Publicité

Traversée de Madagascar à pied : hommage aux créoles d’origines réunionnais éxilés

Publié le 12 juillet 2012 Madagascar

En juillet 2008, une équipe de quinquagenaires s’apprêtent à traverser Madagascar à pied de Diégo-Suarez à Fort-Dauphin.
Parmi ces marcheurs, Dominique Léoville-Dannenmuller d’origine réunionnaise, née à Madagascar entame ce périple dans le but de rendre un hommage aux créoles d’origines réunionnais éxilés à Madagascar lors de la colonisation.

Traversée de Madagascar à pied : hommage aux créoles d’origines réunionnais éxilés

Dominique Léoville-Dannenmuller est née à Madagascar en 1954. Après l’indépendance, en 1966, sa famille quitte Madagascar pour l’île de la Réunion. En 1971, comme beaucoup de jeunes réunionnaises, elle par pour la France. La nostalgie de ses îles l’incite à prendre une retraite anticipée. lle revient s’installer à la Réunion.

A 54 ans, mère de trois enfants et aussi grand-mère, un périple dans ce pays où je suis née et un retour à la source.
Partir de Diégo-Suarez, traverser ce pays où chaque pas, chaque kilomètre me rappelleront le lien qui unit nos deux îles.
Marcher sur les traces de la colonisation, aller à la rencontre de l’histoire des créoles de Madagascar.
Arriver à Fort-Dauphin, une grande pensée pour les premiers malgaches qui sont partis peupler l’île de la Réunion. Et aussi à tous les réunionnais qui ensuite ce sont installés à Madagascar.

Dans ce récit voyage publié aux éditions de l’Harmattan, Dominique Léoville-Dannenmuller, rend un hommage aux racines communes de l’Océan Indien.

Publicité