Publicité

La Réunion : la possibilité d’une âme

Publié le 4 mai 2024

Niama, Jeanne, Célimène, Madame Pausé, Marie - La Réunion Lé Là.
La culture créole réunionnaise a hérité de valeurs universelles enviées. L’association esprit de Canne (ESCA), à vocation culturelle, a choisi Nou’t kaz, pour faire découvrir au public parisien l’harmonieuse diversité sociale et culturelle de La Réunion. (Nout Kaz, 21 Rue du Renard, Paris 04).


Deux auteurs réunionnais y célèbreront l’âme créole :

Edmond René Lauret : son essai : « La Réunion : la possibilité d’une âme » s’appuie sur les récits de deux femmes emblématiques de l’île, Niama et Célimène, pour évoquer les fondements de la communauté réunionnaise. Un voyage au bout de la vérité d’une société aujourd’hui fracturée entre état de nécessité et opulence affichée, entre une âme en peine et un ventre ballonné.

Lisiane Bernadette Thomas : ses romans explorent avec bienveillance et poésie l’identité créole à travers des histoires vraies ou des fictions : « Le souffle des disparus », « D’amour et de basalte »… Dans « Jeanne, il était une femme », Jeanne Barret et Philibert Commerson (médecin naturaliste du 18e siècle, natif de Chatillon-les-Dombes) effectuent le premier tour du monde avec Bougainville avant d’explorer la faune et la flore des îles de l’océan Indien.

Un petit film : « Peuple infini », réalisé par Lionel Lauret, artiste adepte de l’art nomade, complètera la présentation.

Publicité