Publicité

Guillaume Apou : de Bois Rouge au Master 2 à Toulouse

Publié le 3 janvier 2024

Etudiant à l’Académie de management des organisations sportives, Guillaume a pour ambition de créer un jour un centre de formation de foot à la Réunion. « Tous les jours je rêve de rentrer, mais je sais qu’il me faut d’abord plus d’expériences et de connaissances pour que mon ambition se réalise. Je préfère être un atout pour mon île, que d’être un fardeau. »


Pouvez-vous vous présenter ?

Guillaume Apou, 24 ans, originaire de Bois Rouge à Saint-Paul. Je suis étudiant à Toulouse, en Master 2 de l’école AMOS Business School, « Académie Management des organisations sportives ». Parallèlement, je travaille en tant qu’assistant manager à Columbus Café & Co pour financer mes études. Enfin, je suis l’auteur de l’E-book « Ouchawa, la confiance en soi » disponible sur Amazon. Je suis actuellement à la recherche d’une alternance en lien avec mes études (n’hésitez pas à me contacter si vous avez des pistes !).

Racontez-nous votre parcours.

Après mon bac STMG en 2019 au lycée Evariste de Parny, je souhaitais faire une formation en management du sport. Comme la formation n’existait pas à la Réunion, j’ai décidé de partir. Anecdote : une semaine avant mon départ, mi sorte la salle de sport et n’a un réflexion y vient dans mon esprit : m’avais jamais fait le Piton des neiges ! En tant que créole, mi té peut pas quitte mon pti cailloux sans fé le plus haut sommet de l’océan Indien... Du coup ma appel mon 2 cousins. Le soir même na équipe à nous et à 1h matin nous la commence l’ascension. Nou la arrive la haut 5h15, soleil la levé nou la apprécier le moment. Mi té content d’avoir fé sa avant ni en métropole.


Racontez-nous vos débuts dans l’Hexagone.

Ca a été dur, avec mes parents restés à la Réunion et surtout ma mémé ! Quand j’y repense, ça a été ça le plus dur, la séparation et laisser ma petite mémé derrière moi ! Après, j’ai cette chance de pouvoir l’appeler tous les mercredis au téléphone et en FaceTime le dimanche quand mes parents sont chez elle. Mais je ne vous cache pas que les trois premiers mois des larmes ont coulé. Avec le temps on s’habitue et on crée une histoire qui essaie de tenir la route.

Avez-vous voyagé ?

J’ai eu l’opportunité d’aller dans plusieurs pays comme le Brésil et de vivre à Watford pendant quatre mois pour voir le fonctionnement du sport à l’étranger. J’ai eu l’opportunité de faire des stages dans le grand club de handball « Fénix Toulouse HandBall » où j’ai commencé par faire mascotte en tant que bénévole. Par la suite, ce club m’a ouvert un poste en tant qu’assistant business devlopper. J’ai aussi fait un stage au « Stade Toulousain Basket club » en tant qu’assistant commercial et chargé d’événementiel.


Et ensuite ?

En troisième et quatrième année, j’ai fait mes stages dans un milieu qui me fascine : le football. J’ai était responsable d’une section de 6 - 15 ans au Toulouse Rangueil Football Club, où il fallait imaginer un football ludique pour les jeunes qui ne pouvaient pas faire de compétitions... Ce qui m’a donné ensuite l’opportunité de développer un club de futsal Jeunesse Sportive Kingdom sur Toulouse. Au final, je dirais que la mobilité m’a apporté l’ouverture d’esprit, car j’ai eu la chance de découvrir plusieurs grandes cultures et de rencontrer des gens extraordinaires. Avec le temps, je me rends compte que je suis devenu patient et autonome !

Quels objets de la Réunion avez-vous apporté dans vos valises ?

Mi na la prière que mémé la donne amoin : « O Esprit-Saint ». Lé un peu plié dans tout les sens mais i suiv’ amoin partout. Mi na aussi un pti drapeau la Réunion qui rentre dans ma poche que la suivent amoin depuis mon départ et que les toujours la quand mi sa en voyage ou autre.


Avez-vous des contacts avec des Réunionnais ?

Mon frère et mon cousin vivent maintenant à Toulouse ! J’ai aussi ma compagne qui est réunionnaise, mon beau-frère et des amis d’enfance. On se voit souvent, on fait des choses ensemble presque tous les week-ends ! A Toulouse, la Réunion a une bonne image : le soleil, la plage, la montagne, la tradition ! Comment ne pas bien parler de mon île. Elle est magnifique elle accueille, elle donne et surtout elle partage.

Quels sont vos projets ?

Tout d’abord valider mon deuxième diplôme en trouvant une alternance en lien avec mes études. Je suis à la recherche d’une alternance dans le domaine du sport, que ce soit dans la vente, la communication, le marketing, l’événementiel… J’ai un CV en béton, je suis ouvert à toute proposition ! J’en ai besoin pour avoir mon diplôme. Sinon, cela signifiera que j’ai quitté mon île pour rien et je ne me pardonnerai pas de si tôt…


Mon deuxième objectif est de développer mon livre Ouchawa en 2024 qui, espérons, prendra de l’ampleur afin de me permettre par la suite de faire des conférences dans des écoles, des salles, etc. D’ici deux ans, ma copine et moi souhaitons quitter la France pour avoir une autre vision du monde. Enfin, mon rêve ultime est de créer un centre de formation de foot masculin et féminin. Il relierait la Réunion à la France et pourquoi pas, aux pays que j’ai visité.

Quand saurez-vous que c’est le moment de rentrer à la Réunion ?

Tous les jours je souhaite rentrer, mais si je rentre maintenant, je n’aurai pas d’objectif et je risque de tourner sur moi même ! Mon ambition est d’apprendre et d’acquérir de l’expérience afin de venir apporter mon expérience pour créer mon centre de formation et encore d’autres choses. Je préfère être un atout pour mon île que d’être un fardeau. Mon combat prendra le temps qu’il faut mais j’ai une grande patience.

Qu’est-ce qui vous manque de votre île ?

Mes parents, ma famille, les pic’nik avec les cousins, les repas de famille le dimanche... Le foot avec les amis sur le terrain synthétique à Bois rouge. Les levers de soleil au Piton de Maïdo, les couchers de soleil à l’hermitage. Quand vous vivez à 20 min de la montagne et de la mer, tout est plus facile ! Et surtout mon pti mémé ou sa tout les mercredi mi té mange mon pti Rougail boîte bœuf. Elle té raconte amoin toute zistoir, sur un pti fond de radio freedom. Mon larme y coule quand mi écrit ça.

Quel est votre regard sur la situation à la Réunion ?

Je vais sûrement répéter ce qui est dit souvent, mais la vie devient de plus en plus chère sur l’île. Ce qui me rend triste ces derniers mois, c’est la multiplication des violences et même des meurtres. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression qu’avant il n’y avait pas tout ça...


Plus de portraits liés au SPORT / aux ETUDIANTS

Publicité