Publicité

Charles Ringuin-Pirechy, responsable propreté à Bron

Publié le 24 février 2006 France Rhône
Charles Ringuin-Pirechy
Charles, 39 ans, dans son bureau de la mairie de Bron : "Je suis Agent de Maîtrise Territorial. Après avoir suivi une formation, je gère une équipe de trois personnes pour l’entretien de la ville en propreté et en voirie". Originaire d’une famille de 12 enfants du Bernica, Charles a quitté la Réunion en 1991 pour suivre une formation avec l’ANT.

D’où venez-vous à la Réunion ?

"Je suis né à Saint Gilles les Hauts dans un milieu agricole, issu d’une famille de 12 enfants (10 sœurs et 1 frère). Mon père était chauffeur de bus, ma mère assistante maternelle. En 1986, j’ai décroché un Brevet de Technicien Agricole au lycée agricole de Saint Joseph mais par la suite, j’ai perdu mon emploi. C’est alors que j’ai décidé de partir avec l’Agence Nationale de Travailleurs Outre-mer suivre une formation horticole en métropole".

Comment s’est passée votre arrivée ?

"De façon plutôt chaotique. L’ANT m’avait trouvé un centre de formation horticole à Angers. C’est là que j’ai atterri au début mais cette expérience n’a duré que... trois jours. Le courant ne passait pas, je ne me sentais pas bien. Après trois nuits sans sommeil, j’ai décidé de quitter le centre. Il fallait que je rembourse mon billet d’avion à l’ANT... Heureusement à la Réunion, j’avais passé un autre test à la Maison familiale du Tampon, pour un autre centre près de Lyon. En quittant Angers, j’ai appelé le centre de Bully. Ils m’ont dit de venir, ils sont même venus me chercher à la gare. J’ai passé 10 mois fabuleux, avec des gens formidables et j’ai réussi mon examen".

Vous n’avez pas cessé de progresser depuis cette période...

"Après un Brevet de Technicien Agricole option Espaces Verts puis un Brevet de Technicien Supérieur option Aménagement de l’Espace en 1992, j’ai enchaîné les concours de la fonction publique territoriale. J’ai été lauréat du concours d’Agent Technique en 1993, lauréat du concours d’Agent Technique Qualifié en 1996 et lauréat du concours d’Agent de Maîtrise Territorial en 2002. Aujourd’hui, je suis l’interlocuteur de la ville de Bron (Rhône) auprès des gestionnaires tels que le Grand Lyon, EDF-GDF, France Télécom, la DDE, le Conseil Général… Mon plus gros travail, c’est la relation habitants/mairie. La ville de Bron : 37 000 habitants, 600 employés".

Quels sont vos projets ?

"J’ai trois enfants, dont les deux derniers sont nés à Lyon. Je continue à me former dans le domaine de l’informatique, et tout ce qui est en rapport avec mon métier (assainissement, VRD, propreté, marchés publics, traitement des déchets). Pour moi, cette expérience de mobilité est très riche en savoirs et en relations humaines, même si la Réunion me manque : mes parents, ma famille, les potes, aller me baigner dans la rivière Grand Bassin... Heureusement ici j’ai pleins de contacts avec mes compatriotes réunionnais, à la fois amicaux et professionnels, dans les entreprises, les associations, les soirées créoles".

Quels sont les avantages/inconvénients du fait d’être Réunionnais dans votre parcours ?

"D’abord le contact avec les gens. Ma culture créole, hindoue, chinoise, africaine et européenne m’a donné le sens de l’hospitalité, le goût du travail, le sérieux, le désir d’apprendre, la prise d’initiative, la camaraderie, la convivialité... Je ne vois que des avantages. Personnellement, je n’ai jamais souffert du racisme. Je respecte toutes les personnes de toute nature".

Quelle est l’image de l’île là où vous vivez ?

"L’île est très prisée, les gens préfèrent la Réunion que les Antilles. Plusieurs collègues ont visité l’île. Ils la trouvent magnifique et y sont retournés plusieurs fois. Ils sont très intéressés par ce mélange de culture".

Publicité