Publicité

Tambours Croisés : Réunion, Martinique, Guadeloupe

Publié le 3 novembre 2011 974 Guadeloupe Martinique France Paris

Quand Maloya, Bèlè
et Gwo Ka se rencontrent… Aussi étrange que cela puisse paraître, la rencontre de musiciens
des trois îles ne s’est jamais faite sur le terrain des musiques traditionnelles. Découvrez du 7 novembre au 3 décembre 2011 (à Paris les 24 et 25 novembre) des artistes réunionnais, guadeloupéens et martiniquais ensemble sur scène. Cette manifestation incorpore des temps de résidence dans les trois îles afin de transmettre et recevoir les
patrimoines musicaux respectifs. Elle devrait se prolonger
en 2012 par une tournée des festivals.

Pour gagner une place pour le concert du 24 à Paris, soyez parmi les 1er à envoyer un mail à [email protected] !

Tambours Croisés : Réunion, Martinique, Guadeloupe

Lire aussi : Réunion et Antilles fusionnent en musique : les photos de Tambours croisés

Bien qu’ayant des histoires différentes
et étant distantes au plus de 13 500 km, Réunion, Martinique et Guadeloupe
ont bien des points en commun. On rencontre ces similitudes dans le créole,
dans le fait que ce sont des îles volcaniques, dans le brassage des ethnies et
races (plus prononcé à la Réunion) et dans la musique. Tambours et chants
forment leur base musicale avec le principe des « repondés » et des textes
parfois à double sens rarement neutres. Les points communs entre maloya, bèlè et gwo ka ne manquent pas : Afrique mère, déracinement, principe des « réponses » entre chanteur et chœurs sur fond de percussions…

La difficulté de ce type de rencontre est la transmission codée oralement de
chants pratiqués de manière mystique par des anciens. Le Bèlè en Martinique,
le Gwo Ka en Guadeloupe et le Maloya à la Réunion sont interprétés par des
« anciens » pouvant atteindre 85 ans et peu coutumiers de toute autre forme
d’expression que celle transmise depuis plusieurs siècles, ce de personne à
personne.

Ces dernières années, le statut de ces trois patrimoines musicaux s’est
renforcé. Les efforts accomplis dans un travail de reconnaissance,
l’appropriation de ces musiques par de plus jeunes générations, voire le
métissage avec d’autres expressions musicales ou artistiques, incite à remettre
d’actualité une rencontre des trois traditions musicales cousines. L’Année de
l’Outre-mer est l’occasion rêvée de présenter ce projet qui devrait se prolonger
en 2012 par une tournée des festivals.

Les dates

- du 7 au 10 novembre Résidence GUADELOUPE à Pointe à Pitre
- 11 et 12 novembre concerts Salle Georges Tarer à Pointe à Pitre
- du 14 au 17 novembre Résidence MARTINIQUE à Fort de France
- 18 novembre concert Sainte Anne, 19 l’Atrium à Fort de France
- 22 et 23 novembre Résidence PARIS
- 24 et 25 novembre, concert Centre Barbara Fleury Goutte d’Or à Paris
- 1er décembre concert Salle Vladimir Canter à Sainte Clotilde
- 2 décembre concert aux Bambous à Saint Benoît
- 3 décembre concert Le K à Saint Leu

Les résidences croisées

Le principe en est simple : réunir des représentants « légitimes » des trois
musiques, pendant trois semaines, une dans chaque île. Le projet sera présenté
aussi à Paris lors d’une mini résidence au Centre Fleury Goutte d’Or qui se
conclura par deux concerts, tout comme cela sera le cas dans les îles.
A ces instants musicaux, il conviendra d’ajouter des ateliers, des
rencontres/débats illustrés, assurés par des musicologues et des professionnels
de la création et de la diffusion ayant pour thème « Ka, Bèlè et maloya,
musiques trad ou musiques du monde ? Quelle place dans la diffusion hors
l’Outre-mer » Une exposition sur le maloya voyagera avec les artistes et sera
présentée dans chacune des villes d’accueil, Fort de France, Pointe à Pitre,
Saint Denis et Paris.

Les artistes qui participeront à ces résidences sont :

Réunion

- Gramoun SELLO : chant
- Mickaël TALPOT : rouleur
- Eric PORTO : tambours
- Sandy NIDA : Percussions

Gramoun SELLO de son vrai nom Michel SOPHIE, signe “30 ans de Maloya
1980-2010”. Qui l’aurait cru ? Car en 2000, il se retire de la scène et son retour
se fait grâce à la détermination de Stéphane Grondin de MALOYA ALL STARS et
José Payet du Studio Oasis. Ils ont réveillé cette légende qui est née et a grandi
dans le maloya et le “kabaré”. Sérénité et simplicité se dégagent de ce
journalier agricole et maçon qui s’est fait un devoir de perpétuer cette musique
des ancêtres.

Mickael TALPOT est certainement le musicien le plus accompli du
maloya réunionnais. Originaire de Saint-Louis, la capitale du maloya à la
Réunion il est assurément le meilleur « batèr roulèr » de l’île. Il joue
actuellement avec le MALOYA ALL STARS, LINDIGO et GRAMOUN SELLO.

Eric
PORTO
a intégré le groupe Ras Mélé dans lequel il approfondi sa pratique du
maloya et se perfectionne au kayamb, puis le collectif Maloya All Stars en 2006
et participe à plusieurs spectacles de Gramoun Sello et du All Stars à la Réunion
et en France. Il enregistre 3 albums avec Gramoun Sello.

Sandy Nida est tombé
dans la musique depuis son plus jeune âge. Il porte sa préférence pour le
maloya traditionnel, et la pratique du roulèr en particulier. À 21 ans Sandy est
le benjamin de la formation Maloya All Stars, il à commencer à jouer sur scène
avec Mélanz Nasyon à l’âge de 15 ans et exerce maintenant ces talents avec
Gramoun Sello mais aussi Ti prince.

Expo en 12 panneaux sur le maloya présente dans les 4 lieux
de résidence.

Martinique

- Renée Capitaine : chant, danseuse
- Alain Pinel-Féréol : tambour
- Mickaël Théodore : tibwa
- Béatrice Alcindor : répondé

Guadeloupe

- Josélita JACQUES : chant, chacha
- Joël JEAN : boula, chacha, répondè
- Gino BALTIMORE, chant, danse, makè, boula

Conférence/débat

« Comment exporter les musiques de l’Outre-mer vers la Métropole et à
l’international. » Modérateur : Thierry NOSSIN

- Musiques traditionnelles de l’Outre-mer font-elles partie des musiques
du monde et du circuit de diffusion ?
- Difficultés de les sortir de leur isolement géographique ;
- Infrastructures d’accompagnement des artistes de l’Outre-mer hors de
leurs lieux d’origine.
- Rencontre avec les musiques d’ailleurs et les autres disciplines pour
évoluer et mieux se vendre.
- Volontés politiques et financements publiques ;

Publicité