Publicité

Pétrel : comment sauver une espèce endémique de la Réunion au bord de l’extinction

Publié le 1er avril 2016 974

Le programme LIFE+ Pétrels vole au secours de deux espèces endémiques de La Réunion menacées de disparition. Une fois touché le sol, désorientés par l’éclairage des villes, les pétrels ne peuvent pas redécoller seuls. Découvrez en vidéo comment les aider.

Un pétrel trouvé ? Que faut-il faire ? Une fois touché le sol, les pétrels ne peuvent pas redécoller seuls… Ils ont besoin de vous ! Si vous avez trouvé un oiseau échoué, prenez-le et mettez-le précautionneusement dans un carton percé de quelques trous. Merci de ne pas le nourrir et de ne pas lui apporter de soins vous-même. Appelez, dès que possible, le centre de soin de la SEOR au 02 62 20 46 65 (Tapez 1).

Une fois déposé dans un centre relais à proximité de votre domicile qui vous sera indiqué par téléphone (gendarmeries, pompiers, commissariats…), un bénévole viendra le récupérer dans les meilleures délais.

En aucun cas, vous ne devez relâcher l’oiseau seul ou le soigner vous-même. En effet, un bilan de santé général de l’état de l’oiseau doit être effectué pour chaque individu signalé en détresse. Cet oiseau repartira ainsi dans les meilleures conditions possibles et sera également équipé d’une bague qui nous permettra d’en savoir un peu plus sur ses déplacements .

Les Pétrels sont des oiseaux en voie de disparition et sont endémiques de notre île, c’est à dire qu’ils ne reproduisent qu’à La Réunion. Il est donc de notre responsabilité de les sauver ; Grâce à votre contribution nous pourrons y arriver !

Pour en savoir plus : Page Facebook / Site internet


Le programme LIFE+ Pétrels vole au secours de deux espèces endémiques de La Réunion

Le projet LIFE+ Pétrels lancé en 2015 est un projet européen qui vise à conserver deux espèces endémiques de l’île : le Pétrel de Barau et le Pétrel noir de Bourbon. Le Parc national pilote ce projet européen, en collaboration avec la SEOR, l’Université, l’ONCFS, et la Brigade Nature de l’Océan Indien, et avec le soutien financier de la DEAL et du Conseil Départemental. Ce programme a pour objectif de réunir l’ensemble des acteurs et usagers de l’île pour sauver ces espèces au bord de l’extinction, fortement menacées par la prédation par les chats et les rats et la lumière des villes.

Depuis le démarrage du programme, des actions de conservation d’envergure sont menées afin de poursuivre les démarches engagées depuis plusieurs années en faveur du Pétrel de Barau et du Pétrel noir de Bourbon, espèce énigmatique dont les sites de nidification sont encore totalement inconnus.


Pollution lumineuse : Stéphane MICHEL / Parc national de La Réunion

Le Pétrel noir de Bourbon figure depuis 1994 sur la liste rouge des espèces « en danger critique d’extinction ». L’estimation de la taille de sa population est rendue difficile par son extrême rareté et est probablement inférieure à 50 couples. Des prospections nocturnes ont permis de localiser des versants montagneux où des oiseaux sont entendus pendant la période de reproduction, ce qui suggère que ces falaises seraient favorables à la nidification. Mais l’inaccessibilité des sites et les mœurs nocturnes de l’espèce rendent les recherches ardues.

Le Pétrel de Barau est menacé d’extinction. Sa population est estimée entre 6000 et 8000 couples. Après avoir parcourus plusieurs milliers de kilomètres dans l’Océan Indien durant l’hiver austral, les Pétrels de Barau reviennent chaque année à La Réunion en septembre pour la saison de reproduction. Les partenaires se retrouvent chaque année dans le même terrier ! Au mois de novembre, un œuf unique est pondu au fond d’un terrier creusé à la force de leurs pattes palmées. La naissance du poussin a lieu vers la fin du mois de décembre, il est alors nourrit par ses parents durant 3 mois pour quitter, seul, sa colonie de naissance vers la mi-avril.



Pétrel de Barau : Benoit LEQUETTE / Parc national de La Réunion

Pétrel noir de Bourbon : Stéphane MICHEL / Parc national de La Réunion

Publicité