 26-64 ans. A contrario, près d’un quart des jeunes de moins de 20 ans préfère pratiquer sur un stade.


Dans l’enquête Reconsal, près de la moitié des répondants disaient marcher durant leurs loisirs. Une personne sur 10 consacre 1 à 2 heures par semaine à la marche, et 2 sur 10 en font plus de 2 heures par semaine, sans variation significative selon l’âge ou le sexe. Enfin, un peu plus de 2 personnes sur 5 déclarent faire du jardinage durant leurs loisirs. La pratique du jardinage varie significativement avec l’âge : de 5 % chez les 18-29 ans à 20 % chez les 50-59 ans et 14 % chez les 60 ans et plus.

Sport et nature

Un quart des Réunionnais (25 %) déclarent ne pas savoir nager : 14 % des hommes et 35 % des femmes. Cette proportion est supérieure à celle mesurée en 2010 dans l’Hexagone (19 %) et apparaît de la même façon très fortement liée à l’âge : la part de personnes ne sachant pas nager croît progressivement de 13 % parmi les 15-30 ans à 34 % parmi les 46-60 ans pour atteindre 45 % chez les plus âgés.

Malgré cela, le sport nature, initialement proposé comme activité touristique à La Réunion, a connu un engouement de la part des habitants de l’île et revêt aujourd’hui une valeur identitaire pour les Réunionnais. Il est lié à un fort dynamisme touristique, culturel et économique. De nombreux sites ont vu le jour pour la pratique de parapente, de VTT, ou de randonnées. L’une des manifestations les plus attendues est le Grand Raid de La Réunion - également connue sous le nom de la Diagonale des fous - qui attire chaque année des milliers de participants venant d’une quarantaine de pays.


À La Réunion, on recense ainsi plus de 560 équipements de sport de nature et près de 220 clubs répartis sur le territoire (DJSCS de La Réunion, 2016). Les activités les plus plébiscitées sont les courses connues sous l’appellation des « trails », qui peuvent être plus ou moins longues, le vélo tout terrain, les randonnées, le cyclisme et le sport automobile.

Bien que de plus en plus de personnes s’adonnent aux activités physiques ou sportives pendant leurs loisirs, la majorité de la population n’atteint pas le niveau d’activité physique hebdomadaire requis pour un effet bénéfique sur la santé.


Les bénéfices d’une activité physique

Une activité physique régulière joue un rôle majeur dans la prévention et la prise en charge de nombre de maladies : obésité, diabète, hypertension artérielle, certains cancers… La pratique régulière d’une activité physique est associé à une diminution du taux de mortalité prématurée. L’activité physique favorise aussi le développement de qualités physiologiques, à savoir le développement de la capacité cardio-respiratoire, des fonctions musculaires, de la souplesse et de l’équilibre. Et à l’opposé, la sédentarité est un facteur de risque aggravant pour les pathologies de nutrition.

L’activité physique concourt aussi à réduire l’anxiété, a des effets anti-dépresseurs et favorise globalement une bonne santé mentale. Le code du sport stipule dans son article L. 100-1 que « les activités physiques et sportives constituent un élément important de l’éducation, de la culture, de l’intégration et de la vie sociale. Elles contribuent notamment à la lutte contre l’échec scolaire et à la réduction des inégalités sociales et culturelles, ainsi qu’à la santé ».


Le fléau de la sédentarité

A La Réunion, l’enquête ESPAD « enquête lycées » de 2015 (OFDT) montrait que 31 % des jeunes filles et 8 % des jeunes garçons ne faisaient jamais d’activité physique, et 57 % des jeunes garçons en faisaient plusieurs fois par semaines voire tous les jours, contre 25 % des jeunes filles. Les lycéens des filières professionnelles étaient globalement moins actifs que ceux des filières générale et technique.

A mettre en parallèle, chez les élèves de 15 ans (Bardot, 2018) un quart des lycéens réunionnais déclare passer 4 heures ou plus sur internet les jours de semaine, et 55 % les jours de week-end. Les réseaux sociaux sont la principale activité réalisée sur internet : lors d’une journée type, 35 % des lycéens passent au moins 4 heures sur les réseaux sociaux, 19 % à télécharger ou accéder en streaming à des musiques, vidéos, films, etc. et 16 % à lire, surfer, chercher des informations.

Source : «  Alimentation et nutrition dans les départements et régions d’Outre-mer » - IRD Éditions, Collection Expertise collective (Marseille, 2020)
Remerciements : Laurence Tibère


Lire aussi : LE TOP TEN DES SPORTS LES PLUS PRATIQUÉS EN CLUB À LA RÉUNION

Si Football et Tennis sont comme à l’échelle nationale les deux sports qui comptent le plus de licenciés, la Réunion se distingue par sa forte pratique de la Natation, du Handball et des Arts Martiaux par rapport à la métropole. Dans cet article le Top ten des sports les plus pratiqués à la Réunion et le Top ten des sports les plus pratiqués en France.

Publicité