Publicité

Zamal thérapeutique : feu vert du gouvernement

Publié le 20 octobre 2020
974

La Réunion, seul territoire français qui possède des variétés endémiques de cannabis, est bien placée dans la course aux expérimentations médicales. Le décret publié le 16 octobre 2020 permet en effet le lancement des recherches sur le cannabis thérapeutique en France. La Réunion a-t-elle une occasion en or de devenir un acteur majeur dans la production de cannabis médicinal à l’échelle industrielle ?

Photos : Association www.facebook.com/ChanvreReunion


Feu vert pour l’expérimentation du cannabis thérapeutique, qui commencera au plus tard le 31 mars 2021 sur un échantillon de 3000 malades français. Très attendu par les patients, le décret 2020-1230 fixe les spécifications des médicaments à base de cannabis utilisés pendant l’expérimentation, les conditions de leur mise à disposition ainsi que les indications thérapeutiques ou situations cliniques dans lesquelles ils seront utilisés : douleurs réfractaires aux thérapies, formes d’épilepsie sévère, soins de support liés au cancer, situation palliative ou spasticité douloureuse de la sclérose en plaques. Les médicaments se présenteront sous forme d’huiles, de gélules et de fleurs séchées à vaporiser. Ils ne seront administrés qu’à des patients souffrant de maladies graves dans le cadre de l’expérimentation.

Le texte détaille aussi les caractéristiques des produits, et notamment les dosages précis autorisés pour les deux substances actives du cannabis (le THC et le CBD), les contrôles de qualité qui seront réalisés et les obligations incombant aux fournisseurs. À la Réunion où le zamal est déjà utilisé sous forme thérapeutique et pousse bien malgré les interdits, la production offre des perspectives intéressantes. Pour les spécialistes, l’île possède tous les atouts nécessaires pour la culture du cannabis thérapeutique. Selon Frédéric Vienne, président de la FDSEA dans Le Quotidien, “nos climats sont très favorables à la production en plein champ, en plein soleil et toute l’année.” 


Ici à Saint-Leu, l’association Chanvre Réunion, qui milite en faveur de l’exploitation du chanvre et du zamal thérapeutiques sur le territoire réunionnais, a débuté sa 2e phase d’expérimentation.


Bien placée pour devenir une terre d’expérimentation, La Réunion est le seul territoire français à posséder ses propres espèces de cannabis. Depuis plusieurs années, les acteurs de la filière agricole - Chambre d’Agriculture, association Chanvre Réunion, Armeflhor… - se préparent pour saisir cette opportunité de diversification de la production locale, dans un contexte de crise de la canne à sucre. Car de plus en plus de pays se lancent dans la course au cannabis légal, et chacun d’entre eux se bat pour obtenir la meilleure place. Le marché mondial du cannabis thérapeutique, aujourd’hui considéré comme l’or vert, pourrait s’élever à plus de 49 milliards d’euros à horizon 2025.


* Le Zamal autrement appelé Chanvre indien, est le nom donné au cannabis sur l’île de la Réunion. Le terme vient du mot malgache jamala et regroupe une famille de plusieurs variétés. C’est au XVIIIe siècle que les différentes variétés de cannabis réunionnais ont été apportées d’Afrique, d’Inde, d’Asie et de Madagascar.

Le même site à Saint-Leu quelques mois plus tard
Publicité