Publicité

Anne Korszuk, directrice de l’Alliance Française de Sainte-Marie à Madagascar

Publié le 10 juin 2007 Madagascar

Volontaire du progrès réunionnaise, Anne a pris le poste de directrice de l’Alliance Française sur l’île de Sainte-Marie. En tant que volontaire originaire de la Réunion, elle développe les échanges entre les deux îles. Sa mission est aussi d’accueillir près de 400 enfants et étudiants malgaches, qui bénéficient de cours de français, d’une bibliothèque, d’expositions culturelles et de l’organisation de spectacles. Une vie bien remplie qu’Anne se voit bien poursuivre dans la coopération à la fin de son contrat de deux ans.

Anne Korszuk

Pouvez-vous vous présenter SVP ?

"J’ai 32 ans. Je suis originaire de Saint-Denis, d’un milieu plutôt aisé. Je suis titulaire d’une Maîtrise de sciences économiques et d’un DEA de relations économiques et juridiques internationales. J’ai quitté la Réunion suite à une annonce d’emploi et dans un souci de solidarité internationale et de mobilité professionnelle. J’ai signé un contrat de deux ans en tant que volontaire du progrès océan Indien. C’est programme cofinancé par le Conseil Régional de la Réunion".

En quoi consiste votre travail ?

"Je suis directrice de l’Alliance Française de Sainte-Marie (Madagascar). Comme toutes les Alliances Françaises, c’est une association de droit local ayant pour missions d’une part, de promouvoir la langue et la culture française par le biais de bibliothèques, de cours de français, etc. et d’autre part de favoriser les échanges éducatifs et culturels. De plus, ma mission en tant que volontaire originaire de la Réunion est de promouvoir les échanges entre la Réunion et l’île Sainte-Marie".

Comment s’est passée votre arrivée ?

"Arrivée à Sainte-Marie en juillet 2004, il m’a fallu six mois pour m’adapter professionnellement et humainement. Depuis, tout va de mieux en mieux et je n’ai pas envie de partir (fin de contrat oblige dans 6 mois)..."

Quels sont vos projets ?

"A court terme, terminer au mieux ma mission à Madagascar. A partir de l’année 2007, à la Réunion, je souhaite m’investir davantage dans des actions de solidarité internationale dans la zone Afrique Australe et Océan Indien. Et à plus long terme, exercer professionnellement à l’étranger, toujours dans un cadre de solidarité internationale, dans des actions de coopération avec la Région Réunion".

Anne Korszuk
Quelques VP réunionnais au salon de la solidarité en novembre 2005.

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Une solide expérience professionnelle et un développement personnel (notamment de la tempérance), une ouverture d’esprit résultant de forts échanges humains et culturels. Le fait de venir de la Réunion m’a permis une meilleure intégration à Madagascar et surtout à l’île Sainte-Marie, du fait des liens étroits entre les deux îles. Ainsi, cette proximité a facilité les échanges professionnels et culturels dans le cadre de nos actions".

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

"A l’île Sainte-Marie, l’image de la Réunion est plutôt bonne, meilleure je pense que sur la grande terre. Les échos négatifs, voir très négatifs sur les Réunionnais proviennent en fait surtout des Français résidant à Madagascar ou de passage..."

Avez-vous des contacts avec d’autres Réunionnais ?

"Nous sommes actuellement 12 volontaires du progrès à Madagascar (tous dans une ville différente). Nous avons la chance de nous voir deux fois par an lors de réunions à Tananarive ou à la Réunion. Sur l’île Sainte-Marie, quelques Réunionnais sont installés depuis de nombreuses années".

Le site de l’Association Française des Volontaires du Progrès : www.afvp.org Les volontaires du progrès réunionnais Brochure1 Brochure2

Publicité