Publicité

Service National Universel à la Réunion : c’est parti

Publié le 6 mars 2020

Comment faire partie des 340 jeunes de l’île qui participeront en 2020 à la phase d’expérimentation du SNU ? Tu as entre 15 et 17 ans et tu es volontaire ? Voici le mode d’emploi. Inscription sur www.snu.gouv.fr avant le 3 avril.


Se basant sur le succès un premier test mené en 2019 auprès de 2000 jeunes*, le gouvernement a annoncé le recrutement des 30 000 jeunes qui seront volontaires SNU en 2020. Parmi eux, 340 jeunes de la Réunion réaliseront un séjour de cohésion dans un département de France hexagonale du 22 juin au 3 juillet, puis une mission d’intérêt général sur le territoire réunionnais. Les trajets et l’hébergement seront intégralement pris en charge par l’État. Le service national universel (SNU) sera étendu à tous les jeunes de 15-16 ans dès 2024.
* 94% se sont dits satisfaits du SNU ; 78% ont indiqué avoir rencontré des jeunes venant d’un milieu social différent du leur ; 90% ont apprécié le port de l’uniforme.

Que feront les volontaires en 2020 ?

En 2020, les 30 000 volontaires SNU qui seront retenus participeront d’abord au "séjour de cohésion" de deux semaines du 22 juin au 3 juillet 2020. Celui-ci se fera en internat, dans des écoles ou des centres de vacances répartis sur tout le territoire. Les volontaires seront envoyés hors de leur département, pour leur permettre de bouger et de découvrir d’autres horizons. Plus de 1000 jeunes ultra-marins viendront ainsi en métropole.

Dans chaque centre, les jeunes seront volontairement mêlés afin de favoriser la mixité sociale : filles, garçons, lycéens, apprentis, décrocheurs, jeunes des quartiers, des zones rurales ou des centres villes... Répartis par "maisonnée" de dix et encadrés par des tuteurs, les jeunes vivront donc ensemble durant deux semaines. Dès le matin, ils assisteront au lever des couleurs et chanteront la Marseillaise. Puis ils suivront un programme de formation à la citoyenneté et à l’engagement : gestes de premier secours, initiation au Code de la Route, protection en cas de catastrophe...

Et une mission d’intérêt général de 15 jours

Les jeunes qui font un SNU ne s’engagent pas seulement à participer au "séjour de cohésion" de deux semaines. Ils doivent aussi participer à une "mission d’intérêt général" d’au moins 12 jours. Car l’autre objectif du SNU est de donner aux jeunes le goût de l’engagement. Et pour cela, rien de mieux que d’agir concrètement pour découvrir que l’on peut se rendre utile et que cela peut changer beaucoup de choses.

La mission peut être faite en une fois durant des vacances dans l’année qui suit ou bien étalée sur plusieurs mois de façon régulière. Elle peut se vivre dans des structures très diverses : chez les pompiers, auprès de réservistes de l’armée, dans une maison de retraite, un hôpital, sur un chantier de restauration du patrimoine, dans une structure d’aide aux devoirs d’écoliers, dans un vestiaire de la Croix-Rouge, ou par exemple aux Restos du coeur.

Et après cette mission de 12 jours que se passe-t-il ?

Les jeunes de 16 à 25 ans pourront s’ils le veulent faire une mission plus longue d’au moins trois mois, par exemple en service civique. Mais cette partie-là va rester facultative : à partir de 2024, les jeunes de 15-16 ans devront tous faire les deux semaines de cohésion et la mission de 12 jours, mais la mission plus longue restera sous le régime du volontariat. + d’infos

Comment postuler pour être volontaire ?

L’inscription se fait en ligne sur le site www.snu.gouv.fr  jusqu’au vendredi 3 avril 17 heures : il suffit de remplir le formulaire en répondant à quelques questions. Puis les candidats sont convoqués à une réunion avec leurs parents ou leurs représentants légaux. On leur présente leurs droits, devoirs et responsabilités lors d’un SNU ainsi que toutes les formalités pratiques.

Si vous n’êtes pas retenu, cela ne veut pas forcément dire que votre profil ne convenait pas en soi. En 2019, 2000 volontaires avaient été retenus sur 4 000 candidats, soit un sur deux : beaucoup de jeunes ayant un projet d’avenir dans la police, l’armée, les pompiers ou un métier de service.

Publicité