Publicité

Serge Grondin, créateur d’une marque de vêtements créole

Publié le 21 juillet 2016 974

Après 17 ans d’expériences dans la finance à travers le monde, ce Saint-Andréen est rentré s’installer à la Réunion en 2012, où il a fondé la marque de vêtements Bourbon Palto. Portrait d’un voyageur de 40 ans.

Article publié dans Objectif Emploi, supplément du Quotidien de la Réunion - 21 juillet 2016 (cliquer pour lire)


Sa mobilité

Après des études en Finance à Paris, j’ai travaillé dans des endroits aussi diversifiés que Londres, les Etats-Unis, le Luxembourg, la Chine, l’Autriche... en tant qu’Analyste financier et Directeur administratif et financier. Selon moi, il faut voyager et partir pour s’enrichir. Voyager m’a confirmé une certitude : « notre kréolité est une arme de tolérance massive » et permet d’affronter la différence qu’on trouve sur son passage en voyageant. Elle nous prépare, mais ne protège pas parce qu’à plusieurs reprises, j’ai fait face au rejet, notamment pour l’accès au logement.

Son retour

Ce sont des raisons personnelles (papa est tombé malade) qui m’ont poussé à rentrer, et je voulais franchir un palier professionnel : créer une entreprise ou diriger une entreprise existante. En arrivant à Gillot, je me sentais très content de revenir, sentir l’odeur des flamboyants, la chaleur, l’odeur du café de maman. J’étais paré pour soulever des montagnes… Je le suis toujours !

Sa recherche d’emploi

A Bac +4, tu as 17 ans d’expériences dans la finance à travers le monde et dans un environnement anglo-saxon. En plus de ton kréol et de ton français, tu parles deux langues et en baragouines une troisième. Ton dernier poste était DAF d’une usine de 2 000 personnes dans l’industrie automobile, ton service comprenait une cinquantaine de personnes à manager en comptant les extérieurs... Tu apparais un peu comme un OVNI quand tu débarques à la Réunion, surtout à 38 ans ! On m’a même conseillé de repartir en disant « il n’y a rien pour vous ici Mr Grondin ».

Sa solution

Pour mille et une raisons (la plus usitée du moment : « c’est la crise Mr Grondin, vous comprenez ? »), on m’a fait comprendre que les postes de direction, ce n’était pas pour moi. Je me suis rendu compte qu’à l’heure actuelle, postuler à un poste de direction avec une expérience et une approche anglo-saxonne du management, parler anglais, allemand couramment (et espagnol assez bien), ce n’était absolument pas un avantage concurrentiel. C’est malheureux à dire, non ? Cela a renforcé mon idée de monter ma propre entreprise. Parce que tu as le choix : soit tu rent’ ta kaz et tu maudis tout le monde, soit tu repars de zéro et reconstruis tout. J’ai choisi l’option 2 car c’est dans ma nature de me battre. Et finalement, créer sa boite, c’est génial !

+ d’infos sur le site Bourbon Palto / La page Facebook Bourbon Palto

D’autres interviews SPECIAL RETOUR / www.reunionnaisdumonde.com/t/7/Ressources-Humaines (2035 inscrits)

Publicité