Publicité

JF Gang : rêve, errance

Publié le 17 octobre 2019
974

En concert le 18 octobre à la Salle Canter, JF Gang revient avec l’album de la maturité, « Mon rêve est rance ». Dans cette interview en partenariat avec Ladilafé, il livre quelques pistes sur son parcours et sa musique.

Pour gagner le dernier album de JF Gang, soyez parmi les 1ers à envoyer un courriel à [email protected] ! (places et cadeaux offerts en priorité aux membres Réunionnais du monde).


JF Gang, d’où venez-vous ?

De Saint Denis quartier de La Source. Je suis un gars simple qui a grandi sur une île entouré de bonnes personnes. J’ai vécu pas mal de temps hors de la Réunion. J’étais handalleur professionnel (Jackson Richardson fait partie de mes idoles !) : à Paris Ivry, Villeurbanne, Gaêta en italie, Metz. Dernièrement j’ai vécu à Rennes pour un déplacement professionnel pendant deux ans. Le tout pour un total de 10 ans.

Comment la musique a commencé pour vous ?

Je suis tombé dedans étant petit. Papa était musicien et du côté de Maman, il y avait le même virus avec les Tontons et Taties… J’ai pris le virus en accompagnant mon frère au piano, du coup je joue de cet instrument depuis mes 7 ans et depuis mes 23 ans de la guitare. Bien sur Kayanm, pikèr, roulèr aussi.

Quelle place occupe la musique dans votre vie ?

Elle est présente mais elle ne déborde pas non plus. J’écoute de tout, ça dépend de l’humeur je dirais. J’adore aller aux concerts dès que j’ai du temps !

Dans quel état d’esprit abordez-vous votre concert du 18 octobre 2019 ?

J’avais envie de revenir là où tout a commencé, à Vladimir Canter, une salle à taille humaine que je connais bien. C’est un retour en douceur je pense. Je n’ai pas l’impression d’avoir quoi que ce soit à prouver et ça me plait.
Infos / Résas sur : www.monticket.re/spectacle/detail/4798 / www.facebook.com/JF-Gang-111962246221392

A l’heure de youtube, instagram, facebook, un message à ceux qui veulent se lancer dans la musique ?

Ce n’est que de la musique. Il n’y a pas de meilleur ou de moins bon, il faut vraiment la faire pour soi avant tout.

Un message aux Réunionnais du monde ?

Ne laissez personne dire de vous que vous êtes plus ou moins Réunionnais qu’un autre. Mais gardez à l’esprit qu’un Réunionnais n’est pas non plus, plus qu’un simple citoyen du monde. Sa mèm mon fon d’kèr po zot.


L’album

3 mots pour qualifier cet album : Nu, Musique, partage.

Le nom de l’album : Mon révérens en kréol et surtout (Mon rêve est rance) car on nous bassine avec les mêmes problèmes depuis que j’ai les moyens de comprendre l’actualité : la pollution, le chômage, la place des femmes dans notre société. Ça évolue mais concrètement le rythme est honteux…

Le financement de l’album : Tout seul !

La place de La Réunion dans cet album : Il y a une chanson qui s’intitule « OMAZ MON PEI », elle dit tout je crois.

Les mélodies : elles viennent du cœur, de l’âme.

Un message : nous dépendons réellement les uns des autres (l’effet papillon).

L’activité de musicien, est-ce bien vu par votre entourage ? Non pas tellement je crois mais « ce n’est pas mon métier ».

Le premier souvenir d’une émotion musicale ? Ma grand Mère me faisant écouter Mike Brant

Votre rôle d’artiste ? Rester à ma place, je ne suis qu’un artiste.

Un moyen pour découvrir de nouveaux morceaux ? Deezer

Un artiste avec lequel vous auriez aimé faire un duo ? Monsieur Charles Aznavour

Un endroit insolite pour un concert ? Le Piton des Neiges ou pieds dans l’eau à St Gilles !

Dans la « bande originale » de votre vie, si vous deviez choisir :
- une chanson pour l’enfance : Qui saura de Mike Brant et des standards de la chanson Réunionnaise
- une pour l’adolescence : il y en a tellement là je passe
- une pour l’âge adulte : Aznavour, Steevy Wonder, Oussanousava, Baster...
- une chanson pour vous remonter le moral en cas de coup de blues ? Le blues fait partie de moi… il ne me gêne pas et quand ça ne va pas, le silence me va le mieux.


Publicité