Publicité

Projection-débat du film « La Révélation » au Lycée de Bellepierre

Publié le 10 octobre 2010
974

Les Rencontres de Bellepierre et la Ligue des Droits de l’Homme vous invitent à la projection-débat du film « La Révélation », en présence d’Evelyne Sire-Marin, ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature. Le vendredi 15 octobre 2010, à 18h00, au lycée Bellepierre de Saint Denis. Entrée libre. Voir la vidéo extrait du film.

Les Rencontres de Bellepierre, la Ligue des droits de l’Homme et Amnesty International sont heureux de vous inviter à la projection-débat du film La Révélation réalisé par Hans-Christian Schmid

en présence d’Évelyne Sire-Marin, magistrate, membre du comité central de la Ligue des droits de l’Homme, Présidente d’honneur de la Fondation Copernic et ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature.

le vendredi 15 octobre 2010 à 18h, amphithéâtre du Lycée Bellepierre de Saint-Denis. Entrée libre. Plus de renseignements sur le site www.lrdb.fr ou au 0692 28 42 45.

La révélation, synopsis.

2009, Tribunal Pénal International de La Haye. Goran Duric, ex-Général en passe d’accéder à la présidence Serbe, comparaît pour crimes contre l’humanité. En charge de l’accusation, la Procureure Hannah Maynard est vite discréditée par les déclarations mensongères d’Alen Hajdarevic, son seul témoin. Elle réalise alors que Mira, la sœur d’Alen, en sait plus sur l’accusé qu’elle ne veut bien l’avouer. Malgré les risques encourus pour sa vie rangée en Allemagne, Mira cède aux pressions d’Hannah et décide de témoigner. Mais c’est là sans compter sur les rouages juridiques du Tribunal et autres collusions politiques auxquels elles se retrouvent bientôt toutes deux confrontées. Jusqu’à mettre à l’épreuve leur complicité...

Entretien avec Évelyne Sire-Marin

LRDB. À propos de la justice internationale.
La politique comme le droit semblent peiner à s’internationaliser. Les institutions juridiques (par exemple la CPI) et les entités politiques (ONU, Europe) internationales paraissent finalement toujours très largement subordonnées aux intérêts des États-nations, alors que dans le même temps l’économie − trafic illégal bien sûr, mais aussi commerce légal et institutionnel − se mondialise et semble bien se moquer, voire se jouer et profiter des frontières.
Pensez-vous que le droit international progresse et a de l’avenir ? Voyez-vous des mesures très concrètes à prendre qui favoriseraient l’accélération de ce progrès ?

Évelyne Sire-Marin.
Il est indéniable que la création même de la CPI (Cour Pénale Internationale) marque une énorme progression du droit international. D’ailleurs certains états, parmi les plus importants, refusent de ratifier le statut de la CPI pour cette raison (Chine, États-Unis, Israël, etc). La ratification du statut de la CPI par les pays non encore signataires est un objectif nécessaire, ainsi que l’élargissement des conditions de saisine. En effet, pour l’instant, seul le Procureur peut saisir la CPI (ou le conseil de sécurité de l’ONU) ; il faudrait étendre la possibilité de saisir la CPI aux associations de victimes de génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité.

Lire la suite

Publicité