Publicité

Benjamin Gonthier : il lance sa marque de vélo à Lyon

Publié le 29 avril 2024

De Petite-Ile à Lyon où il vit depuis cinq ans, Benjamin a développé sa passion pour le voyage et le cyclotourisme. Il lance en 2024 Compagnon, une marque française de vélos de voyage et d’aventure, avec un vélo entièrement configurable en ligne.


Pouvez-vous vous présenter ?

Benjamin Gonthier, 33 ans. j’ai grandi à Petite-Ile jusqu’à mes 19 ans. Mon père, aujourd’hui à la retraite, était anciennement facteur. Ma mère était secrétaire plus jeune, puis elle s’est occupé de ses trois enfants. J’ai quitté la Réunion à 19 ans, après un Bac S et une première année à l’IUT de Saint Pierre. J’avais envie de grands espaces, de partir à "l’aventure", de connaître les quatre saisons et la magie de Noël en métropole. Et tout simplement, de vivre de nouvelles expériences…

Quel a été votre parcours ?

J’ai pas mal "bourlingué". J’ai passé une première année à Strasbourg, puis j’ai fait ma licence à Tours et mon master à Marseille. Après ce master en communication scientifique, j’ai notamment travaillé pour le CNRS. Je suis passé par la case Paris pendant deux ans, où j’ai eu la chance de vivre à la cité internationale. Ca a été l’occasion de renouer le contact avec des Réunionnais, mais aussi de rencontrer des gens de nombreuses autres cultures. Cette expérience à la cité internationale, ça été une période incroyable dans ma vie ! Paris m’a fait rêver deux ans. Je passais des soirées à déambuler dans les rues à roller, en m’extasiant devant la Tour Eiffel et autres monuments incroyables. Et puis la magie est passée, je me suis fait rattraper par le rythme effréné de la ville, la tristesse du métro parisien...

"Je ne serais pas arrivé là si je n’avais pas voyagé ; ça m’a aidé à me trouver."

Qu’avez-vous fait ?

Je suis retourné deux ans à Strasbourg, ma ville de coeur. Puis je suis allé faire une saison au ski, à Méribel, en tant que valet de chambre, parce que j’ai toujours rêver de savoir skier. Alors j’ai appris à "rider" comme on dit ici ! C’était fou, mais travailler en saison, ce n’était pas non plus pour moi. Alors je suis de nouveau parti, plus loin cette fois-ci. J’ai quitté le pays, pour aller vivre un an à Madrid et travailler en tant qu’assistant de français. J’ai découvert le rythme espagnol : tout le monde dans les rues à 22h du lundi au dimanche, le déjeuner à 16h, le repas à 23h…

Et ensuite ?

Et puis enfin, je me suis dit que j’avais besoin de faire quelque chose qui me fasse "vibrer" professionnellement. J’ai réfléchi, je me suis remis en question. J’ai toujours été passionné par le vélo, que je pratique quotidiennement pour me déplacer, mais aussi pour voyager. Mes vacances, je les passe souvent à vélo ; j’emporte avec moi tout le nécessaire pour bivouaquer, me restaurer. En gros, j’aime parcourir le monde, mais pas n’importe comment. Le vélo, c’est le vecteur parfait pour la découverte de ce qui nous entoure, mais aussi pour la rencontre avec nous-même. Il nous accompagne dans tous nos états, nos peurs, nos doutes, mais aussi nos joies et nos réussites. Il nous fait retrouver le bonheur dans les plaisirs les plus simples : manger, dormir, discuter, ou même s’arrêter et ne rien faire. Sur une semaine, trois mois ou un un an, à 100 km de chez nous ou à 10 000, peu importe la durée ou le lieu, le voyage à vélo a toujours du sens.

Les déplacements doux à la fois bons pour la planète, pour notre santé et pour notre épanouissement !

Alors j’ai trouvé une formation dispensée par Pole Emploi pour devenir mécanicien cycle. Je me suis dit "pourquoi pas" ? Et ça été La Révélation. Je me suis découvert une autre passion : la mécanique vélo. J’ai alors travaillé deux ans dans une grande enseigne, où je passais mes journées à réparer des vélos. Passionnant, mais j’ai commencé à en avoir assez de travailler pour quelqu’un. C’est alors que j’ai décidé de me lancer à mon propre compte, en créant en août 2020 Les Vélos de Ben à Lyon, une entreprise de réparation, mais surtout de vente de vélos de voyages, confectionnés sur mesure pour chaque client. Une manière de connecter mes deux passions ! En parallèle, je travaillais sur un gros projet : créer ma propre marque de vélos…


D’où vous vient cette idée ?

En réalisant des montages personnalisés pour des voyageurs à vélo, je me suis aperçu assez rapidement des limites des cadres d’aujourd’hui. Les cadres sont trop spécialisés et peu évolutifs avec une seule configuration possible. C’est le problème que je souhaite résoudre avec Compagnon et d’abord un cadre unique déclinable en quatre modèles : randonneur, gravel, urbain et VTT. Un seul cadre acier pour tout faire. Un vélo qui peut vous amener aussi bien à l’autre bout du monde, qu’à la boulangerie ou dans une sortie à la montagne. On a une géométrie vraiment hybride, avec un cadre plutôt dynamique pour un vélo polyvalent. Après plus de quatre ans de travail, le projet a vu le jour enfin en 2024. Les vélos sont commercialisés, c’est incroyable ! J’ai enfin le sentiment d’être à ma place, d’être là où je dois être…

Après plus de 4 ans de travail, de recherche et de développement, de prototypages, de tests terrains… ça y est, je lance ma marque de vélo !

Quels sont vos projets ?

Développer ma marque de vélos, pour qu’il y ait pleins de Compagnon sur les routes de France et du monde ! Après cette première base vélo, conçu, peint et assemblé en France, Compagnon devrait sortir dans les mois qui viennent, une version électrique avec le kit amovible Virvolt, et une version suspendue de son VTT. Toujours dans un esprit de polyvalence et d’adaptation.

Quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

J’aime Lyon même si je ne suis pas réellement attaché à une ville. Ce qui me retient, c’est bien sûr mon projet pro, et c’est la région, avec les montagnes pas loin, la mer à moins de 1h30 en TGV. A Lyon, on est aussi un peu aux portes de l’Europe ; L’Allemagne, la Suisse et l’Italie ne sont pas loin !


Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

La mobilité est une expérience de vie qui fait que j’en suis là aujourd’hui. Venir de La Réunion, ça n’a jamais été un frein dans mon parcours. J’ai toujours été fier de représenter mon île, malgré la frustration que doivent connaître beaucoup de Réunionnais expatriés avec ma couleur "yab chouchou" : "Ah, mais attends, tu n’es pas vraiment né à La Réunion non ?" 

Qu’est-ce qui vous manque de votre île ?

Les plats de ma maman, les Américain bouchon à la plage, la chaleur toute l’année, les fruits… Heureusement j’ai une de mes meilleures amie rencontrée à l’IUT de La Réunion qui est venue s’installer à Lyon, trop gaillard ! J’ai des objets qui me rappellent quotidiennement mes origines : Un kayamb ! Mon piment confit, mon ’ti rhum arrangé, les musiques La Réunion.


+ d’infos : nos vélos sont configurables en ligne sur www.velocompagnon.com ou chez Les Vélos de Ben, 29 rue Antoinette, 69003 Lyon3


COMPAGNON, une marque lyonnaise de vélos de voyage et d’aventure. Les vélos sont entièrement configurables en ligne pour une expérience unique et un vélo qui correspond réellement au besoin et à la pratique de l’utilisateur. Conçu initialement pour l’itinérance, chaque vélo est polyvalent et évolutif, et peut être configuré pour une utilisation vélotaf, tout-terrain, gravel, ou 100% voyage. Les vélos COMPAGNON sont conçus, assemblés et peints en France.


Plus de parcours de Réunionnais CHEFS D’ENTREPRISES / DANS LE SPORT / A LYON



Publicité