Publicité

Les avancées sociales à La Réunion (XVIIIe – début XXIe siècle) : un colloque du CRESOI

Publié le 17 janvier 2010
974

L’année 2009 correspond au vingtième anniversaire du Revenu Minimum d’Insertion (R.M.I.), remplacé depuis par le Revenu Supplémentaire d’Activité. Le temps est venu de dresser un état des lieux. Pour que la réflexion soit enrichissante, elle impose une prise en compte de l’ensemble des avancées sociales*...

Les avancées sociales à La Réunion

Dans la collection "Les Dossiers de l’ARCC", L’Association Réunionnaise Culture et Communication présente "Les avancées sociales à La Réunion (XVIIIe – début XXIe siècle)" : 4 coffrets de 2 CD audio 23 communications.

CD enregistrés Colloque organisé par le CRESOI (Centre de Recherches et d’Etude sur les Sociétés de l’Océan Indien) les 23 et 24 novembre 2009 l’amphithéâtre des Archives Départementales de La Réunion sous la direction du Professeur Prosper Eve.

Présentation - suite...

* Le monde rural a vécu cette décision gouvernementale comme une révolution, notamment les colons qui avaient rarement de l’argent entre les doigts, puisque les propriétaires les maintenaient souvent dans leur stricte dépendance en s’arrangeant pour payer directement dans la mesure de leurs possibilités leurs frais de vêtements, de santé et d’éducation de leurs enfants.

Si le 20 décembre 1848, La Réunion tourne une page de son histoire sociale, avec l’imposition du travail, en 1989, le R.M.I. introduit une dynamique tout à fait différente, puisque désormais il n’est plus nécessaire de travailler pour assurer sa survie. La thèse de l’ethnologue Nicolas Roinsard insiste sur cette idée et montre comment le système social créole peut transmuer une mesure législative comme la création du R.M.I., invention exogène initialement non destinée aux DOM. L’accès au R.M.I. entraîne le refus de tâches faiblement rémunérées auxquelles il n’est plus désormais indispensable d’avoir recours pour subsister.

A partir du 1er juin 1989, les planteurs de canne ont du mal à assurer la coupe des cannes, car honnêtement les coupeurs ne peuvent préférer un revenu du travail inférieur à celui du travail. Lorsqu’ils sont accusés de mal payer leurs travailleurs, les planteurs dénoncent la fainéantise des coupeurs. Le travail perd sa noblesse ; dès lors qu’il nourrit mal son homme, il est ressenti comme l’exploitation d’une classe sociale par une autre. Le R.M.I. permettant de survivre sans avoir besoin de travailler, c’est la dignité retrouvée.

L’histoire de la départementalisation a été marquée pendant vingt-deux ans (de 1959 à 1981) par une lutte féroce entre deux camps, les départementalistes et les autonomistes. Mais, il est malhonnête de réduire cette histoire à cette querelle et d’oublier que la période qui va de 1946 à 1989 a été celle d’une longue marche vers l’égalité sociale avec la métropole.

Pour éviter autant les amalgames que les simplismes et susciter une réflexion large, ce colloque pluridisciplinaire entend brosser un tableau nouveau sur l’ensemble de la question sociale à La Réunion depuis l’époque de l’esclavage jusqu’en 1989. Toutes les sociétés avançant par bonds successifs, il est sain de dire que l’Histoire de La Réunion ne peut être divisée en un temps maudit, à critiquer en permanence et à proscrire et en un temps béni à aduler.

Ont participé à ce colloque :
Christian Barat
Wilfrid Bertile
Florence Callandre
Yvan Combeau
Prosper Eve
Sudel Fuma
David Gagneur
Marc Gérard
Paul Hoarau
Albert Jauze
Xavier Le Terrier
Frédéric Payet
Albert Ramassamy
René Squarzoni
Eric Turpin
Mall Zacharia

En savoir plus et commander les coffrets : écrire à [email protected]

-------------------------------------------

Coffret 1 : Deux CD audio

Séance inaugurale : CD 1 - 67 minutes

Piste 1 : Lise Di Piétro, Directrice Adjointe des Archives Départementale, 1 min

Piste 2 : Yvan Combeau, Directeur du CRESOI, 5 min

Première séance : L’affranchissement : une voie étroite d’avancée à l’époque de l’esclavage

Piste 3 : Prosper Eve, Professeur d’Histoire Moderne, Université de La Réunion, L’affranchissement, une arme pour l’esclave en quête d’ascention sociale, 20 min

Piste 4 : Albert Jauze, Docteur en Histoire, Chargé de cours, Université de La Réunion, Etat de l’insertion des affranchies à travers leurs inventaires après décès à l’époque révolutionnaire, 20 min

Piste 5 : Prosper Eve, Approche de l’insertion de quelques affranchis sous la Restauration et la monarchie de Juillet, 22 min

Deuxième séance : L’avancée collective de 1848 et ses limites, CD 2 : 50 minutes

Piste 1 : Sudel Fuma (Professeur, Histoire contemporaine, Université de La Réunion), Une révolution sans précédent à Bourbon, 22 min

Piste 2 : Prosper Eve (Professeur, Histoire Moderne, Université de La Réunion), Stratégies de réussite des affranchis de 1848, 28 min

Coffret 2 : Double CD audio

CD 3 : 60 minutes

Troisième séance : Le métayage, colonat, appropriation foncière : les armes de l’avancée sociale dans la société post-esclavagiste

Piste 1 : Xavier Le Terrier (Docteur en Histoire, Contractuel Université de La Réunion),
Colonat partiaire et agriculture coloniale : le cas des habitations sucreries 1848-1914, 15 min

Piste 2 : Frédéric Payet (Docteur en Histoire, Université de La Réunion),
L’appropriation foncière chez les Indiens hindouistes de La Réunion, 1850 - 1870, 13 min

Piste 3 : Florence Callandre (MCF Anthropologie, Université de La Réunion),
Une avancée sociale en voie de sacralisation : Joseph Mourouvin, 14 min

Piste 4 : Christian Barat (Ethnologue, Professeur, Université de La Réunion),
Valeurs culturelles et ascension sociale à travers le parcours d’un descendant d’engagé indien du sucre, 19 min

CD 4 : 66 minutes

Piste 1 : Mall Zacharia (Universté de La Réunion),
La quête de l’ascension sociale chez les Indo-musulmans de La Réunion, 15 min

Quatrième séance : Le débat sur l’avancée sociale à la fin du XIXe siècle

Piste 2 : David Gagneur (Doctorant, Chargé de cours Université de La Réunion),
Plaidoyers des hommes politiques en faveur de l’application des lois d’émancipation sociale 1870-1914, 21 min

Piste 3 : Prosper Eve
Le syndicalisme, une arme longtemps désirée, 30 min

Coffret 3 - Deux CD audio

CD 5 : 67 minutes

Quatrième séance : Le débat sur l’avancée sociale à la fin du XIXème siècle (suite)

Piste 1 : Paul Hoarau (ex-Directeur du Progrès, puis d’Eglise à La Réunion), L’arme syndicale dans le milieu planteur au début de l’époque départementale, 15 min

Cinquième séance : La question des avancées sociales à l’époque départementale

Piste 2 : Yvan Combeau (Professeur Histoire Contemporaine, Université de La Réunion), 17 min Les questions sociales à La Réunion : 1942-1959, 17 min

Piste 3 : Frédéric Payet (Docteur en Histoire, Université de La Réunion), La question sociale dans le discours des parlementaires à La Réunion dans les années 1960, 10 min

Piste 4 : Wilfrid Bertile (Professeur émérite, Université de La Réunion), Les avancées sociales à l’époque départementale, 25 min

CD 6 : 73 minutes

Piste 1 : Grand témoin : Albert Ramassamy (ex-Proviseur du Lycée Leconte de Lisle, ex-sénateur de La Réunion), L’école, un atout sur la voie de l’ascension sociale, 25 min

Piste 2 : Eric Turpin (Doctorant en Histoire, Chargé de cours, Université de La Réunion) Analyse des avancées à travers la presse, 20 min

Piste 3 : Grand témoin : Marc Gérard (Météorologue) Cyclone et habitat sous la Cinquième République, 28 min

Coffret 4 - Deux CD audio

Cinquième séance : La question des avancées sociales à l’époque départementale (suite)

CD 7 : 78 minutes
Pistes 1 à 29 : René Squarzoni (Professeur Sciences de l’Education, Université de La Réunion),
Etat des lieux sur le R.M.I , 78 min

CD 8 : 24 minutes
Pistes 1 : Bilan par Prosper Eve, 24 min

Publicité