Publicité

Alice Barré, étudiante en école de danse à Paris

Publié le 30 janvier 2011 France Paris

Originaire de l’Etang Salé, Alice a quitté l’île après le bac pour suivre une formation professionnelle en danse. Après deux ans en tant qu’artiste interprète à Montpellier, elle prépare, à 21 ans, son diplôme d’état de professeur de danse en quatrième année d’une école de formation professionnelle à Paris.

Alice Barré

Racontez-nous votre parcours svp.

Je suis allée en métropole après avoir obtenu mon Bac pour mes études en danse, ce cursus n’existant pas à la Réunion. J’ai fait deux ans en tant qu’artiste interprète à Montpellier et je prépare mon D.E de professeur de danse depuis bientôt deux ans sur Paris.

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

Cette expérience m’apprend l’indépendance, à m’adapter à un nouvel environnement, et me permet de faire des rencontre et de me cultiver grâce à la richesse des grandes villes. Elle me donne plus d’accès aux pays étrangers et me donne la possibilité de les découvrir.

Que pensez-vous de votre vie à Paris ?

A Paris, les gens sont aimables, contrairement à ce que l’on pourrait croire. On voit que c’est le travail et la cadence qui les stressent. Les gens sont dans leur monde dans le métro, il ne faut pas les embêter. La politesse est de rigueur pour ne pas être embêté.

Alice Barré

Quels sont vos projets ?

Intégrer une compagnie de danse réputée et exercer le métier de professeur de danse.

Qu’est ce qui vous manque de la Réunion ?

Ce qui me manque, c’est la chaleur, les fruits, le mélange, la mer, les plaisirs simples comme être sur la plage sous une nuit étoilée, la famille, la langue...

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

Je leur conseille d’être ouvert et de ne pas se sentir agressé. Ici les gens ne connaissent pas forcément les métissages, d’autres sont racistes. Mais il ne faut pas être butté et il faut faire ses preuves, se montrer responsable, ouvert, avoir des centres d’intérêts, avoir des opinions et ne pas aller à l’encontre des autres.

Voir le profil d’Alice Barré

Publicité