Publicité

Kazkabar, association militante pour le retour à la Terre (Réunion)

Publié le 24 août 2010 974

Le WOMEX, qui honore Danyel Waro à Copenhague en octobre du prix de l’artiste 2010, a aussi décidé de récompenser ses efforts pour la culture réunionnaise en lui remettant un chèque pour la « Kazkabar ».

L’association Kazkabar dans les hauts de Saint-Paul.

Pour les prochaines dates de Danyel Waro en concert, consulter l’Agenda Maloya

Danyel Waro a lancé il y a six ans une association du nom de « Kazkabar » (la maison de la rencontre) en occupant un terrain agricole à deux pas de chez lui, sur les hauts de Saint-Paul. Cette association ne demande aucune subvention et finance ses activités avec les cotisations annuelles des familles (10 € par an) et les dons.

Ni eau, ni électricité, ni ramassage de poubelles sur le lieu ; c’est avec l’eau de pluie recueillie que sont plantés tisanes et arbres. L’entraide, l’échange de savoir faire, la générosité des gens et de la nature sont à la base de toute l’activité. On appelle ça : « Bitasyon Fonnkér », une relation étroite entre la plantation et le fond du cœur. L’idée, c’est de planter le mot, le grain, l’amour. C’est un espace culturel et agricole pour retrouver une relation et redéfinir un équilibre avec soi-même, la terre, les ancêtres et les enfants, sans peur et sans honte.

Concrètement, à la Kazkabar, on se sert de la terre du quartier pour donner des cours de modelage ou de torchis. On essaie de réutiliser toute la richesse de l’environnement et de respecter tous ses acteurs : arbres, animaux, hommes. Kazkabar est aussi un lieu de valorisation et de transmission de l’histoire et de la langue réunionnaises, avec une école créole pour adultes et enfants et des ateliers musicaux.
Une dernière (petite) précision : l’alcool y est interdit, mais surtout pas l’ivresse.

Philippe Conrath - Sources : africolor.com et myspace.com/kazkabar

Lire aussi : Danyèl Waro reçoit le Womex Artist Award 2010

Mettre en place un "bitasyon fonnker" appelé "kazkabar " ; un espace de réflexion et de création autour du matériau "terre de Bois Rouge" ; pour retrouver un sens avec tous nos sens ; aider à redevenir camarade avec nous-même, avec la terre, avec notre histoire, avec nos ancêtres, avec nos enfants.

Kazkabar, in bytasyon ousa i travay la tèr Bwarouz an promié. La, banna la plant dori. Nout manzé tou lé zour ! si kabri i lès azot !
Lo lékol i serv osi po aprann port atansyon lo promié zafèr koté nou laminm : Nout natir ! aprann konèt lo non bann piédbwa.

KAZKABAR
Poukwé ?

Po aranz in bitasyon fonnkèr bwarouz.
Po nou artrouv"in sans èk nout bann sans".
Kazkabar, po nou artonm :
- Kamarad èk nou minm
- Kamarad èk la tèr
- Kamarad èk nout listwar
- Kamarad èk nout zansèt
- Kamard èk nout zanfan
Po nou aprann dobout ansanm san la ont èk la pèr.

Règloman KAZKABAR

Dan tout travay plantèr, kréatér, lamontrér, kabaré :
I antour èk lo kèr : Lo kèr nout promyé fors.
KAZKABAR, in bitasyon fonkèr :
- san lalkol
- san plastik
- san larzan (apark si lo konséy la désidé)
- i aprann po amontré
- i lès pa la salté
- lantouraz manzé èk zafèr la kour, zafèr péi,
zafèr natirèl, san simik.
- po koz si Kazkabar dann zournal, télé, radyo, lintérnèt,
ni ansérv nout lang kréol réyoné.

Publicité