Publicité

Jean-Luc Hoareau, ingénieur responsable qualité pour Eiffage TP en Martinique

Publié le 23 septembre 2011 Martinique

Docteur en hydrogéochimie, Jean-Luc travaille sur le chantier de la nouvelle centrale thermique de Martinique (la même est actuellement en construction en Guadeloupe et à la Réunion au Port). A 37 ans, il occupe le poste d’ingénieur suivi de projet et responsable qualité sécurité environnement pour Eiffage TP.

Jean-Luc Hoareau, ingénieur responsable qualité pour Eiffage TP en Martinique

Racontez-nous votre parcours.

Né en métropole à Toulon de parents originaires de Saint-Pierre et de Bras-Panon, je suis arrivé tardivement à la Réunion en Terminale D suite à un parcours un poil hétéroclite : Tahiti, Var, Cherbourg, Mayotte dans le désordre. J’ai obtenu mon Bac puis entamé à la fac de la Réunion un DEUG B option Sciences de la Terre. J’y ai rencontré ma future épouse, ai redoublé ma première année puis obtenu enfin le DEUG. C’est alors que j’ai quitté la Réunion une première fois pour des raisons universitaires.

Qu’avez-vous fait ?

J’ai poursuivi mon cursus à l’Université de Nice pour une Licence et une Maitrise de Sciences de la Terre obtenus avec mention, puis un DEA à l’université de Montpellier (en partenariat avec celle de la Réunion), ce qui m’a permis de revenir sur l’île pour faire mon doctorat en hydrogéochimie (sciences de la terre). A l’issue du doctorat, j’intègre une PME leader locale sur le marché du granulat, du concassage et du produit préfabriqué en béton en qualité d’ingénieur environnement. Par la suite cette PME a été rachetée par une multinationale que j’ai quittée en 2008 pour partir chez un concurrent et m’installer (temporairement) en Martinique. J’ai recruté une collaboratrice de la Réunion ici en Martinique.

Quels objets de la Réunion avez-vous apporté dans vos valises ?

Une carte de la Réunion en bois et des photographies de paysages et de la faune réunionnaise. Ces objets me suivent partout où je vais.

Quels sont vos projets ?

Je suis actuellement ingénieur suivi de projet et responsable qualité sécurité environnement pour le chantier de construction de la nouvelle centrale thermique de la Martinique (nous construisons la même en Guadeloupe et à la Réunion au Port) pour Eiffage TP. Plus globalement, mon objectif est de poursuivre ma découverte du monde qui nous entoure et continuer à m’enrichir de la diversité humaine.

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de la Réunion ?

Délicate, et les perspectives ne sont guère encourageantes lorsque l’on regarde les facteurs externes de croissance économiques. Ils sont basés notamment (insularité et isolement oblige) sur des « passe-droits et avantages » octroyés par la métropole (avantages fiscaux notamment) qui disparaissent ou s’amoindrissent d’années en années.

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

Principal avantage : un profil « exotique » toujours très recherché.
Principal inconvénient : le fait d’être ultramarin est souvent un frein à la confiance octroyée par les entreprises qui mettent en avant la crainte du mal du pays.

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

Les Martiniquais, assez souvent, envient la Réunion pour son développement économique et ses paysages.

Vous même, quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses
habitants ?

Il y a des différences notables avec la Réunion, avec des forces martiniquaises (gentillesse, disponibilité, amabilité des gens) et des faiblesses (main-mise économique de quelques personnes qui sclérosent très clairement le développement local).

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

Vivez votre passion à fond, ne regardez jamais en arrière, libérez vous du joug des préjugés et de votre histoire et foncez !

Publicité