Publicité

Bilan pour la communauté réunionnaise en métropole (1995-2011)

Publié le 21 mars 2011 France Paris

Communiqué d’Aimé Técher, porte parole du collectif "Oubli pa nou", à la suite de la dernière réunion organisée le 21 décembre 2010 à Paris entre le Conseil Général de la Réunion et les associations réunionnaises de métropoles. Du forum de Dourdan en 1995 aux élections cantonales de 2011 : bilan des CONSEILLERES GENERALES et des CONSEILLERS GENERAUX.

Collectif « Oubli pas nou » : Depuis l’élection de J.L. POUDROUX et de Mme N. DINDAR à la Présidence du Conseil Général, voici comment les élues, élus ont manifesté dans les faits leur solidarité à l’égard de la communauté Réunionnaise en Métropole, 236 000 femmes, enfants et hommes.

Maison de La Réunion - Journal Présence Réunionnaise - Associations

Jean Luc POUDROUX, Président du Conseil Général et Pierre HEIDEGER élu au conseil général et délégué à la Mobilité avec l’accord de toutes les élues et tous les élus ont :

- vendu la Maison de La Réunion ; Achetée 44 millions de francs, elle a été vendue 20 millions. Cette Maison, lieu de rencontre, de retrouvaille, d’échanges, d’accueil, d’hébergement avec ses 40 chambres. Lieu de ressources. Notre Maison disparue…et jamais remplacée. Nous sommes la seule communauté à ne pas avoir une Maison à nous. Scandaleux.

- supprimé « PRESENCE REUNIONNAISE », le journal pour toutes les Réunionnaises et tous les Réunionnais en Métropole : 37 000 abonnés.

- disparue la Fédération Nationale des associations Réunionnaises en Métropole – FNARM - qui organisait le Noël des Gran Moun à la Réunion, Opération letchis (plus de 3 tonnes), Arbres de Noël dans toute la Métropole, Soutien aux artistes, lien fort entre les associations…

- supprimée l’association VOYAGE MOBILITE - VOYAGES MUTUALISTES, association qui permettait à des compatriotes à faible revenu de pouvoir partir en vacance à La REUNION.

RENCONTRES

Depuis le forum de DOURDAN en 1995 organisé par Christophe PAYET, Président du Conseil Général, en présence de 300 Présidentes et Présidents, il est décidé d’organiser chaque année une rencontre : Conseil Général et associations Réunionnaises en Métropole.

Christophe PAYET a organisé ces premières rencontres. Chaque fois qu’il venait à PARIS, il rencontrait les Responsables des associations Parisiennes dans notre Maison de La REUNION.

Jean Luc POUDROUX n’a jamais assisté à ces rencontres, ne nous a jamais rencontré.

Mme Nassimah DINDAR a assisté aux rencontres depuis 2004. Le 21 décembre 2010, telle une étoile filante, elle est restée sous le ciel bleu et au chaud … Madame La Présidente choisit ses interlocuteurs quand elle rencontre.

DIALOGUES

Lors de la réunion à LOGNES en 2004, sous la Présidence de Madame La Ministre de l’Outre Mer, Madame GIRARDIN, Madame La Présidente du Conseil Général
Nassimah DINDAR a déclaré que du « fait de la qualité des travaux fournis par les Présidentes et Présidents des associations – nous étions 28 Présidentes et Présidents à ce groupe de travail - des groupes de travail seraient mis en place par le Conseil Général pour poursuivre les travaux ». Malgré nos relances - 5 lettres - aucun groupe de travail n’a jamais été mis en place…

Des propositions concrètes sur : l’accueil, le logement, la vie culturelle. Ce qui fait la vie de tous les jours. Trouver des solutions pour faciliter notre vie en Métropole : cela n’a jamais intéressé Madame DINDAR, ni Pierre HEIDEGER Chargé de la Mobilité, ni les autres élues, élus de ce Conseil Général. Madame La Présidente préfère les salons parisiens en compagnie de Bertrand DELANOE que nos propositions.

A l’automne 2006 (pas de réunion en 2005 !) la principale décision a été : « la direction du CNARM et les représentants des associations doivent se rapprocher pour travailler ensemble ». Janvier 2007, La Présidente du CNARM, Patricia HOARAU exprime à sa façon ce dialogue en insultant les Présidentes et Présidents des associations Réunionnaises en Métropole à travers la presse locale. Réaction unanime des toutes les Présidentes et de tous les Présidents.

A l’automne 2007 rencontre à Marseille, principal invité P. KARAM, Délégué Interministériel chargé des DOM-TOM. Résultats : la délégation de notre Conseil Général à PARIS est totalement ignorée – pas invitée à des réunions -, aucune sollicitation pour avis sur la création d’Une Maison des Outre-Mer et Une diaspora de tous les ultramarins…et les Présidentes et Présidents des associations Réunionnaises en Métropole ne sont pas invités à ces réunions organisées par ce même Délégué. Il a fallu une réaction vive pour qu’enfin nous soyons invités ! Mais à quel prix ?

Madame La Présidente du Conseil Général et Pierre HEIDEGER connaissent bien
P. KARAM. Alors complicité ! Et répression…

Le 21 décembre 2010, la 6e rencontre. Madame Nassimah DINDAR absente. Les représentants du CNARM absents. Les thèmes prévus : les enjeux d’une insertion réussie dans le territoire d’accueil. Et la commémoration du 20 décembre. La rencontre a eu lieu le 21 décembre. Bizarre ! Lors de cette rencontre nous avons eu droit à un tout autre ordre du jour. A l’initiative de qui ? Pourquoi ?

Madame Michèle MASSARI, choisie par Madame La Présidente pour diriger cette antenne du Conseil Général à PARIS, a censuré des interventions de Présidentes et de Présidents dans son projet de compte rendu – Interventions qui ont « dérangé ». Une lettre de protestation lui a été adressée. Ces attitudes ont un nom : le mépris.

Que font nos élues, élus quand elles, ils viennent en Métropole ? Beaucoup de voyages, de beaux et bons repas, des salons ministériels et Nous : toujours les oubliées, les oubliés.

A chaque rencontre il y a de moins en moins de Présidentes et de Présidents…elles sont nouvelles, ils sont nouveaux, deux ans après…disparues, disparu. Pourquoi ? Le fruit de l’inconsidération.

Conclusions : des rencontres qui ne sont suivies de… rien. Vous avez dit dialogue ?

SUBVENTIONS

C’est un des moyens d’aide directe aux associations. Depuis des années, le montant des subventions par association baissent sans explication. Des associations culturelles doivent être armées de patience pour connaître le montant de la subvention et recevoir le premier versement.

Aujourd’hui à l’unanimité les Présidentes et Présidents présentes, présents à cette rencontre du 21 décembre 2010 ont protesté contre les retards pris pour verser les subventions. La Présidente du Conseil Général, Pierre HEIDEGER et ses successeurs n’ont rien fait et ne font rien.

C’est l’asphyxie qui est organisée mais pas pour toutes les associations… Il y a des copains, des copines... Il faut bien les reconnaître.

VIE ASSOCIATIVE

Christophe PAYET avait mis en place un « Comité d’Orientation de la Vie Associative », une force de propositions pour faciliter et promouvoir les associations Réunionnaises en Métropole. Comité classé dans les oubliettes !

LA MOBILITE

Un scandale…un non sens. Patrice LOUAISEL ex-psychologue de l’ANT déclare : « Nos jeunes Réunionnais condamnés à la précarité ». Le Président du CASODOM proclame : « la mobilité d’aujourd’hui est pire qu’avec le BUMIDOM » Les services sociaux de nos villes sont « affolés » devant les souffrances de nos compatriotes. Les Présidentes et Présidents des associations réunionnaises ont lancé depuis longtemps des cris de S.O.S. De plus en plus de S.D.F. réunionnais dans nos rues…de plus en plus de jeunes vivent leur vie de galère, de plus en plus de nos Momon ne peuvent plus nourrir leurs marmailles…

Et pourtant chaque année nos jeunes compatriotes croient que la mobilité c’est le chemin du bonheur. Premier virage et c’est le chemin de la misère…

Ces élues, ces élus continuent à promouvoir cette mobilité inhumaine… et pendant ce temps des nouveaux arrivants « débarquent » à La REUNION. Sur cinq ans : 25 000 Métropolitains, 3 600 Malgaches, 2 600 de pays étrangers et 800 de Maurice et de Mayotte… et Nous Réunionnais combien sont retournés au pèi : 10 000 Réunionnais. Source INSEE.

La mobilité a toujours eu pour vocation faire partir des Réunionnaises et des Réunionnais de leur Pays pour laisser la place à ceux qui viennent d’ailleurs.

L’avenir : les chiffres de l’INSEE

Migrations 2007 - 2040 à la Réunion : flux entrants et sortants.

Autres régions françaises : Départ de La Réunion : 285 000
Arrivées à La Réunion : 251 000 solde – 34 000

Mayotte et étranger : Départ de La Réunion 46 000
Arrivées à La Réunion 73 000 solde + 27 000

Conclusions :
- départs de la Réunion : 331 000
- Arrivées à la Réunion : 324 000
- Solde migratoire -7 000

Question : pourquoi organise-t-on encore cette mobilité source de misère et de souffrance ?
Qui a intérêt pour que cette mobilité continue ?

Il est possible pour de nombreux jeunes de rester au Pays, de faire une mobilité intelligente source d’épanouissement culturel et professionnel : pouvoir revenir dans son pays. Son Pays. Son Péi.

C’est respecter notre jeunesse. C’est leur reconnaître une vie normale, une vie où elles, ils pourront s’épanouir. C’est possible. Question de volonté, de professionnalisme et de l’humain.

Ce qui est humain n’ intéresse pas les élues, les élus.

Toutes les candidates sortantes, Tous les candidats sortants sont responsables devant les 236 000 femmes, enfants et hommes de la communauté Réunionnaise en Métropole.

Elles, ils ont laissé faire, l’ont organisé : Elles, Ils n’ont pas leur place au sein du nouveau Conseil Général.

Le collectif « oubli pa nou »

Le porte Parole : Aimé TECHER
Le 15 mars 2011.

Publicité