Publicité

Le temple Ucchi Pillayar de Tiruchirapalli

Publié le 25 octobre 2009 Inde

Par Dominique Jeantet. Ce temple n’est pas à proprement dire une merveille architecturale du sud de l’Inde mais il a la particularité pittoresque d’être construit à la cime d’un imposant rocher en plein centre de la ville de Tiruchirappalli (tiruccirāppaļļi). On lui a d’ailleurs donné le nom de « mont Kailash du sud » (dakṣiṇa kailāsa) (skr.) et il est visible à dix kilomètres à la ronde.

Au pied de ce rocher se trouve un bassin sacré utilisé lors des festivals. Si l’on peut être impressionné par le nombre de marches à gravir pour accéder au temple, l’effort est grandement récompensé par la vue magnifique qui s’offre au sommet : on voit les gopura (skr.) (tour d’entrée) des temples de Srirangam et de Thiruvanaikaval qui se trouvent à environ dix kilomètres.

Tiruchirappalli est une localité du Tamil Nadu, située sur les bords de la rivière sacrée Kaveri. Elle tient ce nom de « Tirisirasu », un démon à trois têtes qui est venu ici rendre grâce à Civa et dont les vœux ont été exaucés.

L’Histoire révèle que Tiruchirappalli a tout d’abord été une citadelle et la capitale du royaume Chola (cōLar) durant la période du Sangam (caṅkam) (du IIIème siècle avant J. C. au IIème siècle après J. C.). Le palais impérial se trouvait dans un lieu très proche appellé Uraiyur (uRaiyūr), ce qui fait que l’on retrouve surtout dans les textes anciens Tiruchirappalli sous ce nom... mais également sous les noms de Thirukkozhi (tirukōLi)), Nisulāpuri (nisuLāpuri) ou encore Uranthai (uRantai). Ce sont ensuite les Pāndya (pānṭiyar) et les Pallava (pallavar) qui ont régné à Tiruchirappalli durant une courte période au VIIème siècle après J. C., puis, au Xème siècle les Chola ont reconquis la région. Au XIVème siècle ce fut la domination musulmane suivi du règne des empereurs de Vijayanagar avant que les Marathes, les Français et les Anglais n’occupent la ville pendant près de cent ans à partir du XVII ème siècle.

La partie la plus importante de la ville a été construite par les Nayak (nāyakkarkaļ) de Madurai (1559-1736) et, de nos jours, Tiruchirappalli, riche de tout ce mélange d’Histoire et de tradition, est un centre de pèlerinage et une ville commerciale florissante.

Le temple Ucchi Pillayar (ucci piļļaiyār kōyil), dédié au dieu Ganesha (vināyakar), est érigé sur un rocher haut de quatre-vingt-trois mètres qui surplombe la ville. Il porte aussi l’autre nom de « Rock Fort Temple »(malaikkōṭṭai) car l’endroit a servi de fort militaire sous l’empire Vijayanagar puis pendant les guerres franco-britanniques dites « karnatiques » du XVIII ème siècle.

On y accède par un escalier de trois cent quarante-quatre marches creusées dans le roc et, à mi-hauteur, se trouve un autre temple, le temple Thayumanaswamy (tayumāNasuvāmi), dédié à Civa.
Le temple Ucchi Pillayar a été excavé au VIIème siècle sous le règne de l’empereur Pallava Mahendravarman I et achevé sous celui des Nayak de Madurai aux XVI ème-XVIIème siècles.

Vibhishana, le frère du roi-démon Ravana, s’en retournait au Sri-Lanka après avoir assisté au couronnement de Rama en son royaume d’Ayodhya. Il transportait avec lui une représentation (mūrti) (skr.) de Ranganatha (Viṣṇu) dont Rama lui avait fait don pour le culte. Mais il ne fallait en aucun cas que, durant le transport, la mūrti ne soit posée au sol sous peine d’y rester fixée définitivement. Vibhishana allait donc, marchant vers le sud, avec grand soin. Il fut cependant obligé, à un moment donné, de s’arrêter sur les rives de la Kaveri. Apparut alors Vināyakar, sous l’aspect d’un jeune homme, qui lui promit de prendre soin de la mūrti pendant qu’il s’isolerait pour faire sa prière du matin. Mais dès qu’il eût le dos tourné, Vināyakar la posa au sol par inadvertance et elle s’enracina (c’est l’origine de l’emplacement du temple Ranganatha de Srirangam), au grand désespoir et à la fureur de Vibhishana. Hors de lui, il poursuivit le jeune homme jusqu’au sommet du grand rocher de Tiruchirappalli et c’est là que Vināyakar reprit sa véritable apparence... à cette vue Vibhishana, encore plus furieux, frappa Vināyakar sur le front... voilà pourquoi la statue du dieu Vināyakar qui se trouve dans le sanctuaire du temple présente un trou sur le front !

De très nombreuses inscriptions sur les piliers du temple Ucchi Pillayar et dans une cave attenante lui donnent une remarquable richesse épigraphique. Elles font surtout référence à la rivière Kaveri et à un prince Pallava nommé Gunabhara qui aurait régné sur le pays Chola.
Gunabhara est en fait l’un des noms de l’empereur Pallava Mahendravarman I, qui a régné de l’an 600 à l’an 630 après J. C. De religion jaïn, il s’est converti au sivaïsme sous l’influence du poète religieux Appar, l’un des soixante-trois Nāyanmār (nāyaNmār).

Lire aussi :

Les origines tamoules de l’identité réunionnaise « malbar »

Une grande fête dravidienne : « Pongal »

Le temple Ekambaranatar de Kanchipuram

Un conte populaire du Tamil Nadu : Lumière et Prospérité

Kāraikkāl Ammaiyār : la démone (pēy) tamoule

Le repas indien : de la nourriture et des manières de table au sud de l’Inde

La fête des lumières tamoule : « Karthikai Deepam »

Une ancienne tradition tamoule peu connue : le « maṭalūrtal »

Le temple Brihadishwara de Thanjavur

Un conte populaire du Tamil Nadu : « Aya Kappan qui devint roi »

Andal (āṇṭāļ) : la déesse de Srivilliputtur

Une œuvre littéraire tamoule majeure : Le Silappadikāram de Ilango Adigal

Un instrument de musique karnatique traditionnel : la veena

Publicité