Publicité

Christophe Hamon, 25 ans, ingénieur chez Bull à Pékin en Chine

Publié le 30 mai 2008 Chine

Nous inaugurons avec Christophe la nouvelle rubrique "Reporter Réunionnais du Monde". Installé en Chine depuis deux ans, il commente pour nous et de l’intérieur, l’actualité très riche de ce pays : catastrophe naturelle, événements au Tibet, approche des JO…

Christophe Hamon

Présentez-vous svp.

"Je suis né et j’ai grandi à Sainte-Marie jusqu’à l’âge de 19 ans. Apres l’obtention de mon bac, je suis parti sur Paris pour faire une école d’informatique (Epitech), et 5 ans plus tard, me voilà chez Bull Chine en tant qu’ingénieur, depuis deux ans".

Comment êtes vous arrivé en Chine ?

"Un peu par hasard, car la Chine ne m’attirait pas vraiment. Je me suis retrouvé à faire mon stage de fin d’études dans ce pays, et ce fut une superbe expérience !"

Est-ce que vous arrivez à comprendre cette société chinoise ?

"Au premier coup d’oeil, les Chinois semblent renfermés, mais c’est faux. Si on arrive les faire rire ou attirer leur curiosité, il est tout à fait possible d’établir de vraies discussions. Le problème reste bien évidement la langue, même si parfois la communication s’opère en quelques mots ou passe par l’utilisation de quelques mots d’anglais.
Il nous est parfois plus difficile de comprendre leur comportement dans la vie de tous les jours. Pourquoi par exemple certains se baladent en pyjama dans la rue, font du bruit en mangeant, crachent un peu partout, etc ? Les moins malins en profiteront pour juger les Chinois et leur mode de vie à la va vite".
Si on va plus loin, beaucoup de petits détails nous poussent à nous poser des questions sur cette société qui interdit tout mais qui au final n’applique jamais réellement ses positions : DVD pirates dans les rues, copies de marques de vêtements, de voitures, etc. A mes yeux, le gouvernement chinois a mis en place des règles très strictes que tout Chinois ne va respecter qu’avec « la face », c’est à dire en acceptant formellement (dire oui) sans pour autant s’y soumettre dans la pratique.

Avez vous des exemples ?

"Un exemple amusant : Il y a parfois des descentes de policiers dans les quartiers où sont vendus les DVD pirates. La police s’y rend pour faire respecter la loi, mais déjà pratiquement tous les vendeurs sont au courant de leur arrivée, et vident les stands avant l’intervention des forces de l’ordre. Parfois un magasin se fera tout de même prendre, pour l’exemple. Il ferme alors une semaine pour rouvrir la semaine suivante.
Finalement, la société chinoise est surtout plus complexe à gérer qu’à comprendre, du fait d’une population énorme et d’un gouvernement qui se retrouve contraint à la tolérance face au piratage, aux copies, aux petits délits de la route, etc. Ce "laxisme" ne l’empêche pas d’être intransigeant sur les points qu’il estime plus graves, comme le meurtre ou l’opposition politique".

Qu’est ce qui en tant que Réunionnais vous paraît :
proche, compréhensible ?

"Leur grande curiosité, leur esprit familial et leur côté joueur. Si on leur interdit les jeux d’argent c’est uniquement parce qu’ils se ruineraient, mais ils adorent ça !"

éloigné, surprenant ?

"Leur côté je me fiche un peu de tout. Vous pouvez vous balader habillé comme vous voulez dans la rue, ils ne vous diront rien ! En somme ça ne moucate pas du tout (ou alors ils gardent tout pour eux)…"

Christophe Hamon

Comment a été ressenti autour de vous et parmi les Chinois le séisme au Sichuan ?

"J’étais en Thaïlande lors du séisme, mais à mon retour j’ai assisté aux trois jours de deuil et j’ai participé à une collecte pour aider les victimes de ce drame... Par la suite j’ai été très touché par les trois minutes de silence qui ont arrêté toutes les activités de la ville et du pays : voitures, ouvriers, passants, etc".

Les JO de Pékin :
Quelle est l’ambiance dans la ville ?

"On sent que le pays se prépare à fêter ce grand évènement, il y a des pancartes, des affiches, des magasins spécialement conçus pour les JO, qui vendent des mascottes et autres accessoires. Le gouvernement a fait en sorte que la population ne crache plus, fasse la queue, et. en sensibilisant les gens par de la pub, des prospectus. Et ce qui est incroyable c’est que ça marche ! Les taxis et restaurants quant à eux essayent d’apprendre l’anglais, avec des cassettes et autres moyens, mais ce n’est pas encore gagné !"

Pékin a-t-elle changé pour ces JO ?

"Complètement ! Depuis deux ans j’ai vu un nombre incalculable d’immeubles pousser, de rues changer d’apparence, de nouvelles lignes de métro, un nouvel aéroport gigantesque... Il est clair que les JO ont changé la ville de Pékin. Ils sont vraiment incroyables à travailler jour et nuit sans relâche".

Quelle est votre opinion sur ces JO ?

"Les JO, comme vous pouvez le deviner, sont très importants pour le peuple chinois et je pense que malgré les évènements du Tibet, ils vont l’aider à avancer et à faire quelques pas dans le respect des droits de l’homme. Retirer les JO à la Chine reviendrait à détruire l’espoir chez tout un peuple qui souffre d’avoir un gouvernement qui l’empêche de s’exprimer, brimer une population déjà brimée par son propre gouvernement. Les JO ne vont pas tout bouleverser, mais au moins apporter un nouveau souffle
Une petite phrase sur le boycott : symboliquement on doit le faire, car je pense qu’on ne peut pas fermer les yeux sur ce qui se passe, mais on ne peut pas le faire complètement. Les Chinois ne sont pas tous responsables de ce qui se passe au Tibet. Ils ont une histoire bien plus compliquée que ce qu’on croit, tout comme nous Français possédons une histoire pas toujours reluisante".

On remet souvent en cause la liberté de la presse en Chine. Quelles sont vos sources d’information ? Avez-vous l’impression d’être bien informé ?

"Oui, parfaitement. Ce que l’on dit sur la Chine est en partie faux. Accéder aux sites d’informations français est en général très facile, car il suffit d’accéder au site web des journaux directement. Certains journaux peuvent être inaccessibles durant une petite période (ex : événements du Tibet), mais les trois quart du temps réouvrent rapidement. Dailymotion est coupé en Chine, mais cela ne nous empêche pas de suivre autrement les informations télévisées. Mes sources d’information sont Le monde, Libération, le Times, Clicanoo, etc. Les Chinois sont "mal" informés à nos yeux car ils ne lisent pas nos journaux... Etrangement, si vous leur posez la question de la désinformation en Chine, il vous certifieront que c’est faux, et il vous sera presque impossible de leur prouver le contraire".

Comment voyez-vous l’évolution de la Chine dans les dix prochaines années ?

"Quand on parle de la Chine dans 10 ans il y a plusieurs points à prendre en considération. Avec la mise en place du système de l’enfant Unique, on ignore comment feront les enfants moins nombreux que leurs parents pour tout gérer...
La Chine a des lacunes au niveau de l’éducation, de la qualité de ses projets en entreprise, peu d’innovation mais beaucoup de copie, et donc cette nécessité de rapidité dans le travail sans qualité. Mais tout cela change. Les écoles étrangères s’implantent de plus en plus et préparent les nouveaux ingénieurs, médecins, etc. Ce qui donnera demain un population plus compétitive dans le monde du travail.
Ma plus grosse inquiétude porte sur la pollution que la Chine produit avec ses déchets, rejets de pots d’échappement, usines de charbon, etc. Les Chinois n’ont que très peu de conscience environnementale. Les poubelles ne sont pas triées et plus d’un fois j’ai pu voir des habitants jeter par la fenêtre des sacs plastiques, de la nourriture ou des poubelles. Pour finir je dirais que la Chine est un pays un peu dans le désordre mais qui évolue très vite".

Voir le profil de Christophe

Publicité