Publicité

Jean-Michel Médoc, 33 ans, ingénieur en environnement au Vietnam

Publié le 26 novembre 2008 Vietnam

Après des études en métropole et un passage professionnel à la Réunion, Jean-Michel a repris la direction de la mobilité au début de l’année 2008. Destination Hanoï, capitale de Vietnam, où il est embauché en tant qu’ingénieur chercheur par le Cirad, organisme français spécialisé en recherche agronomique tropicale.

Jean-Michel Médoc

D’où êtes vous à la Réunion ?

Je suis né à Saint-Denis et j’ai grandi à Bellepierre. Mon père réside toujours dans la maison de mon enfance nichée sur les flancs de la Ravine Montplaisir et dans laquelle je vais me ressourcer régulièrement.

Dans quelles conditions avez-vous quitté l’île ?

J’ai quitté la Réunion une première fois en 1992, après le Bac, pour suivre un cursus de préparation aux grandes écoles non disponible à la Réunion au début des années 90. Je me suis installé à Paris, d’abord à l’internat du Lycée puis dans un studio. J’y suis resté six années ! Puis retour à la Réunion fin 1998, avec un DEA d’environnement en poche. Cela fait maintenant 10 ans que je traine mes guêtres dans le monde de la gestion des déchets au sens large…

Qu’avez-vous fait ?

De 1999 à 2001, j’ai animé en tant ingénieur environnement la Mission de Valorisation Agricole des Déchets de la Chambre d’Agriculture à la Réunion. Depuis 2002, je suis ingénieur-chercheur en environnement au Cirad, l’organisme français spécialisé en recherche agronomique tropicale et en développement. J’ai quitté la Réunion une deuxième fois début 2008. Après un passage de quelques mois à Montpellier, je me suis installé à Hanoï.

Racontez-nous vos débuts au Vietnam.

L’arrivée à Hanoi a été « humide ». Nous venons de vivre d’importantes inondations qui ont affectées de nombreux Hanoïens. Dix jours de pluie sans discontinuer… ce n’est pas très impressionnant pour nous Réunionnais, mais dans une ville située en moyenne à 15 mètres d’altitude dans une zone de delta et avec pleins de lacs, cela fait des dégâts…

Aujourd’hui quels sont vos projets ?

Mon projet est bien évidemment de mettre en œuvre mon activité professionnelle, ce pourquoi je suis venu m’installer ici. Une chose me tient aussi à cœur : pouvoir apprendre le vietnamien et saisir les subtilités d’une conversation. Pour moi quatre mots caractérisent le Vietnam : dynamisme, ouverture d’esprit, fierté et sens du service

Jean-Michel Médoc
Présentation d’un projet sur le Vietnam lors d’un séminaire international.

Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

Cela fait maintenant une quinzaine d’années que je vis la mobilité. Elle est pour moi mobilisatrice car synonyme de découvertes, de diversité, de rencontres, d’ouverture d’esprit, de connaissances nouvelles… Lorsqu’on la positive, elle est le moteur d’une vie épanouie.

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

Plein de choses, ce territoire est unique par essence… L’horizon bleu que l’œil ne quitte jamais car il est omniprésent, et qui procure cette envie d’aller voir ce qu’il y a derrière. Et paradoxalement, les montagnes, qui nous permettent aussi de nous ressourcer et de vivre notre culture créole sans conduire à l’ennui. Et bien sûr, les bons carrys de Papa.

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

A chaque fois que je reviens à la Réunion, j’ai la sensation que mon île a fait un grand pas en avant. Mais malheureusement, j’ai aussi la sensation que ce grand pas ne profite pas à tout le monde.

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

Nou lé pa plis, nou lé pas moin. Cependant, j’y vois un avantage dans ma relation avec l’autre ; le « multi-culturalisme » peut-être…

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

La Réunion a besoin de vous, mobilisez vous… sachez la quitter pour mieux y revenir.

Voir le profil de Jean-Michel

Publicité