Publicité

Jean-Marie Salmacis, 33 ans, comptable chez Chep UK à Manchester

Publié le 10 octobre 2006 Grande-Bretagne

Arrivé en Angleterre il y a 10 ans avec 50 francs en poche, Jean-Marie a gravi les échelons jusqu’au poste d’Account Manager au service Crédit Clients de la société Chep UK. Il est sur le point de monter sa propre entreprise à Manchester.

Jean-Marie Salmacis
“Comme disent les Anglais : If you don’t go, you will never know !”

D’où êtes vous à la Réunion ?

"Je viens de St Denis, d’un milieu très modeste. J’ai vécu dans un bidonville pendant 21 ans, sans électricité ni eau courante. Je faisais mes devoirs à la lueur d’une bougie et regardais la télévision alimentée par une batterie de voiture".

Dans quelles conditions avez-vous été amené à quitter l’île ?

"C’est une décision que j’ai prise seul. Je voulais faire une carrière dans la télévision mais il n’y avait rien d’intéressant à la Réunion ni en France. J’ai donc décidé d’aller en Angleterre et de faire des études de média dans une université britannique".

Quel a été votre parcours (arrivée, anecdotes, étapes) ?

"Je suis arrivé en Angleterre en juin 1996 avec 50 francs en poche ! Je me suis installé à l’île de Man (une petite île entre l’Ecosse et l’Irlande). Là, j’ai travaillé pour une famille de fermiers comme au pair. Après une année à perfectionner mon anglais, j’ai passé un concours pour entrer à l’université de Salford à Manchester. J’ai obtenu ma licence en 2000, puis je suis allé en Australie pour une année. Après un séjour de dix mois à la Réunion pour me ressourcer, je suis revenu en Angleterre en 2002".

Quels sont vos projets ?

"Je suis sur le point de monter ma propre société à Manchester".

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

"La famille avant tout, mais aussi mes amis d’enfance. Ils comptent énormément pour moi. Le climat bien sûr et la cuisine de ma mère".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"L’ouverture d’esprit, l’indépendance, l’enrichissement intellectuel".

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

"Le manque d’ambition des jeunes Réunionnais m’attriste, surtout qu’ils ont l’aide des collectivités locales à leur disposition. Ils ont un potentiel qu’ils doivent exploiter. C’est vrai que faire le “grand pas” et s’aventurer en Europe n’est pas facile, mais c’est une expérience et un enrichissement intellectuel qu’ils n’oublieront jamais. Voyager, voir le monde, “s’enrichir dans la tête avant d’être riche dans la poche”.

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

"L’avantage est que les Anglais sont curieux et très ouverts d’esprit. Mentionner la Réunion est un bon sujet pour briser la glace. Ceci-dit, cela n’ouvre pas les portes non plus. Je n’ai jamais rencontré d’inconvénient lié à mes origines pendant mon parcours professionnel".

Quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

"Je suis installé en Angleterre depuis maintenant dix ans et je mes sens comme chez moi. Les habitants de Manchester sont très accueillants, très fiers de leur ville et de leur équipe de football (Manchester United). Manchester s’est développé énormément pendant les cinq dernières années. La ville accueille plus de 50 000 étudiants venus des quatre coins du monde, ce qui donne une diversité culturelle énorme".

Publicité