Publicité

Expo photo La Kaz à Paris : aperçu et décryptage

Publié le 7 juillet 2020

Nicolas Guichard et Fabien Vilrus décryptent cette série, « visage de la jeunesse réunionnaise et de l’architecture des kaz traditionnelles. » Interview en marge de l’exposition "La Kaz" jusqu’au 1er août 2020 à la galerie Balice Hertling de Belleville : 47 rue Ramponeau, 75020, Paris. Avec le texte d’exposition ′′ La Kaz, un habitat de la Réunion menacé ′′ de Françoise Vergès.


Les artistes

Fabien : Je m’appelle Fabien Vilrus, j’ai 29 ans et je viens de Sainte Marie. Après le bac, j’ai déménagé à Paris pour poursuivre des études en commerce et publicité. J’ai ensuite déménagé au Canada pour travailler dans la communication. Après un an là-bas, j’ai commencé la photo et la vidéo en autodidacte puis j’ai continué dans ce domaine et je suis allé vivre en Angleterre. Je suis revenu à Paris en 2017 et j’ai travaillé en tant que photographe pour des clients de la mode : Dazed magazine, Nanushka...


Nicolas : Je m’appelle Nicolas Guichard, j’ai 26 ans et je viens de Bras-Panon. Après le bac, j’ai déménagé à Paris où j’ai étudié à L’école de la Chambre Syndicale de la couture Parisienne (de 2012 à 2015). Après l’obtention de mon diplôme, j’ai obtenu une bourse pour aller étudier un an à l’Academy of Art de San Francisco (2016-2017) puis j’ai déménagé à New York où j’ai travaillé pour plusieurs marques et stylistes : Vaquera, Matthew Adams Dolan, Tom Van Dorpe, Vogue... Je suis ensuite revenu à Paris et j’ai travaillé un an dans la vente pour la maison Balenciaga.

Le projet de création de ma marque m’est venu en début d’année 2019 car je ne me sentais pas libre créativement dans les grandes entreprises. Ce projet m’a permis de m’exprimer pleinement et d’être libre de créer à mon rythme et comme je le souhaite. En parallèle, je travaille en free-lance pour des marques et stylistes.


L’exposition La Kaz

Fabien et Nicolas : La Kaz est un projet qu’on a décidé de créer tous les deux, l’année dernière. Nous avons tous les deux ressenti qu’il y avait un manque de projets mettant en avant la Réunion et les îles en général, notamment dans les arts visuels comme la photographie ou la mode. Nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas vraiment de projet de ce genre exposant la Réunion à Paris ou à l’étranger.

Il nous paraissait logique en faisant cette exposition, de mettre en avant la jeunesse de l’île et de son métissage, mais aussi l’architecture des Kaz en tôle, qui au fil des années disparaissent.


Le but de l’exposition est de sensibiliser la communauté des îles et de donner envie aux personnes originaires des îles et qui sont dans le domaine des arts visuels ou autre de mettre en avant notre communauté en proposant de plus en plus de projets axés sur ce sujet. Mais aussi de sauvegarder en quelques sortes l’architecture des Kaz créoles traditionnelles qui sont en voie de disparition et de montrer le vrai visage de la Réunion et des îles. Nous avons eu la chance de pouvoir collaborer avec Françoise Vergès, qui a su mettre les mots exacts sur notre exposition.


Le choix des photos

Fabien et Nicolas : Nous avons préparé le projet quelques mois avant de venir à la Réunion en réfléchissant à l’histoire du projet, les différents plans photographiques que l’on souhaitait mais aussi le message que l’on voulait faire passer à travers cette série photo. Dès notre arrivée sur l’île, nous avons premièrement fait un casting sauvage en allant parler aux personnes dans la rue, aux arrêts de bus, etc. Ca n’a pas abouti et nous avons fini par choisir les personnes dans nos famille, nos amis, et les connaissances d’amis et de famille...


La série photo a été très spontanée et nous avons réalisé les clichés souvent chez nos familles ou chez les personnes présentes dans les photos. En ce qui concerne les Kaz, nous avons fait une recherche pour les retrouver et nous avons ensuite fait une sélection des maisons. 

A notre retour sur Paris, nous avons fait développer nos pellicules et nous avons fait une sélection générale des photos pour n’en garder que 20. Il y a également une vidéo de 20 minutes qui a été enregistrée et qui fait partie de notre exposition.


La Réunion et de son évolution

Fabien et Nicolas : On essaie de rentrer à la Réunion au moins une fois par an, et à chaque fois que nous revenons sur l’île, on s’aperçoit que les choses évoluent très vite, voire trop rapidement et souvent dans le mauvais sens. Il y a de plus en plus de pollution, beaucoup trop de voitures (souvent 4 à 5 voitures par foyer). Les transports en commun sont très limités inexistant et cela oblige la population à se déplacer uniquement en voiture. 


On trouve aussi qu’il n’y a pas assez d’enseignes commerciales locales, trop d’importations provenant de France ou de l’étranger. Cela ne permet pas à la Réunion de valoriser sa propre force économique et culturelle. Elle reste dépendante de l’extérieur. Dans notre domaine, les arts visuels, il n’y a quasiment pas de formation et de sensibilisation de la population. Les musées sont souvent axés sur l’histoire de la Réunion, ce qui est bien, mais rarement sur les arts visuels, sur les artistes créoles et il n’y a pas assez d’événements à ce sujet.


Les projets

Nous aimerions pouvoir déplacer l’exposition à la Réunion fin 2020, afin que nos proches, et les personnes ayant participé au projet puissent la voir, mais également pour donner envie aux artistes réunionnais de se dévoiler. Nous espérons avoir des aides des collectivités pour réaliser cette deuxième édition.


Fabien : J’ai prévu de continuer à explorer les îles à travers mon travail photographique et quelques autres projets en cours de préparation.

Nicolas : Je suis actuellement en train de préparer ma deuxième collection qui sortira probablement en septembre 2020. En général, je prête mes vêtements à des stylistes pour pouvoir avoir des citations dans la presse et me faire connaître. J’utilise les réseaux sociaux (instagram, Facebook) également pour véhiculer ma marque.


Exposition jusqu’au 1er août 2020 à la galerie Balice Hertling de Belleville : 47 rue Ramponeau, 75020, Paris. Avec le texte d’exposition ′′ La Kaz, un habitat de la Réunion menacé ′′ de Françoise Vergès.


Voir aussi www.facebook.com/Nicolas-Guichard-116330949739034/




Publicité