Publicité

Sainte-Rose, capitale française des énergies propres

Publié le 8 mars 2009 974

Après la première ferme éolienne de la Réunion, la ville de Sainte-Rose accueillera la plus grande centrale solaire de France. Avec ses 100 000 modules photovoltaïques d’une capacité de 15 MW, l’installation gérée par EDF Energies Nouvelles sera livrée avant la fin de l’année. Elle couvrira l’équivalent de la consommation de 24 000 personnes. Sainte-Rose vient de recevoir la « Marianne d’or », trophée national qui récompense l’action de la commune en faveur de l’environnement et du développement durable.

Eolienne Réunion

Le boom des énergies propres à La Réunion

Entre 2006 et 2007, la production électrique produite à partir des systèmes photovoltaïques a été multipliée par 2,5 sur l’île. La puissance photovoltaïque par habitant est de 8,1 Wc, ce qui situe La Réunion juste après l’Espagne, l’Allemagne et le Luxembourg. Par ailleurs, le chiffre de 90 000 chauffe-eau solaires individuels installés vient d’être dépassé. Plus de 10,3 MW de puissance sont raccordés à partir d’éoliennes. Si 37 % de la production électrique est d’origine renouvelable, l’île souhaite atteindre les 90 % en 2025.

Vers une maîtrise de la consommation électrique locale

Dans un contexte de croissance économique et démographique, la consommation électrique a cru de 3,13% en 2008, contre plus de 4% les années précédentes. Selon les calculs d’EDF, 1,7 millions de lampécos et les 90 000 chauffe-eau solaires installés sur l’île ont permis d’économiser l’équivalent de la consommation des communes du Tampon (61 000 hab) et de La Possession (22 000 hab). La production d’électricité à La Réunion a atteint 2 546 GWh en 2008. Elle provient à 51% du charbon, 13% du fuel et 36% des énergies renouvelables. L’hydraulique représente 25%, la bagasse 10%, l’éolien, le photovoltaïque et le biogaz réunis 1%.

Source : Agence de Développement de la Réunion

Publicité