Publicité

Lutte contre Ebola : de retour de trois mois au Liberia

Publié le 7 avril 2015 Guinée 974

Christophe Valingot revient d’une mission au Liberia avec l’Organisation Mondiale de la Santé. Cet expert réunionnais en eau, assainissement et santé publique décrit son action au plus fort de l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’ouest depuis mars 2014. Une nouvelle preuve que l’on peut répondre depuis la Réunion, à des missions humanitaires d’envergure.

Exercice avant l’ouverture du centre de traitement pour Ebola construit par l’OMS dans le centre de Monrovia – Liberia.

Pouvez-vous vous présenter ?

Ingénieur Eau et Assainissement, j’ai travaillé dans l’humanitaire dès la fin de mes études. Je suis tout d’abord parti aux Comores six ans avec l’AFVP (maintenant France Volontaires) puis Initiative Développement, une ONG française basée à Poitiers, pour construire des adductions d’eau et appuyer la structuration du secteur. Ensuite, pendant quatre ans à la Réunion, j’ai œuvré au sein du programme PIROI - Croix-Rouge Française (Plate-forme d’Intervention Régionale pour l’Océan Indien), en tant que Coordinateur Eau et Assainissement. Il s’agissait de répondre aux urgences et former les équipes de la Croix-Rouge de l’Océan Indien à se préparer aux catastrophes dans la région : cyclones, inondations, épidémies, etc.

Et ensuite ?

Enfin, de 2010 à 2014, J’étais expert pour l’Afrique de l’Ouest au bureau de l’aide humanitaire de la Commission Européenne basé à Dakar. Pendant ces quatre années, j’ai contribué à développer, avec certaines ONG, la Croix-Rouge et les Nations Unies, un programme de préparation et réponse aux épidémies de cholera. Ces différentes expériences m’ont conduites à m’intéresser aux vecteurs de transmission des maladies. J’ai décidé alors de revenir en famille à la Réunion et de reprendre des études, en épidémiologie, justement.

Qu’est ce qui vous a amené à partir avec l’OMS au Liberia pour lutter contre Ebola ?

Cette épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était en train d’atteindre des niveaux sans précédent. Je connaissais bien la région et la problématique des épidémies. L’OMS m’a contacté pour savoir si je souhaitai travailler avec eux au Liberia. J’ai dit oui pour trois mois. Je souhaitais vraiment participer à la réponse à cette épidémie, comprendre comment on en était arrivé là et faire tout pour arrêter sa propagation. Je suis donc partir pour le compte de l’OMS en tant que coordinateur national Eau, Hygiène et Assainissement.


Stop Ebola

En quoi a consisté votre mission sur place ?

Je ne suis pas médecin. Je n’étais donc pas au chevet des patients mais ma mission était tout aussi importante, en amont et en aval du traitement des patients. J’étais en charge à la fois de la construction des centres de traitement (Ebola Treatment Units) et de l’organisation de la gestion des déchets contaminés.

Concrètement qu’avez-vous fait ?

En tant que coordinateur pour l’OMS, j’ai pu évaluer les besoins prioritaires et définir la stratégie de réponse de l’OMS dans le secteur Eau et Assainissement, en coordination avec le gouvernement et les autres acteurs humanitaires présents sur place. Une des priorités à mon arrivée était la création de centres de traitement Ebola - activité à laquelle j’ai contribué (organisation et supervision des travaux de 4 centres de traitement pour chacun 100 patients). Une autre activité importante a été la création d’une filière de traitement pour une gestion sécurisée des déchets contaminés. Pour résumer : construire des centres de traitement, former le personnel, gérer les déchets contaminés, assurer la coordination générale, l’élaboration de la stratégie nationale et la définition des normes et standards.

Comment avez vous vécu cette mission, avez vous eu peur ?

Cette mission était très particulière. La maladie, peu connue des acteurs humanitaires, est inconnue dans les pays affectés. Alors oui j’ai eu peur, surtout au début, quand on ne comprend pas encore bien comment la maladie se transmet et comment se protéger. On entend et on lit beaucoup de choses. A l’arrivée sur place la peur était palpable aussi, à l’aéroport et dans la population. Alors on se protège beaucoup – je ne me suis jamais autant lavé les mains de ma vie – et puis on apprend ce qui est risqué et ce qui l’est moins.

Quelle est la situation là-bas aujourd’hui ?

On peut dire qu’on a gagné plusieurs batailles, mais pas la guerre. Le virus est présent dans trois pays : Guinée, Sierra Leone et Libéria. Au Libéria, Le nombre de cas a énormément diminué (mars 2015), mais ce n’est pas le cas dans les autres pays. Tant qu’il reste des malades, le virus peut continuer à se multiplier mais pour la première fois depuis le début de l‘épidémie, on peut entrapercevoir la lueur au bout du tunnel et espérer – si les efforts sont maintenus – la stopper dans les prochaines semaines/mois.


Christophe Valingot - Lutte contre Ebola au Liberia

Qu’allez vous faire maintenant ?

Je compte faire bénéficier la Réunion de mon expérience dans la lutte contre les maladies épidémiologiques. Notre île de situe dans une zone stratégique et des partenariats sont indispensables pour mettre en place un système de lutte intégrée. Par ailleurs, je continue mes études en épidémiologie à distance avec l’université de Bordeaux, et j’ai déjà été contacté par l’OMS pour une autre consultance sur le choléra.

A la Réunion, je m’implique également avec l’AFECTI (Association Fédérative des Experts et Consultants de la Coopération Technique Internationale), et je souhaite en particulier m’investir dans le domaine de la formation et la promotion de l’évaluation, partager mon expérience avec ceux qui souhaitent s’orienter vers le secteur humanitaire.

Pour en savoir plus :

Christophe Valingot : Consultant International Aide humanitaire – Gestion de projets – Evaluation – Eau et Assainissement - Santé Publique : [email protected]
France Volontaires
Initiative Développement
PIROI – Croix-Rouge Française
Commission Européenne - DG ECHO (Aide humanitaire et protection civile)
OMS – Organisation mondiale de la santé
AFECTI - Réunion


Lire aussi :
Les experts réunionnais de la coopération internationale se mobilisent
Evaluation Sud : premières missions humanitaires au départ de la Réunion
- Plus d’infos Solidarité internationale


Christophe Valingot - Lutte contre Ebola au Liberia

Publicité