Publicité

ExperTIC : Eddy Savrimoutou, webmaster en Suisse

Publié le 16 février 2011 Suisse

La rubrique ExperTIC réalisée en partenariat avec le magazine Réunion Multimédia donne la parole à des spécialistes réunionnais des TIC qui travaillent hors de l’île. Basés en France et à l’étranger, ils nous livrent leur regard sur le marché réunionnais des TIC et du multimédia.

Eddy Savrimoutou

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 33 ans. Après avoir suivi un cursus général et un baccalauréat scientifique, j’ai intégré l’Ecole supérieure de l’aéronautique de Montpellier, où j’ai effectué une formation d’agent d’opérations en aéronautique. Puis j’ai travaillé un an à l’aéroport de Marseille. Je suis ensuite rentré à La Réunion où j’ai travaillé trois ans à l’aéroport Roland Garros. Cependant, après ce laps de temps à La Réunion, mon envie de voyager et de découvrir le monde m’a poussé à tout quitter pour Paris dans un premier temps, puis la Suisse. Après une période d’adaptation, j’ai ouvert ma propre boîte d’informatique, de vente réparation et webdesign, et cela depuis 2003, dans une région où la demande était assez forte. Ma passion est ainsi devenue mon gagne-pain. Je gère maintenant plusieurs sites importants, dont www.kfrine.com (www.kfrine.re pour les Réunionnais, encore en version Beta), ou encore www.swissromande.ch, le portail touristique de la Suisse romande et du Pays-d’Enhaut.

Est-ce que vous suivez l’évolution de La Réunion sur le marché des TIC et du multimédia ?

Je ne suis rentré que deux fois en l’espace de huit ans, mais je regarde quand même les actualités via le site de RFO Réunion de temps en temps. La Réunion est une île géniale avec beaucoup de qualités, méritant d’être connue et reconnue partout dans le monde. Son classement au patrimoine de l’UNESCO, récemment, devrait l’aider dans ce sens. En ce qui concerne l’informatique et les technologies de l’information, La Réunion souffre malheureusement de son éloignement, mais cet écart avec les grandes métropoles devrait disparaître avec le temps et les nouvelles technologies.

Selon vous, quels seraient les facteurs de succès et d’amélioration pour la Réunion dans ce domaine ?

Après avoir beaucoup voyagé en Europe, de la Turquie à l’Ecosse en passant par la Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Autriche, Allemagne, Espagne, Portugal..., je me rends compte que La Réunion n’est pas du tout ou très peu connue… Je suis sûr qu’il y a un très gros effort à faire de ce côté-là pour attirer de nouveaux investisseurs et ouvrir de nouvelles portes. Il faudrait aussi que les jeunes bougent, partent se former et se perfectionner dans les grandes entreprises du monde entier et reviennent avec leurs expériences à La Réunion pour la développer.

Les habitants de la région où vous vivez sont-ils « branchés » TIC ?

Oui, ici nous avons une certaine avance dans ce domaine ; la majorité des foyers suisses dispose d’un ordinateur et d’un accès internet haut débit. Toutes les technologies de communication sont accessibles assez facilement et à des prix très raisonnables, ce qui facilite l’implantation des nouvelles technologies dans les foyers.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais tentés par un parcours dans les TIC ?

De foncer et de parcourir le monde, car La Réunion est très jolie, mais il y a aussi plein de belles choses à voir et à découvrir ailleurs. Et puis les voyages ouvrent l’esprit et sont pour moi l’une des meilleures sources d’épanouissement personnel et professionnel. Les créoles sont aussi capables que les autres. La volonté, l’optimisme et le courage sont les seules qualités requises pour réussir.

Article paru dans le N°90 du magazine Réunion Multimédia

Publicité