Publicité

Alexandra Rolland, 30 ans, directrice de l’Alliance Française d’Ambovombe

Publié le 1er septembre 2006

Alexandra fait partie des 3O Volontaires du Progrès réunionnais qui travaillent dans l’océan Indien. Originaire du Tampon, et après des études dans le secteur touristique, elle occupait un poste d’attachée commerciale en produits d’entretien dans une entreprise de l’Ouest de la Réunion. « Je cherchais à m’exiler afin de m’accomplir professionnellement », confie-t-elle. Grâce au programme de l’AFVP (voir ci-dessous), elle travaille aujourd’hui dans un secteur où « tout est à construire ». Elle est directrice de l’Alliance Française d’Ambovombe et directrice Adjointe de l’Alliance Française de Fort Dauphin (Région Sud)

Alexandra Rolland
Alexandra à droite, dans le jury du concours de musique traditionnelle à l’occasion de la fête de la Musique 2006.

Dans quelles conditions avez-vous quitté la Réunion ?

"J’ai débuté cette aventure avec L’AFVP (Association Française des Volontaires du Progrès) et la Région Réunion, qui avaient fait paraître une annonce à l’ANPE. Je suis arrivée à Antananarivo le 17 août 2005, sans savoir où exactement se dérouleraient mes activités professionnelles. Toutes les personnes que je devais rencontrer afin de savoir où allait s’accomplir ma mission étaient alors en congé annuel".

Qu’avez-vous fait ?

"J’ai fait quelques démarches administratives avec l’AFVP, et demandé à pouvoir partir en mission dans une Alliance Française. Après quelques semaines sur le sol malgache, plusieurs possibilités s’offraient à moi pour mon affectation. Je pense avoir choisi le plus gros challenge : Ambovombe, une ville sans eau courante, dans une des régions les plus pauvres de Madagascar. Une Alliance où tout était à faire et avec de très petits moyens".

Aujourd’hui, comment vous sentez-vous à Madagascar ?

"Je suis 200% Réunionnaise. J’aime plus que tout mon île et sincèrement, j’adore vivre ici à Madagascar. Les gens sont accueillants (comme dans le temps « lontan » à la Réunion), souriants (malgré tous leurs soucis). L’endroit est magnifique, ici et là : une petite carte postale de la Réunion".

Avez-vous des contacts avec des Réunionnais ?

"Sur place j’ai des contacts avec des Réunionnais expatriés comme moi, qui font partie du Programme d’Appui Réunionnais au Système Educatif Malgache. J’ai des contacts également avec des touristes et des Réunionnais installés à Madagascar. Via Internet et le téléphone j’ai des contacts avec des amis, des membres de ma famille et plus rarement avec le monde professionnel. Je souhaiterais avoir plus de contacts professionnels, dans le but de monter des projets entre les deux îles, mais cela reste encore assez indécis".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Cette expérience m’apporte beaucoup. Professionnellement, être directrice d’une Alliance Française m’amène à toucher à tout : pédagogie, management, culture… Sur le plan personnel, être plongée au cœur d’un pays où tout est chaotique apporte énormément. On apprend à être moins individuel (le mal du siècle)".

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

"Avantages : on est plus ou moins cousins, donc on est bien accueilli. Les modes de vie sont quelques peu identiques, on s’adapte assez vite… Inconvénients : beaucoup de Réunionnais donnent une mauvaise image à l’étranger (tourisme sexuel entre autres choses)".

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

"De mon côté j’essaie de donner la meilleure image possible. Je pense avoir converti pas mal de personnes qui n’y auraient peut-être jamais mis les pieds (là, je parle des Vazhas !). Pour les Malgaches, la Réunion c’est un rêve : un bon compromis entre leur pays, magnifique, et une vie à l’extérieur de Madagascar, qui pour beaucoup serait le seul moyen de s’en sortir un jour".

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

"Il faut y aller ! Ici ou ailleurs, quelle que soit la durée, il faut bouger !"

Le site de l’Association Française des Volontaires du Progrès : www.afvp.org Les volontaires du progrès réunionnais Brochure1 Brochure2

Publicité