Publicité

Noces créoles et mariages lontan (20 photos)

Publié le 10 juillet 2021

Cuivres, cortège, orchestre, salle verte, bal la poussière… Le mariage réunionnais lontan en quelques photos d’époque et explications.

VOIR D’AUTRES PHOTOS DE LA RÉUNION LONTAN


Sélection réalisée à partir des photos postées par les membres du Groupe Facebook Réunionnais du monde et l’Iconothèque historique de l’océan indien / Remerciement texte : http://974mariage-ggweddingplanner.over-blog.com/


Anciennement, le Mariage était un évènement important dans la vie d’une personne. La femme qui n’était pas mariée était presque un déshonneur pour sa famille. Quasiment toutes les familles respectaient les traditions.
 

Tout le monde s’entraidait. Certains fabriquaient la salle verte avec une structure en bois et des feuilles de palmiste tressées. Les amis tressaient également des coeurs en feuilles de palmiste et des fleurs blanches pour décorer la salle avec les prénoms des Mariés.


Le Mariage était pour les familles un symbole de partage, certains emmenaient le riz, d’autres donnaient la viande de poulet ou de cochon principalement, et d’autres les fleurs. Ceux qui pouvaient tuer les animaux se chargeaient aussi de les cuisiner pour les festivités.


Le premier jour avait lieu le Mariage civil à la Mairie. Le cortège sortait de chez les parents de la Fille à pied, suivi du cortège de cuivre. Le Marié s’y rendait en charrette boeuf et attendait sa future épouse sur le parvis de la Mairie.
 

Les familles chrétiennes célébraient le Mariage religieux le deuxième jour. Le cortège était plus grand, tout les enfants y participaient ainsi que les demoiselles et jeunes hommes de chaque famille.


Deux par deux, les jeunes gens ouvraient le cortège, les plus jeunes devant la mariée et son père, suivis ensuite des invités et du Marié au bras de sa Mère. La Mariée avait une robe blanche et un voile serti d’une couronne de fleurs ou d’un diadème (selon les moyens financiers des familles), symbole de virginité. A l’époque les voiles étaient très long, les enfants les tenaient pour qu’ils ne trainent pas par terre.
 

Le Mariage célébré, toute la famille se retrouvait dans la salle verte pour un vin d’honneur avec le gâteau suivi d’une soirée dansante. Il y avait au milieu de cette salle une couronne de fleur suspendue qui descendait sur les couples pour leur porter bonheur et chance.


Les mariages, comme les autres festivités familiales, étaient célébrés dans des salles vertes. Les cases familiales étant trop petites pour accueillir les invités, on créait un espace couvert dans la cour à partir de poutres, de pailles et de feuilles de palmiste. Parfois, on installait des planches au sol pour justement éviter la poussière en ce jour de célébration.


L’esprit du bal la poussière restait néanmoins présent, avec, en guise d’orchestre, des hommes de la famille ou du voisinage qui s’improvisaient musiciens. A cette époque, nul besoin d’être artiste pour mettre l’ambiance. Les hommes apprenaient à jouer et à reproduire les morceaux des orchestres en cuivre simplement en les écoutant. Un accordéon, un banjo… et le tour était joué !


Le soir, le jeune couple devait consommer le mariage et donner la preuve aux parents respectifs. Le matin, le Mari devait remercier le père de la Mariée de lui avoir offert sa fille.
 

La fête continuait le lendemain et durant la semaine qui suivait. Tout le monde y était convié, les amis, les voisins, la famille proche et celle qui vivait plus loin. Ainsi tous participaient aux festivités.


Durant cette semaine les Mariés ainsi que leurs deux parents étaient invités chez chaque membre des familles pour célébrer l’événement, et par la suite c’était aux jeunes Mariés d’inviter à leur tour chaque famille chez eux pour les remercier. 






1905







1904
Publicité