Publicité

Réunionnais au Québec : Contre la grève des étudiants

Publié le 29 avril 2012 Québec Canada

Stéphanie Rivière, 24 ans, originaire de Saint-Pierre. Après une Licence en Science de l’éducation à l’Université de la Réunion, elle arrive en 2009 à l’Université du Québec à Rimouski pour suivre une Maîtrise en éducation. Diplômée en octobre prochain, Stéphanie est CONTRE la grève des étudiants.

Stéphanie Rivière

La grève étudiante québécoise débutée en février 2012 a pour but de contrer l’augmentation progressive des droits de scolarité universitaire annuels annoncée par le gouvernement Charest, passant de 2 168 $CAN à 3 793 $CAN : une augmentation de près de 75 % en cinq ans.


Quelles est votre perception de ce mouvement ?

Cela fait dix semaines que mon université est en grève. Les étudiants manifestent contre la hausse des frais de scolarité et exigent un gel de ces frais pour que l’université reste accessible à tout un chacun. Ici à Rimouski, le climat est pacifique. Mais à Montréal il s’est déterioré avec l’intervention des forces de l’ordre, car les étudiants ne respectent pas la loi. En manifestant sur les principales artères de Montréal et de Québec, ils empêchent le bon fonctionnement de l’économie québécoise.

Quel est l’impact de cette grève pour vous et les étudiants réunionnais que vous connaissez ?

Pour l’instant, elle n’a pas beaucoup d’impact sur mes études, car pendant cette session j’étais en rédaction de mon essai ; je n’avais donc pas cours. Cependant si elle perdure, je risque de ne pas pouvoir suivre mon cours prévu de mai à août, ce qui m’obligerait à repousser la fin de mes études à la session d’été 2013 ! Je suis donc à 100 % contre ce mouvement de grève, qui ne fait que léser la majorité des étudiants de l’UQAR. Les autres Réunionnais que je connais sont en majorité comme moi, des “finissants”. Nous attendons simplement notre diplomation pour pouvoir présenter un CV potable à un employeur et entrer dans la vie active.

Que représente pour vous le fait d’étudier au Québec ?

Ici nous sommes très bien accueillis. Nous avons la chance énorme de cotoyer des personnes d’origines diverses et surtout, de bénéficier de la manière d’enseigner des Québécois : les professeurs sont beaucoup plus accessibles qu’à la Réunion. Ce lien de proximité nous met en confiance et facilite le bon déroulement de nos études. Par ailleurs en tant que Réunionnais nous sommes particulièrement favorisés. Nos amis étudiants originaires des Antilles par exemple n’ont pas la chance de bénéficier d’une aide financière de leur Région d’origine.

Lire aussi : Réunionnais au Québec : Pour la grève des étudiants

Article paru dans Le Quotidien du 29 avril 2012

Voir le profil de Stéphanie Rivière

Lire d’autres Regards sur l’actualité

Publicité