Publicité

Adrien Thiong-Kay, créateur de traiteurs-reunion.re

Publié le 29 octobre 2019
974

Rebondir après une mobilité ratée et un retour anticipé à la Réunion. C’est ce qu’il a su faire après des études avortées en école d’ingénieur. Récit d’un parcours.


Pouvez-vous vous présenter ?

Adrien Thiong-Kay, 23 ans. J’ai grandi à Saint-Benoit. Ma mère est fonctionnaire et mon père artisan. J’ai obtenu un BAC S en 2014 et une License de Physique à l’UR en 2018. J’ai choisi de ne pas poursuivre en Master et de créer mon entreprise. Aujourd’hui je suis entrepreneur et le fondateur de Traiteurs-reunion.re , un site qui permet de rechercher et réserver les meilleurs traiteurs de la Réunion au meilleur prix.

Quel a été votre parcours de mobilité ?

À l’âge de 18 ans, j’ai intégré sur concours l’ESTACA, école d’ingénieur spécialisée dans l’automobile. J’ai emménagé à Laval dans une chambre du CROUS, bien décidé à faire mes cinq ans d’études et à obtenir mon diplôme. Les choses ne se sont pas du tout passées comme prévu et je suis rentré l’année suivante à la Réunion...

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à rentrer à la Réunion ?

La première est le fossé culturel qui sépare la Réunion et la France. L’intégration dans mon école d’ingénieur a été difficile, et la frontière entre l’humour et le rejet a été de nombreuses fois franchie. La deuxième raison, conséquence de la première, est que je ne voulais plus devenir ingénieur en automobile puisque cela voulait dire que j’aurais dû travailler toute ma vie en France. Cette perspective d’avenir ne me plaisait pas, je voulais avoir le choix.


Dans quelles conditions s’est déroulé votre retour ?

Même si je voulais rentrer, j’avais du mal à abandonner ce cursus, pour ne pas décevoir mes parents, ma famille, etc. J’ai donc attendu les résultats des derniers partiels pour savoir si j’étais admis en deuxième année ou pas. Le résultat était négatif. À partir de ce moment-là, j’ai dû me séparer de mes meubles et rendre mon appartement du CROUS. Ça m’a pris environ deux semaines. En atterrissant à Gillot, j’avais honte. Honte d’avoir fait dépenser autant d’argent à mes parents pour rien. Honte d’avoir profité des aides de l’État pour rien. J’avais honte d’avoir échoué. J’étais perdu et je ne savais plus si finalement j’avais fait le bon choix.

Comment avez-vous rebondi ?

A mon retour, j’ai postulé pour intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieur au lycée Lislet Geoffroy à Saint-Denis. Je me disais que peut-être c’était l’ESTACA le problème et que je devrais retenter l’expérience. La classe prépa me laisserait le temps de mûrir mon projet professionnel et de grandir...

Qu’avez-vous trouvé de changé à votre retour à la Réunion ?

Moi. La Réunion n’avait pas changé, mais c’est mon rapport à la Réunion qui avait changé. Je me suis rendu compte que j’aimais la Réunion et que je voulais y vivre. Je voulais contribuer à mon ile d’une façon ou d’une autre. À la Réunion quoiqu’on dise, il y a une énergie de dingue pour peu qu’on s’y intéresse. Une énergie créative, une énergie sportive, une énergie entrepreneuriale. Comparativement au nombre d’habitants et au nombre de projets qui émergent (associatifs, entrepreneuriaux, sportifs...), j’ai l’impression que nous sommes beaucoup plus entreprenants qu’en France.

Avec le recul, tirez-vous un bilan positif de votre expérience de mobilité ?

Comme on dit, ce sont les échecs qui vous définissent. Mon expérience de mobilité n’a pas été agréable, mais j’en tire un bilan positif puisqu’elle m’a permis d’en apprendre plus sur moi même et sur ce que je voulais vraiment. Le seul bémol de vivre à la Réunion, c’est le coût pour voyager. Je suis un passionné de voyage et malheureusement le prix du billet au départ de l’île est juste excessif.


Aujourd’hui quels sont vos projets ?

Je développe mon site internet Traiteurs-reunion.re , un site qui permet de rechercher et réserver les meilleurs traiteurs de la Réunion au meilleur prix. Si vous êtes une entreprise qui souhaite organiser des événements ou un particulier, il vous suffit de faire une demande de devis en ligne qui sera transmise à l’ensemble de nos traiteurs partenaires. Nous avons des traiteurs partenaires que vous ne trouverez nulle part ailleurs et qui proposent des services originaux (cuisine vegan, brunch, barbecue...). Mon objectif est que traiteurs-reunion.re devienne le réflexe de chaque Réunionnais quand il a besoin de trouver un traiteur.

Découvrir le site www.traiteurs-reunion.re


Plus d’interviews & infos SPECIAL RETOUR / CHEFS D’ENTREPRISES

Publicité